Le genre

Aux côtés des acteurs de la recherche, l’Agence nationale de la recherche (ANR) contribue au développement d’une politique qui vise à réduire les inégalités entre les femmes et les hommes dans l’enseignement supérieur et la recherche (ESR). Elle veille à ce que la parité dans les comités d’évaluation soit recherchée et encouragée. Elle incite également les communautés scientifiques à systématiquement considérer la dimension sexe et/ou genre dans les projets de recherche, tous domaines confondus, et dans les processus d’évaluation.

Les engagements de l’ANR en faveur de l’égalité femmes-hommes et de la prise en compte de la dimension sexe et/ou genre, sont inscrits dans son Plan d’action et dans sa charte de déontologie et d’intégrité scientifique. L’ANR soutient également l’engagement des femmes dans les carrières scientifiques, et encourage les nouvelles générations à investir l’ensemble des domaines de recherche.

FAQ

Notions

Le « sexe » est l’ensemble des caractéristiques biologiques, héréditaires et génétiques qui organisent les individus en deux catégories : mâle et femelle. Le « genre » renvoie à la construction sociale et culturelle de la féminité et de la masculinité. Ce concept permet notamment de remettre en cause l’idée de différences naturelles fondées sur le sexe biologique. Il peut être utilisé comme outil d’analyse dans l’ensemble des champs disciplinaires, afin d’identifier des biais de genre inconscients.

Renforcer la parité et éviter les biais relatifs au genre dans les processus d’évaluation

Afin d’identifier des axes d’action pour réduire les inégalités femmes-hommes, l’ANR mène depuis 2016 des analyses statistiques à partir des données de ses différents appels à projets, notamment l’Appel à projets générique (AAPG). Une première analyse a montré que les projets soumis et les projets financés dans l’AAPG de 2014 à 2016, sont pour près d’un tiers portés par des femmes (29.4% des projets soumis, 28.3% des projets sélectionnés), proportion relativement stable entre les éditions de l’appel, et équivalente à la part des femmes dans l’ESR.

L’Agence a également analysé la question des biais inconscients relatifs au genre dans les processus d’évaluation. Une revue de littérature et une analyse des données de l’AAPG 2017 ont révélé que la parité dans les comités d’évaluation scientifiques (CES) n’est pas une condition suffisante pour réduire ces biais. Le respect de la parité est cependant nécessaire pour garantir un accès égal aux avantages professionnels liés à la participation à un comité. L’ANR a ainsi mis en place un processus de sensibilisation et de formation des présidents référents de comités à la problématique de la parité au sein des comités et des consortiums, et à la question du genre dans les biais de sélection.

Valoriser la place et le rôle des femmes en science

L’ANR a également à cœur de valoriser les coordinatrices des projets qu’elle finance, le rôle des présidentes référentes et des membres de comités, et plus largement les femmes en science afin de faire évoluer la culture scientifique. Découvrez ci-dessous les portraits de femmes de science :

Coordonner les actions à l’échelle nationale, européenne et internationale

Afin de renforcer ses actions, l’Agence travaille de concert avec les opérateurs de recherche et les agences de financement. Elle est notamment membre du groupe de travail national sur « les freins dans la carrière des femmes de l’ESR », aux côtés des acteurs institutionnels de la recherche. En tant que membre de l’association Science Europe, l’ANR participe au groupe de travail « Genre et Diversité », et a contribué à l’élaboration d’un guide destiné à améliorer l’égalité femmes-hommes dans le monde de la recherche.

Télécharger le guide

L’ANR est également partenaire de l’ERA-NET GENDER-NET Plus, programme de recherche collaborative qui rassemble des agences de financement de 13 pays, et vise à promouvoir l'égalité de genre via un changement institutionnel, et la prise en compte du genre dans les travaux de recherche. L’Agence est aussi membre du projet H2020 Gender-Smart (2019-2021) aux côtés de 8 partenaires européens. Celui-ci a pour objectifs d’implémenter un plan d’action genre dans les organismes de recherche et organismes de financement partenaires, et développer des outils pédagogiques de sensibilisation destinés aux acteurs institutionnels de la recherche.