NumPEx - Numérique Hautes Performances pour l’Exascale

Le programme de recherche exploratoire (PEPR) Numérique pour l’exascale (NumPEx) – piloté par le CNRS, le CEA et Inria a pour objectif de concevoir et développer des briques logicielles qui équiperont les futures machines exascales. Il contribue ainsi à préparer les futurs utilisateurs, scientifiques et industriels, à exploiter les capacités de ces machines.

Budget alloué : 40,8 M€ alloués sur une durée de 6 ans
Appels en cours : à venir
Pilotes du programme :
   

Partenaires du programme : Université de Strasbourg, Université de Rennes 1, Sorbonne Université, Université Paris-Saclay, Université de Bordeaux, Bordeaux INP, Université de Picardie, Université de Toulouse 3, École Polytechnique, Télécom SudParis, ENS Paris, Observatoire de Paris, Observatoire de la Côte d’Azur

Directeurs de programme :

  • Michel Dayde – CNRS, Directeur adjoint scientifique Europe et international, partenariats industriels, calcul et données ouvertes
  • Jérôme Bobin – Directeur de recherche au CEA
  • Jean-Yves Berthou - INRIA , directeur du centre de recherche Inria Saclay - Île-de-France

Le programme de recherche exploratoire (PEPR) Numérique pour l’exascale (NumPEx) – piloté par le CNRS, le CEA et Inria – a pour objectif de concevoir et développer des briques logicielles qui équiperont les futures machines exascales. Il contribue ainsi à préparer les futurs utilisateurs, scientifiques et industriels, à exploiter les capacités de ces machines. Les grands domaines d'application qui pourront bénéficier des capacités de calcul haute performance de ces supercalculateurs étant nombreux (climat, transition énergétique, santé, IA, industrie), le programme aura aussi pour objectif d’identifier des préoccupations ou des besoins communs à ces diverses applications. Cela pourra porter, par exemple, sur des approches algorithmiques communes à plusieurs applications ou des dispositifs de stockage avec des protocoles particuliers.

La nouvelle génération de supercalculateurs baptisée exascale, peut effectuer plus d'un milliard de milliards de calculs par seconde. Ce changement d’échelle par rapport à la performance petascale -1015 (au moins un million de milliards opérations par seconde) rend possible la simulation de phénomènes scientifiques nouveaux dans des domaines tels que l'aérospatial, l'énergie, la sûreté, le climat, la médecine, la météorologie, la finance, etc.

Ce programme contribuera à la constitution d'un ensemble souverain d'outils, de logiciels, d'applications mais aussi de formations. Cette mobilisation permettra à la France de rester un des leaders dans le domaine en développant un écosystème national exascale coordonné avec la stratégie européenne, et de permettre à l'Europe d'être à la pointe de la compétition internationale et de renforcer sa souveraineté. À ce titre, NumPEx occupera une place centrale dans la stratégie nationale et européenne pour le calcul haute performance. Il renforcera la réponse du consortium Jules Verne, porté par GENCI (Grand Équipement National de Calcul Intensif) à l’appel à manifestation d'intérêt (AMI) d'EuroHPC, en vue d'accueillir et d'exploiter au Très Grand Centre de Calcul, basé sur le centre CEA DAM Île-de-France, l'une des deux machines exascale européennes prévues en Europe à l'horizon 2025.  NumPEx est doté d’un budget de 40,8 millions d’euros sur 6 ans.

Responsable d’Action ANR : Thomas Noël

Date du kick off/lancement : 24 février 2023 au CEA en présence de Sylvie Retailleau, Ministre de l’Enseignement supérieur et de la recherche

Projets ciblés :

Le programme NumPEx est constitué de 5 projets prioritaires ciblés :

  • ExaMat : Les méthodes mathématiques et les algorithmes qui traduisent les phénomènes simulés en équation.
     
  • ExaSoft : La pile logicielle qui équipe les futures machines exascale : compilateurs, modèle de programmation et d’exécution, outils de monitoring et d’optimisation et de management de l’énergie.
     
  • ExaDost : Les méthodes et outils de traitement de données volumineuses, complexes et réparties, dont l’IA.
     
  • ExaAToW : Les outils logiciels et les infrastructures de calcul et de données permettant de concevoir et piloter les applications complexes réparties (exemple workflow SKA).
     
  • ExaDIP : De nouvelles générations d’applications ou l’évolution des applications existantes afin qu’elles puissent tirer parti des capacités des infrastructures exascale

En savoir plus :

Site dédié du PEPR NumPEx

PEPR exploratoire Numpex (briques logicielles pour les futures "machines exascales")

Dossier de presse du Gouvernement

 

 

Last updated on 04 July 2023
Sign up for the latest news:
Subscribe to our newsletter