News
09/29/2008

L'ANR interroge les coordinateurs de projets

L'ANR a obtenu récemment la certification ISO 9001 version 2000 pour son processus de sélection des projets et poursuit une démarche d'amélioration continue. Dans ce cadre, une enquête de satisfaction a été menée en juin 2008 auprès des participants aux Appels à projets 2007 et 2008, afin de recueillir leur avis sur le processus de sélection (organisation, documents, outils...) et sur quelques sujets connexes. Les résultats de cette enquête, à laquelle plus de 800 coordinateurs de projets ont répondu, seront utilisés par l'ANR pour améliorer son mode de fonctionnement et ainsi mieux répondre aux attentes des équipes de recherche.

Conduite de l'enquête : confiée à l'Ifop, l'enquête a été effectuée au moyen de questionnaires en ligne. Ces questionnaires ont été complétés par quelques entretiens téléphoniques individuels. L'anonymat et la confidentialité des réponses ont été préservés durant l'ensemble de l'enquête. Ces réponses n'ont fait l'objet que d'un traitement statistique. Le questionnaire portait sur la programmation, la préparation et soumission des projets, la sélection, l'instruction des dossiers sélectionnés, la mise en place des financements, le lancement et suivi des projets. Trois questions ouvertes permettaient aux participants de faire des commentaires généraux sur le fonctionnement de l'ANR.

Les personnes interrogées : le questionnaire a été adressé aux participants à 10 programmes représentatifs de l'activité de l'ANR (programmes ouverts ou partenariaux, dans tous les départements scientifiques, et gérés par différentes structures support) :

  • 336 coordinateurs de projets sélectionnés en 2007 ont reçu un questionnaire sur l'ensemble des processus y compris la mise en place des aides et le démarrage des projets;
  • 1227 coordinateurs de projets éligibles soumis en 2008 ont reçu un questionnaire centré sur la programmation et les appels à projets.

1/ La participation : le taux de réponse a été très satisfaisant, puisque plus de la moitié (827) des participants ont répondu. Les réponses se répartissent de façon homogène avec 50,3% des sélectionnés en 2007 et 53,6% des personnes ayant soumis un projet en 2008, et ce dans les dix programmes choisis.  Le taux de réponse varie d'un programme à l'autre, pouvant aller de 21% à 64% de réponses. Les participants sont âgés pour 65% d'entre eux entre 35 et 49 ans et se répartissent entre 66% d'hommes et 34% de femmes. La grande majorité, 93% des réponses proviennent d'un laboratoire universitaire ou appartenant à un organisme de recherche (EPST ou EPIC) et 7% proviennent d'une entreprise (ou association). 61% ont déjà soumis au moins 2 projets à l'ANR et 40% d'entre eux ont fait des expertises pour l'ANR.
 

2/ La programmation : les participants ont une bonne connaissance de la programmation (pour 40% d'entre eux grâce au site internet de l'ANR).  80% ont eu connaissance des appels à projets plus d'un mois avant leur clôture, mais les délais d'ouverture sont jugés plutôt trop courts. Les frontières thématiques des appels à projets sont bien comprises pour la majorité des participants.
 

3/ La réponse aux appels à projets : pour un tiers des cas, le partenariat n'existe pas avant la parution de l'appel, ce qui montre un certain pouvoir d'entraînement des appels à projets. La grande majorité des partenariats se constituent grâce aux réseaux de connaissances professionnelles. Pour deux tiers des répondants, la partie scientifique est facile à renseigner, alors que les parties financières et administratives posent problème (incompréhension de certains items) à deux tiers d'entres eux. Le tiers des personnes qui a des difficultés à renseigner la partie scientifique mentionne principalement des problèmes de redondance entre diverses sections du document de soumission. Moins d'un tiers des participants demandent de l'aide à l'ANR ou à la structure support et obtiennent des réponses satisfaisantes dans 90% des cas. Les participants ne sont pas opposés à rédiger les propositions en anglais, sauf dans 15% des cas, principalement dans le domaine des sciences humaines et sociales. Le mode de soumission apparaît globalement (87%) satisfaisant.
 

4/ La sélection des projets : la principale critique porte sur le manque d'information sur les procédures de sélection et sur la grille d'évaluation - ceci alors que la procédure de sélection est systématiquement en annexe des appels à projets, et que souvent la grille d'expertise est également fournie. Il y a donc besoin de mieux faire connaître ces éléments.  Près de deux tiers des coordinateurs de projets prennent connaissance des résultats dans les jours qui suivent leur publication sur le site web de l'ANR. Tous les projets non sélectionnés reçoivent un commentaire sur la raison de leur non sélection. Près de la moitié des projets sélectionnés reçoivent éqalement un retour écrit. L'ANR souhaite optimiser le contenu de ces commentaires afin d'accompagner les chercheurs dans l'amélioration de leur projet.
 

5/ L'instruction des dossiers des projets sélectionnés : les échanges avec les personnes (ANR ou structures supports) en charge de l'instruction des dossiers est satisfaisante dans la grande majorité (82%) des cas. La moitié des coordinateurs de projets sélectionnés qui font l'objet de réductions de crédits remarque que ces réductions ne sont pas suffisamment justifiées. Les documents contractuels (décision/convention) sont satisfaisants pour 89% des cas, même si un tiers des répondants trouvent que le règlement financier de l'agence n'est pas assez accessible ou exploitable.
 

6/ Démarrage des projets et procédures de suivi : pour une grande majorité de projets, le versement de l'aide a lieu entre novembre et février. 85% des projets ont une réunion de lancement avec l'ensemble du consortium, mais l'ANR n'y est présente ou représentée que dans un tiers des cas, alors que cette présence est jugée utile ou très utile pour 92% des porteurs de projets qui en ont bénéficié. Plus généralement, les participants ne semblent pas assez au courant des procédures de suivi mais ils sont très majoritairement favorables à un suivi des projets.

L'ANR va utiliser ces résultats pour mieux répondre aux attentes des chercheurs : les démarches en cours ou à venir concernent les points évoqués ci-dessus :

  • La simplification et l'homogénéisation des formulaires administratifs et financiers ;
  • Renforcer la transparence des processus de sélection en affichant plus clairement les critères et les grilles d'évaluation utilisées pour chaque appel à projets et en communicant davantage sur les différentes étapes du processus de sélection ;
  • La poursuite des efforts entamés depuis deux ans sur la qualité des retours aux porteurs de projets ;
  • Une communication avec les coordinateurs de projets au moment du lancement des appels à projets ;
  • Une plus grande communication sur le processus et la mise en place du suivi des projets.

L'Agence envisage de renouveler cette démarche à travers une enquête de satisfaction tous les deux ans.