DS0804 -

Compétences et difficultés des élèves en écriture à l'entrée du collège – ECRICOL

Résumé de soumission

En France, les élèves, à l’entrée en sixième, ont en écriture, comme dans d’autres matières, un niveau hétérogène. Cette hétérogénéité est, entre autres, liée à l’évolution sociologique de l’école suite notamment à sa démocratisation, aux mouvements migratoires, à l’instauration d’un collège unique, mais aussi au rapport singulier et complexe que chaque élève entretient avec l’écriture. Dans ce contexte, les élèves issus de milieux socialement défavorisés éprouvent davantage de difficultés, ce qui a un impact négatif sur leur réussite scolaire étant donné que l’écriture participe à la construction et à la structuration des savoirs dans toutes les disciplines. Des études menées sur les causes du déficit scriptural et scolaire des élèves défavorisés insistent sur des facteurs contextuels relevant, entre autres, du statut professionnel des parents, de leur niveau de formation, des écoles fréquentées et des langues parlées en famille et à l’école. Si des éléments contextuels ont des effets sur la performance scolaire, ne prendre en compte que ces facteurs ne permet pas d’identifier les besoins réels des élèves en matière d’apprentissage. Or, sans la connaissance précise de ce qui existe et de ce qui manque, il reste difficile de proposer des interventions didactiques appropriées pour résorber les difficultés, développer la compétence scripturale des apprenants et conduire ainsi à leur réussite scolaire.
Inscrite en didactiques du français et des sciences, cette recherche se propose de réaliser, dans une perspective qualitative, le bilan le plus complet possible des compétences et des difficultés en écriture des élèves à l’entrée au collège, de déterminer dans quelle mesure elles ont un lien avec leur origine sociale ou, dans une certaine mesure, leurs habiletés cognitives et de voir si elles sont variables en fonction des disciplines. Conduite par une équipe recherche pluridisciplinaire, composée d’enseignants chercheurs et de professionnels de terrain, elle sera menée en français et en sciences dans des classes situées dans des zones socialement contrastées. Conçus à partir des travaux menés dans plusieurs disciplines (psycholinguistique, psychologie cognitive, génétique textuelle, etc.) considérant l’écriture comme un processus et permettant d’observer les acquisitions en cours de construction, acquisitions bien entendu propres à chaque discipline, les dispositifs d’expérimentation, mis en œuvre dans ce projet de recherche, favoriseront la réécriture et feront alterner écriture, lecture et retours sur les textes produits. Le corpus d’analyse sera constitué de textes produits par les élèves selon un protocole auquel les enseignants seront formés ainsi que de données issues d’enregistrements de séances, d’entretiens avec les élèves et avec les enseignants, de questionnaires administrés aux élèves et des dossiers administratifs de ces derniers.
La présente recherche aboutira à une méthodologie permettant, en recherche et en formation, une identification des compétences et des difficultés en écriture des élèves à l’entrée en sixième. Cette identification fine ouvrira la voie au développement d’outils et de dispositifs adaptés aux besoins réels des apprenants, ce qui contribuera à améliorer la réussite scolaire des élèves et à mieux assurer leur future insertion socioprofessionnelle. Les résultats de cette étude seront valorisés via plusieurs manifestations scientifiques (journées d’étude, séminaires de recherche, colloques, ouvrage collectif, articles, etc.), le développement d’outils pédagogiques et la mise en place de modules de formation continue. Etant donné que la problématique traitée concerne plusieurs pays de l’OCDE, cette recherche, dont l’urgence sociale n’est plus à démontrer, constitue une étape avant l’élaboration d’un projet international plus vaste sur la question du rôle de la maitrise de l’écriture dans la réussite scolaire et de l’insertion socioprofessionnelle.

Coordinateur du projet

Monsieur Maurice Niwese (Ecole supérieure du professorat et de l'éducation de l'Académie de Bordeaux)

L'auteur de ce résumé est le coordinateur du projet, qui est responsable du contenu de ce résumé. L'ANR décline par conséquent toute responsabilité quant à son contenu.

Partenaire

U-BORDEAUX ESPE Académie Bordeaux Ecole supérieure du professorat et de l'éducation de l'Académie de Bordeaux

Aide de l'ANR 57 999 euros
Début et durée du projet scientifique : - 36 Mois

Liens utiles