Blanc Inter II - SVSE 7 - Blanc International II - SVSE 7 - Biodiversité, évolution, écologie et agronomie

Evolution des stratégies d'allocation au sexe chez l'acarien tetranychus urticae, un ravageur majeur des cultures – EVOLSEXALLLOC

Evolution de l’allocation sexuelle et utilisation des conflits sexuels contre un ravageur majeur

Nous souhaitons comprendre l’évolution du sex-ratio chez Tetranychus urticae et utiliser les conflits entre sexes en situation de mélange ou en présence de la bactérie Wolbachia pour diminuer le nombre de femelles produites et ainsi réduire la croissance des populations de ce ravageur important.

Comprendre le sex-ratio et utiliser cette connaissance pour lutter contre Tetranychus urticae

Le sex-ratio (nombre de mâles / nombre de femelles) du tétranyque tisserand est en général de 1:3. Nous souhaitons le comprendre et le porter à 1:1, sans utiliser de pesticides, auxquels le tétranyque est résistant. Du fait que la croissance des populations est souvent due aux femelles, notre projet devrait conduire à une moindre croissance des populations de ce ravageur majeur des cultures.

Les tâches 1 à 3 ont pour but de comprendre la génétique et l'évolution de l'allocation sexuelle, du sex-ratio, des conflits sexuels et des régimes de reproduction dans notre système biologique particulier. La tâche 4 est ciblée sur les effets de la bactérie Wolbachia. La Tâche 5 consistera à intégrer les résultats précédents dans une étude par modélisation. Finalement, la Tâche 6 consiste en une expérience en serre grandeur nature afin d'utiliser l'ensemble des résultats pour manipuler le sex-ratio des populations d'acariens. La France coordonnera les tâches 1, 2 et 5.

Résultats majeurs du projet au 9/9/2013 : Le premier mâle semble féconder 80% (et non 100%) des femelles, qui sont fécondées à 20% par le second mâle. Les mâles, qui préfèrent de toutes façons les femelles vierges, ont donc « intérêt » à s’accoupler, même avec des femelles non vierges. Nous ne comprenons toujours pas pourquoi les femelles acceptent de se réaccoupler. Nous avons par ailleurs démarré de nouvelles populations expérimentales.

Nous poursuivrons la question de ce qui pousse les femelles à se réaccoupler, et réaliserons des croisements contrôlés entre populations expérimentales pour comprendre comment se déterminent le sex-ratio et sa plasticité.

Rien depuis Février 2013.

Notre but est de décrypter les mécanismes proximaux et ultimes (évolutifs) de l'allocation sexuelle et des conflits sexuels chez un acarien haplodiploïde, Tetranychus urticae. Nous utiliserons un ensemble d'approches comme l'évolution expérimentale, la génétique et la modélisation.

Nous utiliserons ensuite les résultats obtenus pour proposer et tester des stratégies de gestion dans le but de réduire la croissance des populations de l'espèce modèle, celle-ci étant un ravageur de près de 1100 espèces de plantes, en particulier en cultures sous abri (serres).

Ainsi, le cadre général de notre projet est celui de la recherche fondamentale, mais il devrait conduire à une meilleure gestion, respectueuse de l'environnement, d'un ravageur majeur des cultures.

Notre programme de travail est organisé en six tâches principales. Les Tâches 1 à 3 ont pour but de comprendre la génétique et l'évolution de l'allocation sexuelle, du sexe-ratio, des conflits sexuels et des régimes de reproduction dans notre système biologique particulier. La Tâche 4 est ciblée sur les effets de la bactérie endosymbiontique Wolbachia. La Tâche 5 consistera à intégrer les résultats précédents dans une étude par modélisation. Finalement, la Tâche 6 consiste en une expérience en serre grandeur nature afin d'utiiser l'ensemble des résultats pour manipuler le sexe-ratio des populations d'acariens de façon à améliorer la lutte contre ce ravageur. Le Partenaire 1 coordonnera les Tâches 1, 2 et 5; le Partenaire 2 coordonnera les Tâches 3, 4 et 6.

Coordinateur du projet

Institut des Sciences de l'Evolution (Laboratoire public)

L'auteur de ce résumé est le coordinateur du projet, qui est responsable du contenu de ce résumé. L'ANR décline par conséquent toute responsabilité quant à son contenu.

Partenaire

Institut des Sciences de l'Evolution
Centro de Biologia Ambiental, Universidad de Lisboa

Aide de l'ANR 264 185 euros
Début et durée du projet scientifique : février 2013 - 36 Mois

Liens utiles