Blanc SVSE 7 - Blanc - SVSE 7 - Biodiversité, évolution, écologie et agronomie

HETEROGENEITE INDIVIDUELLE DE LA DISPERSION ET DYNAMIQUE DES METAPOPULATIONS – INDHET

Résumé de soumission

Le fonctionnement écologique et évolutif des populations naturelles soumises à la fragmentation de leur habitat, au déplacement de leurs enveloppes climatiques, ou à la combinaison de ces deux facteurs, dépend de la disponibilité de réseaux d'habitats fonctionnellements connectés ainsi que d'une capacité de dispersion suffisante pour pouvoir réagir à ces changements dramatiques, qui dépend de la présence et de la maintenance de stratégies de dispersion contrastées. Comme la dispersion détermine également la redistribution spatiale et temporelle des génotypes qui est indissociable de l'évolution des traits d'histoire de vie, elle est un facteur clé assurant les adaptations aux conditions environnementales changeantes. Dans les paysages en changement rapide, la dispersion joue un rôle crucial permettant aux organismes de composer avec les modifications environnementales. Dans un contexte de changement global de plus en plus préoccupant, la compréhension de l'hétérogénéité individuelle (INDHET) en matière de dispersion est donc capitale. Le but du projet INDHET est d'améliorer la connaissance du processus de dispersion en étudiant les variations contexte- et condition-dépendantes de la décision de disperser prise par les individus, en y incluant les interactions en aval avec d'autres traits d'histoire de vie. Cette hétérogénéité est probablement fortement liée à l'hétérogénéité inter-individuelle de d'autres aspects de l'histoire de vie de l'individu (taille du corps, personnalité, taux hormonaux, présence/absence de structures de dispersion, etc.). Cette variation phénotypique peut être générée par des facteurs génétiques, environnementaux, et par l'influence des facteurs environnementaux sur l'expression génétique (soit la norme de réaction). Elles peuvent être maintenues par des causes multiples et non exclusives opérant à différentes échelles d'espace et de temps comme le flux génétique, la dérive, la sélection (disruptive ou balancée) ou la sélection sexuelle (appariement préférentiel). Les variations phénotypiques s'observent sous la forme de plasticité, changements ontogéniques, dimorphisme sexuel ou polymorphisme. Toutes ces variations intra-populationnelles génèrent des différences entre individus en matière de stratégies de dispersion qui maximisent la fitness. INDHET va se consacrer à l'étude de l'hétérogénéité des phénotypes associés à la dispersion, depuis leur genèse et leur maintenance jusqu'à leurs effets sur les décisions de disperser et leurs conséquences sur la dynamique des métapopulations. Ce projet traitera spécifiquement les questions suivantes: (1) comment l'hétérogénéité individuelle de la dispersion est elle générée et maintenue; (2) comment les variations inter-individuelles contexte- et condition-dépendantes vont-elles influencer les décisions de disperser, et quelles sont leurs relations avec d'autres traits; (3) comment la variation inter-individuelle de la dispersion va-t-elle affecter la dynamique des métapopulations dans le cadre de la fragmentation des habitats et du changement climatique? INDHET va concerner une série d'espèces modèle, Tetrahymena thermophila (unicellulaire Cilié), Pieris brassicae (papillon Piéride, Insecte ectotherme), Podarcis muralis (lézard des murailles, Vertebré ectotherme) and Capreolus capreolus (chevreuil, Vertebré endotherme). De plus, en appliquant une méta-analyse sur des jeux de données existant, INDHET établira quelle est la généralité des conclusions obtenues à partir de ces quatre espèces modèle. INDHET fournit donc l'opportunité unique d'explorer l'existence de syndromes comportementaux et d'histoire de vie liées à des stratégies de dispersion sur une gamme d'organismes de manière à comprendre comment la dispersion peut permettre l'adaptation des espèces aux changements environnementaux anthropiques. INDHET fournit donc l'opportunité de faire un pas décisif dans la compréhension du fonctionnement spatial des populations.

Coordination du projet

Jean CLOBERT (Station d'écologie expérimentale du CNRS à Moulis - CNRS USR 2936) – jean.clobert@EcoEx-moulis.cnrs.fr

L'auteur de ce résumé est le coordinateur du projet, qui est responsable du contenu de ce résumé. L'ANR décline par conséquent toute responsabilité quant à son contenu.

Partenaire

SEEM-CNRS Station d'écologie expérimentale du CNRS à Moulis - CNRS USR 2936
CEFS-INRA Comportement et écologie de la faune sauvage - INRA Unité 035
LBBE-CNRS Laboratoire de Biométrie et Biologie Évolutive UMR CNRS 5558

Aide de l'ANR 529 992 euros
Début et durée du projet scientifique : février 2013 - 48 Mois

Liens utiles

Explorez notre base de projets financés

 

 

L’ANR met à disposition ses jeux de données sur les projets, cliquez ici pour en savoir plus.

Inscrivez-vous à notre newsletter
pour recevoir nos actualités
S'inscrire à notre newsletter