NEURO - Neurosciences, Neurologie et psychiatrie

MOTILITÉ LYMPHOCYTAIRE T EN RELATION AVEC LES ATTEINTES NEUROINFLAMMATOIRES PRIMAIRES ET SECONDAIRES – MOTIL-T-BRAIN

Résumé de soumission

L’inflammation a un rôle important tant dans le processus neurodégénératif associé à la Sclérose en plaques -SEP, maladie inflammatoire chronique du SNC, que dans les atteintes neurodégénératives primaires que sont le Parkinson ‘PD et la maladie d’Alzheimer -AD. Elle est associée à une infiltration préférentielle des cellules immunes dans le SNC. Les lymphocytes T activés en sont acteur (effecteur/ immunorégulateur) et initient l’infiltration de monocyte/macrophages et l’activation gliale. Une altération de la motilité lymphocytaire pourrait être une cause de cette infiltration préférentielle. Nous analyserons les mécanismes moléculaires régulant la motilité lymphocytaire en situation physiologique et inflammatoire, et l’impact de cette motilité sur le trafic au travers de la barrière sang-LCR récemment impliquée dans la surveillance immunitaire, deux aspects peu étudiés et cependant majeurs de la physiopathologie des atteintes neurodégénératives primaires et secondaires.//L’implication de CRMP2 dans la neuroinvasion est suggérée par son rôle dans la motilité lymphocytaire et son expression élevée dans des lymphocytes T (LT) activés de patients neuroinflammatoires (CRMP2hi). La voie de signalisation impliquant CRMP2 dans la motilité sera décryptée en situation physiologique (LT de donneurs sains, lignées) puis analysée dans les LT de patients (MS, PD, AD). CRMP2 pourrait fonctionner en aval d’un signal chimiokine. Sa localisation subcellulaire, ses partenaires moléculaires et sa phosphorylation, seront analysés dans le contexte de la réorganisation du cytosquelette après traitement par SDF1 (fractionnement cellulaire, coIP, GST pulldown, kinase assay site mutation’). L'utilisation des LT CRMP2hi en tant que marqueur périphérique de la neuroinflammation et de suivi de maladie sera évaluée. Leur présence sera recherchée dans une cohorte large et bien définie de patients SEP (étude longitudinale, cytométrie), puis chez des patients PD et AD (Hôpital Neurologique Lyon). La définition de leur phénotype dans le décours de la maladie sera établie (profile génique, ProfilXpert IFR19 Inserm Lyon). Le trafic de cellules CRMP2hi vers le CNS sera analysé dans des modèles murins de neuroinflammation (EAE, infection virale) et de surexpression conditionnelle (souris ROSA26-creMX). Les mécanismes de neuroinvasion lymphocytaire à travers la barrière sang-LCR seront étudiés dans un modèle cellulaire différentié reproduisant la polarité, le phénotype de barrière (jonction serrée) et de transport de l'épithelium choroïdien in vivo. L’impact de la motilité lymphocytaire et de CRMP2 (cellules CRMP2hi) dans le recrutement à l’épithélium choroïdien normal et inflammé, ainsi que l’influence de facteurs endogènes centraux (LCR de patient) seront évalués. Les protéines choroïdiennes impliquées dans la migration lymphocytaire en situation inflammatoire seront recherchées par analyse de transcriptome (EAE vs contrôle) suivie de tests fonctionnels.

//Ces approches novatrices de la neuroinflammation permettront de décrypter la signalisation intracellulaire impliquant CRMP2 dans la motilité lymphocytaire, et l'établissement d'un nouveau concept qui associe CRMP2 à un signal chimiokine et établit son rôle dans la neuroinvasion lymphocytaire en situation inflammatoire. L’analyse de cohortes de patients à divers stades de la maladie devrait valider CRMP2 en tant que marqueur périphérique de neuroinflammation et de suivi de pathologie. Enfin, ces travaux devraient permettre la prise en compte de nouveaux facteurs contrôlant la migration des cellules T dans le SNC par voie transchoroïdienne, en particulier l'importance de la motilité des cellules T. Comprendre la fonction de CRMP2 dans la motilité des cellules T et leur recrutement par la barrière sang-LCR devrait conduire à la définition de cibles nouvelles utilisables dans le contrôle de la neuroinvasion lymphocytaire.

Coordinateur du projet

INSTITUT NATIONAL DE LA SANTE ET DE LA RECHERCHE MEDICALE - DELEGATION DE LYON (INSTITUT NATIONAL DE LA SANTE ET DE LA RECHERCHE MEDICALE - DELEGATION DE LYON)

L'auteur de ce résumé est le coordinateur du projet, qui est responsable du contenu de ce résumé. L'ANR décline par conséquent toute responsabilité quant à son contenu.

Partenaire

INSTITUT NATIONAL DE LA SANTE ET DE LA RECHERCHE MEDICALE - DELEGATION DE LYON

Aide de l'ANR 320 000 euros
Début et durée du projet scientifique : - 36 Mois

Liens utiles