MIIM - Microbiologie - immunologie

Identification du (des) gène(s) du locus de Toxo1, qui contrôle(nt) l'issue de l'infection par Toxoplasma gondii chez le rat – IGECONTOX

Résumé de soumission

Toxoplasma gondii, parasite intracellulaire obligatoire, infecte l'homme et les animaux à sang chaud. Habituellement chronique et asymptomatique, l'infection se traduit par l'enkystement de bradyzoïtes dormants dans les tissus. Elle menace la santé chez la femme enceinte (infection congénitale) et les patients immunodéprimés (réactivation). Le rat, comme l'Homme, développe une maladie chronique. Le rat LEW est réfractaire à l'infection.
Le projet se fonde sur les résultats obtenus : la résistance du LEW dépend des cellules hématopoïétiques, met en jeu l'IFN-g et est sous le contrôle d'un locus majeur, Toxo1 (chromosome 10) ; l'étude de lignées congéniques réciproques LEW (résistant) /BN (susceptible) pour Toxo1, montre qu'il contrôle l'issue de l'infection et la prolifération du parasite dans les macrophages.
Ces résultats sont le fruit de la collaboration des trois équipes impliquées dans le projet, dont les expertises sont complémentaires : 1 génétique et immunologie, 2 biologie du toxoplasme, 3 biologie du macrophage. Notre objectif est maintenant d'identifier le(s) gène(s) et les mécanismes mis en jeu, par une double approche de clonage positionnel et d'analyses fonctionnelles.
La dissection génétique de Toxo1 sera réalisée dans un système modèle d'infection des macrophages par T gondii in vitro et dans le modèle in vivo, à l'aide de sous-lignées congéniques BN et LEW recombinantes dans Toxo1 sélectionnées à l'aide d'une carte génétique à haute densité en marqueurs SNPs (collaboration sur contrat, CNG Evry). L'objectif est de délimiter Toxo1 dans 1-2 Mégabase (15-30 gènes). La carte physique de Toxo1, construite par génomique comparative in silico et par analyse de liaison sur hybrides d'irradiation rat/hamster, permettra d'identifier les gènes présents dans Toxo1.
L'expression des gènes présents dans Toxo1 sera analysée en PCR quantitative en temps réel sur des ADNc de macrophages, de manière comparative entre les souches parentales, et les sous-lignées congéniques (infectées ou non). Le transcriptome du rat sera aussi analysé sur puces à ADN (collaboration Génopole Toulouse). Les étapes de pénétration cellulaire et de prolifération du parasite dans les macrophages et les fonctions des macrophages infectés seront analysées en fonction de l'origine génomique BN ou LEW de Toxo1.
Les gènes candidats identifiés par clonage positionnel et par les études fonctionnelles, seront clonés et un polymorphisme BN/LEW sera recherché. La confirmation du rôle du (des) gène(s) fera appel aux méthodes de génomique fonctionnelle, en particulier dans le système-modèle in vitro (transfection cellulaire, RNA-interference..) et par transgénèse.
Des variants alléliques des gènes homologues humains et animaux seront recherchés, et leurs rôles étudiés. Ces connaissances permettront de mieux comprendre les mécanismes de l'infection par T gondii en vue d'applications dans les domaines de la prévention et du traitement.

Coordination du projet

Gilbert FOURNIE (Organisme de recherche)

L'auteur de ce résumé est le coordinateur du projet, qui est responsable du contenu de ce résumé. L'ANR décline par conséquent toute responsabilité quant à son contenu.

Partenaire

Aide de l'ANR 270 000 euros
Début et durée du projet scientifique : - 24 Mois

Liens utiles

Explorez notre base de projets financés

 

 

L’ANR met à disposition ses jeux de données sur les projets, cliquez ici pour en savoir plus.

Inscrivez-vous à notre newsletter
pour recevoir nos actualités
S'inscrire à notre newsletter