CE41 - Inégalités, discriminations, migrations

Genre et inégalités de santé dans CONSTANCES : les déterminants sociaux du vieillissement en bonne santé des femmes et des hommes – GINCO

Résumé de soumission

CONTEXTE: La longévité des femmes constitue un enjeu de santé important : si elles vivent plus longtemps que les hommes, leurs années de vie supplémentaires sont principalement des années de mauvaise santé et d’incapacités. Ces situations de santé altèrent la qualité de vie et nécessitent souvent une lourde prise en charge. Dans ce contexte, l’écart femmes-hommes interroge tant sur ses causes que sur les circonstances dans lesquelles les incapacités sont vécues. Il apparaît que ces différences relèvent en partie de déterminants sociaux inégalement répartis chez les hommes et les femmes, liés à leurs parcours professionnels, sociaux ou familiaux notoirement différents. Toutefois, la littérature donne un aperçu riche mais morcelé des chemins d’exposition, au fil de ces parcours, pour expliquer les différences de santé entre femmes et hommes.

OBJECTIFS. Notre projet propose de développer une approche holistique de ces différences, à partir d’une nouvelle base de données, la cohorte CONSTANCES. Elle permettra de construire des indicateurs reflétant les différentes dimensions de la santé (du fonctionnement biologique aux incapacités) emblématiques des différences femmes-hommes. L’objectif est de pointer où se logent les différences, puis de mettre en lumière des chemins d’exposition qui pourraient les expliquer. Nous souhaitons identifier des déterminants sociaux à la croisée des parcours professionnels, sociaux et familiaux ; nous supposons qu’il existe des circonstances (conditions de vie, métiers, situation familiale) pouvant modifier ces chemins d’exposition et moduler les risques de santé. Il s’agira au total d’expliquer des différences entre femmes et hommes, mais aussi parmi les femmes et parmi les hommes.

MÉTHODES. Le projet s’appuie sur cinq tâches construites autour des données de CONSTANCES. Nous travaillerons sur l’échantillon des 45 ans ou plus (n=81 400 personnes fin 2018). Différentes méthodes seront déployées pour 1) Préciser les différences femmes-hommes face à certaines maladies et incapacités (à partir des prévalences, espérances de vie sans incapacité) ; 2) Qualifier les différences de fonctionnement biologique et fournir un tableau clinique et fonctionnel pour analyser les différences, en lien avec la Tâche 1 ; 3) Éclairer des chemins d’exposition contribuant aux différences de santé établies dans les Tâches 1-2, et liés à des situations critiques des histoires professionnelles, familiales et sociales (sur la base d'indicateurs composites d’expositions stressantes ; méthodes d’analyses multivariées et imbriquées, de typologies des parcours et d’analyses de séquences ; équations structurelles des liens avec les parcours). 4) Porter une approche quasi-expérimentale pour analyser si la réforme du congé parentale APE en France - qui a accru les périodes d’inactivité avec un effet mitigé sur les carrières des mères - a eu un effet à plus long terme sur leur santé (avec la méthode des doubles différences). 5) Porter une réflexion collective sur les limites des mesures de situations sociales et familiales critiques dans les enquêtes.

PERSPECTIVES. Notre projet implique cinq équipes pluridisciplinaires françaises et étrangères, rassemblant des chercheurs travaillant de longue date dans le champ des parcours de vie et/ou des déterminants sociaux de la santé. Il s’appuiera sur cette expertise et sur ces nouvelles données de santé : nous souhaitons éclairer la problématique des différences de genre en santé par la prise en compte d’expositions liées à des parcours de vie genrés. Ce projet vise plus généralement à élargir le champ des déterminants sociaux de la santé à l’intersection des sphères professionnelle et familiale, en envisageant notamment de politiques publiques. Ce faisant, ce projet vise à élargir aussi le champ des leviers d’action pour améliorer l’état de santé de la population en général et, potentiellement, réduire les différences de santé entre groupes de population.

Coordinateur du projet

Madame Emmanuelle CAMBOIS (INED - Démographie économique)

L'auteur de ce résumé est le coordinateur du projet, qui est responsable du contenu de ce résumé. L'ANR décline par conséquent toute responsabilité quant à son contenu.

Partenaire

Ined - Démo éco INED - Démographie économique
INSERM - LEASP Epidémiologie et analyses en santé publique : risques, maladies chroniques et handicaps
KCL King's College / Department of Global Health & Social Medicine
HCPDS Harvard / Harvard Center for Population and Development Studies

Aide de l'ANR 368 445 euros
Début et durée du projet scientifique : mai 2020 - 48 Mois

Liens utiles

Inscrivez-vous à notre newsletter
pour recevoir nos actualités
S'inscrire à notre newsletter