Ouvert – 2022

2eme appel à projet conjoint Sargassum : Comprendre et prédire la prolifération des sargasses

Avant 2010, les algues brunes Sargasses ne proliféraient que dans l'Atlantique Nord tropical, dans la mer des Sargasses. Actuellement, elles ont été observées au large des côtes brésiliennes, jusqu'aux côtes mexicaines et dans l'ensemble de la mer des Caraïbes. Parallèlement, à l'ouest de l'Atlantique, elles fleurissent sur les côtes africaines, de la Sierra Leone au Ghana, créant ainsi la ceinture verte de sargasses de l'Atlantique (GASB) avec une certaine continuité entre les parties orientale et occidentale. Les raisons de l'incidence croissante des efflorescences doivent faire l'objet de recherches plus approfondies. Pour les sargasses qui affectent les côtes des Caraïbes et des États-Unis, l'hypothèse selon laquelle les nutriments amazoniens sont liés à la déforestation et à l'intensification de l'agriculture fait toujours l'objet de discussions et de controverses. Les questions de l'influence du changement climatique sur les modifications des conditions hydrodynamiques dans la zone équatoriale et éventuellement sur le changement des schémas de dérive des vents et des précipitations ne sont pas élucidées en relation avec l'augmentation et le changement géographique du GASB.

Les grands afflux continus d'algues sargasses qui affectent actuellement les côtes des Caraïbes et des États-Unis sont les pires depuis 2011 avec 20 millions de tonnes en 2018 avec un GASP de plus de 8800km de long. L'impact économique de leur échouage se compte en millions d'euros, notamment dans l'industrie du tourisme et les émissions associées de sulfure d'hydrogène (H2S) et d'ammoniac (NH3) ont un effet significatif sur la santé des habitants des côtes. Les impacts écologiques marins n'ont pas encore été évalués.

Afin d'améliorer la gestion des afflux de Sargassum, il est impératif d'accroître nos connaissances sur les conditions hydrodynamiques comme base pour développer une compréhension fiable des causes de l'occurrence et de leur variabilité inter-annuelle afin de mieux prévoir les années où les conditions d'échouage des radeaux flottants de bancs de Sargassum sont très élevées. Ces exigences sont au cœur du présent appel conjoint, qui s’attache à 3 thématiques :

  1. Construction d'un ensemble commun de données pour alimenter les différents modèles hydrodynamiques ;
  2. Modèle biologique des sargasses pour le couplage ;
  3. Développement d'un modèle intégratif couplant l'hydrodynamique et la biologie des sargasses expliquant la variabilité des événements liés aux sargasses ;

Cet appel à projets a pour objectif d’apporter des solutions pragmatiques à l’échouage des sargasses et enrichir les connaissances sur ce phénomène qui affecte plus particulièrement les îles du bassin caribéen. Il est soutenu par l’ANR, la CONACYT (Mexique), la FACEPE (Brésil) et le NWO (Pays-Bas).

Ouvert
Clos
Ouverture : 25/11/2021 à 11h00 CET
Fermeture : 30/01/2022 à 14h00 CET

Contacts ANR :

Antoine MORISOT          
antoine.morisot(at)agencerecherche.fr         
+33 (0)1 78 09 82 65

Inscrivez-vous à notre newsletter
pour recevoir nos actualités
S'inscrire à notre newsletter