PAUSE-ANR Ukraine - PAUSE-ANR Ukraine

Hallucinations Auditives: le rôle des processus cognitifs-affectifs et sensoriels – AH-CASE_Ukraine

Résumé de soumission

Les hallucinations auditives (AH) font partie des expériences les plus fréquentes et les plus perturbantes décrites par les personnes atteintes de psychose et d'autres troubles mentaux et neurologiques. Elles sont également présentes dans la population générale. L'adoption d'une approche centrée sur les symptômes a permis d'améliorer considérablement la compréhension des mécanismes sous-jacents aux AH. Un modèle des AH proposé par Waters et al. (2012) souligne l'importance des mécanismes bottom-up et top-down. Les mécanismes top-down comprennent les biais de détection des signaux en cas d'ambiguïté, l'hypervigilance, la confiance excessive dans les connaissances antérieures, ainsi que les mécanismes affectifs (ex. anxiété). Dans le présent projet, nous cherchons à mieux comprendre les mécanismes bottom-up and top-down associés à l'AH, qui ont rarement été explorés ensemble. Notre premier objectif est d'évaluer le rôle des aspects bottom-up et, notre second objectif, de développer des tâches expérimentales pour manipuler l'effet des processus liés à l'anxiété (ex., l'hypervigilance) et d'autres mécanismes (ex., la confiance excessive dans les attentes) sur l'AH. Ce projet proposera quatre études. Dans la première étude, nous testerons une nouvelle tâche de détection de signaux auditifs (aSDT) afin d'évaluer la propension des participants à faire de fausses alarmes (FA) et de tester l'association entre les processus auditifs de base et l'AH. L'aSDT a été utilisée pour évaluer le rôle du traitement top-down sur l'AH. Les individus rapportant des AH ont tendance à montrer un biais vers la déclaration d'un plus grand nombre de FA, c'est-à-dire la déclaration d'entendre un discours intégré dans le bruit alors qu'il n'est pas présent. Dans cette étude, nous proposerons un nouveau stimulus auditif conçu pour l'audition humaine. Dans la deuxième étude, notre objectif est de reproduire l'étude de Dudley et al. (2014) et de déterminer ainsi si l'induction de l'anxiété conduirait à une augmentation des FA, ainsi que d'étendre leurs résultats en explorant si l'induction de l'anxiété conduirait également les individus à s'appuyer davantage sur des connaissances préalables lors de la perception de stimuli ambigus (predictive processing framework). Cette étude sera la première à combler le fossé entre le « predictive processing framework » et la recherche en psychopathologie expérimentale sur les AH tout en considérant le rôle des aspects émotionnels et sociaux des AH. Nos deux dernières études visent à explorer si l'apprentissage discriminatif de la peur est impliqué dans la persistance des AH à contenu négatif. Tandis que l'étude 3 utilisera le paradigme de conditionnement classique de Pavlov combiné à une aSDT, dans l'étude 4, nous développerons une nouvelle tâche utilisant la réalité virtuelle pour simuler les situations de la vie quotidienne. Par conséquent, ce projet ANR contribuera à la recherche en affinant les modèles actuels des AH. Plus précisément, ces études nous apprendront comment ces mécanismes interagissent pour expliquer les AH en laboratoire et dans des conditions expérimentales qui simulent le fonctionnement de la vie quotidienne. La compréhension de ces interactions permettra le développement de modèles cognitifs qui saisissent la nature interactive des symptômes et des mécanismes associés. Il est important de noter que ce projet sera développé dans une atmosphère de réplication, de transparence de la recherche et de pré-enregistrement. Les résultats seront présentés lors de différentes conférences et soumis dans des revues à comité de lecture. Le Dr Catherine Bortolon, Maître de Conférence, sera la coordinatrice scientifique du projet. Elle a une grande expérience dans le domaine de l'AH, tout comme ses collaborateurs. Ce projet sera une grande opportunité pour elle de renforcer sa recherche sur les hallucinations, de commencer de nouvelles collaborations, et de consolider les anciennes.

Coordination du projet

Hans IJzerman (LABORATOIRE INTERUNIVERSITAIRE DE PSYCHOLOGIE. PERSONNALITE, COGNITION, CHANGEMENT SOCIAL EA4145)

L'auteur de ce résumé est le coordinateur du projet, qui est responsable du contenu de ce résumé. L'ANR décline par conséquent toute responsabilité quant à son contenu.

Partenaire

LIP/PC2S LABORATOIRE INTERUNIVERSITAIRE DE PSYCHOLOGIE. PERSONNALITE, COGNITION, CHANGEMENT SOCIAL EA4145

Aide de l'ANR 35 000 euros
Début et durée du projet scientifique : - 12 Mois

Liens utiles

Explorez notre base de projets financés

 

 

L’ANR met à disposition ses jeux de données sur les projets, cliquez ici pour en savoir plus.

Inscrivez-vous à notre newsletter
pour recevoir nos actualités
S'inscrire à notre newsletter