CE17 - Recherche translationnelle en santé

Le fer comme cible thérapeutique dans la retinopathie du prématuré – FeROP

Résumé de soumission

Ce projet vise à déterminer le potentiel thérapeutique de la transferrine et de la lactoferrine dans la prévention de la rétinopathie du prématuré (ROP). La ROP, une des principales causes de cécité chez l’enfant, est secondaire à un apport excessif d'oxygène induisant un stress oxydatif, et à des taux plus bas de facteurs de croissance placentaire: IGF-1/IGFBP-3. Une évolution des pratiques visant une saturation en oxygène plus élevée a conduit à une augmentation de l’incidence de la ROP. Puisque l'hyperoxie favorise la formation de radicaux libres, l'identification de stratégies visant à atténuer le stress oxydatif redevient intéressante pour prévenir la ROP. Les prématurés ont besoin d'une supplémentation en fer et de transfusions de globules rouges, source majeure de surcharge en fer. Étant donné qu'un excès de fer aggrave le stress oxydatif, nous émettons l'hypothèse que le stress oxydatif impliqué dans la ROP résulterait non seulement de l'oxygénothérapie, mais également d'une surcharge en fer, qui pourrait être réduite par l'administration de molécules chélatrices du fer. Nous avons montré que la transferrine possède des effets antioxydants et anti-apoptotiques dans plusieurs maladies de la rétine, par chélation du fer mais aussi par activation de voies neuroprotectrices telles que IGFBP3, qui a un rôle majeur dans la ROP. La lactoferrine (de structure similaire et bien tolérée chez les prématurés) a l'avantage de pouvoir être utilisée par voie orale. En utilisant un modèle murin de rétinopathie induite par l'oxygène, un modèle néonatal de supplémentation en fer, une exploration in vivo de la rétine et des méthodes de référence pour la quantification vasculaire et neurale rétinienne ex vivo, nous visons à déterminer: si la supplémentation en fer augmente la ROP (AIM1), si la transferrine (locale ou systémique) ou la lactoferrine orale préviennent la ROP (AIM 2 et 3), et à identifier les mécanismes et voies impliqués (AIM 4).

Coordination du projet

Alejandra Daruich (CENTRE DE RECHERCHE DES CORDELIERS)

L'auteur de ce résumé est le coordinateur du projet, qui est responsable du contenu de ce résumé. L'ANR décline par conséquent toute responsabilité quant à son contenu.

Partenaire

CRC CENTRE DE RECHERCHE DES CORDELIERS

Aide de l'ANR 304 360 euros
Début et durée du projet scientifique : janvier 2023 - 36 Mois

Liens utiles

Explorez notre base de projets financés

 

 

L’ANR met à disposition ses jeux de données sur les projets, cliquez ici pour en savoir plus.

Inscrivez-vous à notre newsletter
pour recevoir nos actualités
S'inscrire à notre newsletter