CE01 - Terre solide et enveloppes fluides

Conséquences biogéochimiques de l'infection des diatomees par les virus – BONUS

Résumé de soumission

Les virus ont des impacts biogéochimiques globaux principalement à travers la mortalité (lyse) et la reprogrammation métabolique de leurs hôtes microbiens. La lyse virale module la dynamique du réseau trophique en dérobant la biomasse vivante des niveaux trophiques supérieurs et en la redirigeant vers la boucle microbienne. Ce « shunt viral » est l'un des flux de carbone majeurs dans l'océan. Les virus affectent également le cycle des nutriments pendant l'infection, avec le détournement du métabolisme de l'hôte au profit de la production virale. Cette reprogrammation altère profondément l'acquisition des ressources, le métabolisme carboné et énergétique et donc la niche écologique des cellules infectées. Ces connaissances reposent presque exclusivement sur l'étude des virus contenant des génomes à ADN. Bien que les virus à ARN représentent une fraction importante de la virosphère marine (environ la moitié), leur rôle fonctionnel reste mal compris. BONUS propose d’étudier cette composante sous-explorée de la biosphère et de ses impacts biogéochimiques des organismes-clé dans l’océan, les diatomées. Les diatomées sont responsables de 40 % de la production primaire marine et sont fortement impliquées dans l’export de carbone. Notre projet de 4 ans propose une étude détaillée de l'infection virale chez deux espèces de diatomées dominantes qui possèdent différents traits de vie (large vs.. petite) et patrons d'occurrence (espèce qui forme des efflorescences vs persistente) et testera l'hypothèse selon laquelle l'infection virale altèrent profondément le métabolisme et la physiologie les diatomées et par suite leur devenir écologiques et biogéochimiques. Pour cela, une équipe de recherche pluridisciplinaire adressera 4 questions principales: Quelles sont les fonctions métaboliques qui répondent à l'infection virale ? Quel est l'impact sur l'utilisation et l'allocation des ressources ? Quel est le devenir des diatomées infectées ? Quelle est l‘importance de l'infection virale et de la reprogrammation métabolique dans les populations naturelles? Cette stratégie intégrée devrait permettre une meilleure compréhension fondamentale des mécanismes d'infection et des mesures directes pour quantifier l'impact de l'infection des diatomées sur la dynamique de la biogéochimie marine. Compte tenu de l'importance des virus à ARN et des populations de diatomées ciblées, nous anticipons que nos recherches mèneront à la découverte de processus importants qui conditionnent le fonctionnement de l'océan.

Coordination du projet

Anne-Claire Baudoux (Sorbonne Université)

L'auteur de ce résumé est le coordinateur du projet, qui est responsable du contenu de ce résumé. L'ANR décline par conséquent toute responsabilité quant à son contenu.

Partenaire

LEMAR LABORATOIRE DES SCIENCES DE L'ENVIRONNEMENT MARIN
AD2M Sorbonne Université
LPCV Commissariat à l'énergie atomique et aux énergies alternatives
MIO Université Aix-Marseille
ISYEB Institut de Systématique, Evolution, Biodiversité
SBR Sorbonne Université

Aide de l'ANR 663 970 euros
Début et durée du projet scientifique : décembre 2022 - 48 Mois

Liens utiles

Explorez notre base de projets financés

 

 

L’ANR met à disposition ses jeux de données sur les projets, cliquez ici pour en savoir plus.

Inscrivez-vous à notre newsletter
pour recevoir nos actualités
S'inscrire à notre newsletter