DS0303 - Matériaux et procédés

Les Microfibrilles de cellulose comme nouveaux matériaux biosourcés pour designer des dispositifs bio-actifs de chirurgie réparatrice de tissus mous – CELLICAL

Résumé de soumission

Les celluloses microfibrillées (appelées MFC) sont considérées comme les nouveaux produits à haute valeur ajoutée issus de la biomasse. Sur les 10 dernières années, l'intérêt pour ces nouveaux matériaux bio-sourcés est grandissant, notamment de par leurs très bonnes propriétés mécaniques et de barrières, ainsi que leur industrialisation annoncée dès 2011. Dans ce projet CELLICAL, nous souhaitons utiliser ces MFC pour développer une nouvelle classe de substrats biosourcés et biocompatibles avec un relargage contrôlé de molécules actives pour améliorer les dispositifs médicaux de réparation des tissus mous en chirurgie. Ce nouveau produit répondrait ainsi aux attentes cliniques telles que les complications infections et douleur, et limiterait les soucis de récurrence post-opératoires. En effet ce type de matériau est l'un des plus utilisés parmi les dispositifs médicaux. Avec un marché de 3 milliards d'euros par an et une croissance annuelle de 8%, il concerne principalement les réparations des hernies ventrales ou inguinales. Cependant, les complications infectieuses restent le problème principal des chirurgiens et des autorités sanitaires dans la chirurgie des tissus mous. Ces complications aboutissent le plus souvent à des coûts médico-sociaux inacceptables, avec un nouvel acte chirurgical, des traitement médicaux, des pertes de qualité de vie, mais aussi et surtout une diminution de l’espérance de vie, notamment dans le cas des chirurgies oncologiques. Force est de constater qu'il y a donc une attente évidente pour trouver une solution qui permettrait de contrôler localement le relargage d'antiseptique pour limiter les complications infectieuses, mais aussi de médicament tel qu'un antalgique pour diminuer les douleurs post-opératoires. Ainsi divers médicaments et des antiseptiques seront choisis et immobilisés (par greffage ou absorption) sur les MFC déposées sur le dispositif médical ou utilisées seules pour réparer les tissus mous.
Dans un premier temps les travaux porteront sur les pré-traitements de la biomasse et plus précisément de la cellulose afin d'obtenir des grades de MFC de haute qualité. En parallèle, les bioconjugués actifs seront préparés par des voies de synthèse innovantes à partir d'oligosaccharides et des molécules actives sélectionnées. Ensuite, les nouveaux dispositifs médicaux à base de MFC modifiées seront préparés à l'échelle du démonstrateur et le relargage des molécules étudiées.
L'idée de base du projet est de partir de la biomasse (avec 1 partenaire industriel et 1 start-up) pour fabriquer des systèmes médicaux pour la réparation de tissus mous (1 industriel et 1 laboratoire universitaire) en utilisant des MFC fonctionnalisées avec de nouvelles molécules bioactives (1 centre technique et 3 laboratoires universitaires).

Coordinateur du projet

Monsieur Naceur BELGACEM (Laboratoire de Génie des Procédés Papetiers)

L'auteur de ce résumé est le coordinateur du projet, qui est responsable du contenu de ce résumé. L'ANR décline par conséquent toute responsabilité quant à son contenu.

Partenaire

TEMBEC Tembec Innovation
SOFRADIM SOFRADIM Production
LGP2 Laboratoire de Génie des Procédés Papetiers
CTP Centre Technique du Papier
UJF-DPM Université Joseph Fourrier-Département de Pharmacochimie Moléculaire
CERMAV Centre de Recherche sur les Macromolecules Végétales
UL2-INSERM Université Lille 2

Aide de l'ANR 597 042 euros
Début et durée du projet scientifique : septembre 2015 - 42 Mois

Liens utiles