Eranet LEAP Agri - Eranet LEAP Agri

Roles of Agroforestry in sustainable intensification of small farMs and food Security for Societies in West Africa – RAMSES II

Plus d'arbres, plus de résilience ?

L'agroforesterie, une option prometteuse pour la conception de systèmes agricoles durables et résistants, plus particulièrement en Afrique de l'Ouest très vulnérable face aux changement globaux.

Contexte, questions et objectifs

Actuellement, dans les parcs d'Afrique de l'Ouest, la densité des arbres dépend de l'équilibre entre la baisse de rendement des cultures due à la concurrence pour la lumière, l'eau et les nutriments et les produits polyvalents et autres services fournis par les arbres. En outre, cette densité varie en fonction des priorités sociales, économiques et environnementales que les agriculteurs et les communautés accordent aux produits et autres services fournis par les parcs. Malgré les multiples avantages que procurent les arbres, et même si la capacité de charge environnementale permet de planter davantage d'arbres dans les champs de culture, ces connaissances ne suffisent pas à convaincre les petits agriculteurs de planter et de protéger des arbres s'ils sont confrontés à de lourdes contraintes (telles qu'un régime foncier incertain) et/ou s'ils ont d'autres priorités, souvent à court terme, en matière de nourriture et de revenus. L'accès aux ressources arboricoles des parcs dépend de la manière dont les parcs et les arbres sont régis dans le cadre des systèmes politiques, culturels, économiques et sociaux. <br />Conscient de ces deux axes de l'intensification de l'agroforesterie, RAMSESII vise à fournir des scénarios innovants pour la gestion de l'intensification durable (ISMSI) des parcs agroforestiers, construits conjointement avec les parties prenantes à deux échelles pour maximiser et soutenir leur adoption : <br /> - l'échelle de l'exploitation agricole, <br /> - à l'échelle du territoire du village.

1. L'approche du projet :
Capitaliser sur des décennies de données et des partenariats de recherche dans quatre parcs représentatifs de leur diversité en Afrique de l'Ouest pour faciliter l'extrapolation et la réplication des résultats. RAMSESII adopte une approche holistique, transdisciplinaire et multi-échelle pour évaluer et prendre en compte les moteurs de gestion des parcs traduits en recherche-action par :
a. Collaboration au sein d'une « communauté élargie de pairs « de scientifiques : chercheurs en sciences sociales, politiques et économiques, forestiers, agronomes, pédologues, géographes, biophysiciens, écologistes, experts en télédétection, modélisateurs, avec les agriculteurs et autres acteurs de l'agroforesterie pour partager les connaissances scientifiques et endogènes sur la plupart des problématiques agroforestières ouest-africaines ;
b. Analyse des priorités, attitudes, compétences et atouts des agriculteurs pour adopter des scénarios d'intensification basés sur des preuves scientifiques et locales, développés avec et sélectionnés par les parties prenantes ;
c. Évaluation des impacts des scenarii d'intensification sur les revenus agricoles et les services écosystémiques, principalement l'approvisionnement en priorité pour la sécurité alimentaire ;
d. Caractérisation des parties prenantes, des cadres de gouvernance, des arrangements institutionnels et des politiques ayant un impact sur la gestion des parcs,
e. Co-construction avec les parties prenantes de scénarios réalistes de régime foncier et de gouvernance qui permettent aux agriculteurs d'intensifier durablement les forêts-parcs ;
f. Développement d'un cadre de suivi et d'évaluation des impacts du projet.

2. Les quatre systèmes agroforestiers s'appuyant sur la recherche existante :
RAMSESII capitalise sur les recherches existantes dans quatre types de parcs et analyse les facteurs de leur dynamique à l'échelle du paysage, du territoire et de l'exploitation, les services socio-écosystémiques fournis par les arbres, et la modélisation dont les variables sont la gestion des arbres et du parc, l'évolution climatique, l'utilisation des terres, la démographie et l'évolution des marchés.
Les parcs investis sont les suivants :
a. Millet-Faidherbia albida à Niakhar, Sénégal, situé sur l'observatoire du Système de Surveillance Démographique de la Santé existant depuis 1963, qui analyse les changements sociaux et démographiques et les relations entre les personnes et leur environnement.
b. Le mil-Guiera senegalensis, situé à Thiès-Keur Matar, Sénégal dont les interactions sont étudiées depuis 2011.
c. Le karité (Vitellaria paradoxa) vers Koumbia, Burkina Faso, aux forts enjeux de genre et de commerce international. Des techniques de régénération des arbres par diffusion «en grappe« y sont menées depuis 2012 par l'INERA.
d. Sorgho-Piliostigma spp. à Kamboinsé-Yilou, Burkina Faso, dont les interactions et les pratiques de gestion améliorées ont été suivies depuis 2013.

Les résultats du projet sont mis en ligne sur le site public du projet : josianeseghieri.wixsite.com/ramsesii/the-deliverables
Trajectoires des parcs : Au Burkina comme au Sénégal, les parcs subissent une dégradation très hétérogène due d’abord à des facteurs anthropiques : extension des terres agricoles, diminution des jachères, mécanisation, extension de l'occupation urbaine ; péjorée par les facteurs climatiques : sécheresses répétées, vents excessifs, excès d'eau. La nature et la densité et la dimension (âge) des arbres, la composition du parc, son état, sa gestion et ses fonctions dépendent des ethnies qui les gèrent et de leur histoire (natifs vs migrants), de l’ancienneté des villages, de la distance aux habitations, des autres sources de revenus et de produits alimentaires (élevage, filières, travail en ville) accessibles aux exploitants. Au Sénégal, les filières à haute valeur socio-économique identifiées sont : Baobab, Tamarin, Faidherbia albida, Balanites aegyptiaca. Elles sont nombreuses au Burkina avec une forte dominance du karité. Les villages de brousse y sont pourtant des lieux d’émergence de nouveaux types de parcs. Les premiers résultats soulèvent des questions sur les possibilités et l'intérêt de l'intensification agricole, en relation avec l'emploi des travailleurs, la part de l'agriculture dans la structure des revenus des ménages, ou l'utilité de l'agroforesterie dans les systèmes de production.
Services d’approvisionnement : L’effet des arbustes de Piliostigma sur le rendement en paille et en grain du sorgho à la récolte n'est pas significatif. L’intérêt du Piliostigma réside plus dans les pratiques d’épandages de rameaux en vigueur vers Yilou, au Burkina. La proximité du karité a un effet négatif ou nul sur le rendement de sorgho. Le rapport des biomasses racine/partie aérienne du sorgho étant supérieur sous les arbres (racines favorisées par la proximité de l’arbre), il suggère, qu’un effet d’ombrage est en cause sur la réduction du rendement. L’effet du couvert du F. albida a un effet favorable sur le rendement de mil (2 fois supérieur sous la canopée qu’à mi-distance du tronc). L’effet est visible sur la litière et le LAI par drone jusqu’à environ 18 m du tronc. Son effet n’est, en revanche, pas significatif sur le rendement d’arachide sans doute plus indépendante de la fertilité en tant que légumineuse que le mil. Le rapport des biomasses racine/partie aérienne augmente avec la distance au F. albida, pour le mil comme pour l’arachide, signe de diminution des ressources avec l’éloignement de l’arbre. Les principaux usages des arbres sont: bois d’œuvre et combustible, amandes et fruits, feuilles comestibles ou fourragères à usage alimentaire ou de santé. 3 méthodes convergent pour estimer que la croissance des cernes de F. albida est d'environ 1cm / an à 130 cm du sol, donc après que la tige ait atteint cette hauteur. Enfin, les biomasses les plus élevées de Piliostigma ont été enregistrées avec 976 arbustes/ha.

Les perspectives concernent principalement la finalisation de l'analyse des données collectées sur le terrain dans les cadre des WP 1 (facteurs de trajectoires des parcs) et WP 2 (services écosystémiques), la paramétrisation et validation des modèles socio-économiques et biophysiques (WP3) et, enfin, la mise en place des plateformes d'innovation au Sénégal et au Burkina Faso (WP 3).

Seghieri Josiane, Droy Isabelle, Hadgu Kiros, Place Frank. (2021). Introduction to the special issue ‘‘scaling up of agroforestry innovations: enhancing food, nutrition and income security’’. Agroforestry Systems, [Early access]. p. [5 p.]

Seghieri Josiane, Brouwers J., Bidou J. E., Ingram V., Droy Isabelle, Bastide B., Sanogo D. (2020). Research and development challenges in scaling innovation : a case study of the LEAP-Agri RAMSES II project. Agroforestry Systems, [Early access], p. [12 p.].

Roupsard O., Audebert A., Ndour A. P., Clermont Dauphin Cathy, Agbohessou Y., Sanou J., Koala J., Faye E., Sambakhe D., Jourdan C., le Maire G., Tall L., Sanogo D., Seghieri Josiane, Cournac Laurent, Leroux L. (2020). How far does the tree affect the crop in agroforestry ? New spatial analysis methods in a Faidherbia parkland. Agriculture Ecosystems and Environment, 296, p. art. 106928 [14 p.].

Seghieri Josiane. (2019). Shea tree (Vitellaria paradoxa Gaertn. f.) : from local constraints to multi-scale improvement of economic, agronomic and environmental performance in an endemic Sudanian multipurpose agroforestry species. Agroforestry Systems, 93 (6), p. 2313-2330.

Project main question: ”How does the intensification of agroforestry practices can contribute to sustainable agricultural production and food security in West Africa ?”.
Objectives and approach:
Agroforestry is a form of “alternative” agriculture which provides multifunctional environmental, economic and social solutions to sustainably contribute to food and income security, while directly mitigating climate change by buffering micro-climate variations. Tree density in parklands depends on
balancing crop yield decline, due to competition with trees for vital resources, with advantages provided by trees, according to the social, economic and environmental weights priorities that farmers give to parklands. Parkland management also depends on the user access facilities that are under
the control of State and customary institutions governing rights on land and natural resources. Consequently, to maximize their adoption, RAMSESII aims at providing Innovative Scenarios for Managing Sustainable Intensification (ISMSI) of agroforestry parklands that are co-built with Senegalese and Burkinabe stakeholders on the four most common parklands in Africa. A first group of participants works on diagnosis of their dynamic drivers. A second group works on modelling processes controlling tree impacts on farm provisioning and income, associated crop and environment. A third group works on intensification scenarios proposed by farmers at farm scale. To help farmers to select “the best” scenarios, a bio-economic model provides scenario impacts on farm income and environmental performances. Another participative approach at territory scale provides realistic arrangements of parkland and tree governance that favour and sustain farmers who intensify their parklands. A fourth working group uses previous group results in order to co-build with stakeholder’s strategies of ISMSI diffusion at national and sub-regional (West Africa) scales as well as indicators to monitor their impacts.

Coordinateur du projet

Madame Josiane SEGHIERI (INSTITUT DE RECHERCHE POUR LE DEVELOPPEMENT)

L'auteur de ce résumé est le coordinateur du projet, qui est responsable du contenu de ce résumé. L'ANR décline par conséquent toute responsabilité quant à son contenu.

Partenaire

Association pour la promotion des arbres fertilitaires de l agroforesterie et la foresterie internationale
Global Shea Alliance
INERA
ISRA - Institu sénégalais de recherche agronomique
WASCAL
Birdlife International
Wageningen University & Research
CIRAD - UMR Eco&Sols Centre de Coopération Internationale en Recherche Agronomique pour le Développement, UMR Eco&Sols
IRD - UMR HSM INSTITUT DE RECHERCHE POUR LE DEVELOPPEMENT

Aide de l'ANR 249 996 euros
Début et durée du projet scientifique : août 2018 - 36 Mois

Liens utiles

Explorez notre base de projets financés

 

 

L’ANR met à disposition ses jeux de données sur les projets, cliquez ici pour en savoir plus.

Inscrivez-vous à notre newsletter
pour recevoir nos actualités
S'inscrire à notre newsletter