CE18 - Innovation biomédicale

Syncytines pour l’ingénierie du génome des lymphocytes B – SYN-B

Syncytines pour l’ingénierie du génome dans les lymphocytes B

Nouvelles technologies d'édition du génome pour la reprogrammation de la spécificité ou des propriétés des anticorps dans les lymphocytes B

Objectifs du projet SYN-B

L’objectif principal du projet SYN-B est de réaliser l’ ingénierie des gènes des immunoglobulines dans les lymphocytes B afin de re-programmer la spécificité antigénique des cellules (“induced Ag-specificity replacement” (iASR)) ou afin de modifier la classe de chaine lourde des anticorps produits par les cellules (induced class switch recombination (iCSR)). Le projet repose sur l’utilisation de la technologie CRISPR/Cas9 et testera l’intérêt d'utiliser comme outils, des vecteurs lentiviraux pseudotypés avec des syncytines car ces glycoproteines ont un tropisme marqué pour les lymphocytes B. Le projet mettra en application les diverses approches développées dans des modèles in vitro et in vivo, permettant de définir les intérêts thérapeutiques ou diagnostiques potentiels de ces approches.

Projet de 3 ans qui s'organise sous forme de 4 worckpackage scientifiques:
WP1: Optimisation des outils d'édition du génome CRISPR/Cas dans les lymphocytes B
WP2: Development de stratégies iASR dans les cellules B primaires
WP3: Validation fonctionelle de l' iASR chez la souris
WP4: Ingénierie iCSR and IgH constant region dans les hybridomes.

Le rapport intermédiaire à M18 montre que nous avons atteint les premiers jalons sans difficulté c'est à dire mis en place les outils et les méthodes et obtenu les premiers résultats d'iASR et de iCSR dans les cellules B. Seul un jalon initialement prévu dans le WP3 chez la souris a été adapté pour prendre en compte les avancées rapides du domaine.

Les travaux en cours dans les WP2 et WP3 consistent donc à optimiser les conditions de culture cellulaire permettant d’augmenter le niveau d’édition génomique des lymphocytes B primaires. Par ailleurs, les travaux sont en cours pour mettre au point les condition d’utilisation des IDLV pseudotypés avec des syncytines humaines (Syn1 ou Syn2) pour l’apport de l’HDRT dans les lymphocytes B.
Les futures perspectives pour le WP4 sont la réalisation du rétro-switch dans les hybridomes avec une comparaison entre la technique RNP/HDRT et RNP/IDLV afin d’établir un protocole robuste.
Les travaux avancent bien et des premières publications et communications ont été réalisées.

A M18
1 article en cours de soumission
1 abstract en congrès

Les cellules B produisent des anticorps (Ac), jouent un rôle essentiel dans le système immunitaire et sont des cibles thérapeutiques importantes. En tant qu'hybridomes, les cellules B sont également des outils essentiels pour la production biotechnologique de réactifs monoclonaux d'immunoglobulines (Ig) recombinantes. La possibilité de modifier le génome des cellules B pour contrôler la production d'Ig a donc un intérêt potentiellement important en santé humaine par le biais de vaccins, d’applications thérapeutiques dans le cancer, l'auto-immunité, les maladies infectieuses ou génétiques et pour le diagnostic biomédical. Cependant, les cellules B primaires restent difficiles à modifier génétiquement. La technologie d'édition du gènome n'est pas couramment utilisée dans les cellules B pour induire la production d'un Ac désiré au lieu des propres Ig de la cellule. Nous avons récemment découvert un nouveau système pour l'administration efficace de gènes aux cellules B humaines et murines, que nous proposons d'exploiter pour l'édition du génome via CRISPR / cas9. Trois laboratoires collaboreront pour développer des outils et des applications thérapeutiques dans des modèles humains et murins. Les efforts seront intialement focalisés sur l’édition du locus codant pour les chaines lourdes des Ig. Un objectif consistera à rediriger précisément la spécificité d’Ac par l’induction d’un remplacement de spécificité antigénique (iASR). Un Ac bien décrit sera utilisé pour tester les stratégies de l'iASR in vitro et in vivo. Un autre objectif sera de modifier la région constante IgH pour forcer une recombinaison et une commutation de classe spécifique (iCSR). Cette stratégie sera développée pour générer des Ac de type IgM dans des hybridomes, pour le diagnostic et typage sanguin. Globalement, l'ambition de ce projet est résoudre des obstacles technologiques importants afin d'obtenir une plate-forme efficace pour l'ingénierie des lymphocytes B et la thérapie par anticorps vectorisés.

Coordinateur du projet

Madame Anne GALY (Integrated genetic approaches in therapeutic discovery for rare)

L'auteur de ce résumé est le coordinateur du projet, qui est responsable du contenu de ce résumé. L'ANR décline par conséquent toute responsabilité quant à son contenu.

Partenaire

UMR_S951 Integrated genetic approaches in therapeutic discovery for rare
CRIBL CNRS UMR7276 INSERM U1262 Contrôle des réponses immunes B et des lymphoproliférations
PFBI Plateforme Française d’innovation biotechnologique

Aide de l'ANR 1 020 925 euros
Début et durée du projet scientifique : septembre 2018 - 36 Mois

Liens utiles

Inscrivez-vous à notre newsletter
pour recevoir nos actualités
S'inscrire à notre newsletter