DS10 - Défi de tous les savoirs

Outils de calculs automatisés pour le Higgs dans des modèles génériques – HIGGSAUTOMATOR

HiggsAutomator

Outils de calculs automatisés pour le Higgs dans des modèles génériques

Automatisation du calcul des proprietés du boson de Higgs dans les modèles génériques

Même s'il existe plusieurs indications indirectes pour la physique au delà du modèle standard, la comprehension de l’origine et la stabilité de l'échelle d’énergie electrofaible représente un défi au vu des contraintes actuelles sur toutes nouvelles particules qui coupleraient de façon significative au boson de Higgs. Le but de ce projet est de développer des outils puissants et simples d’emploi pour rapidement analyser les implications pour le secteur du Higgs dans une variété <br />de modèles pour la nouvelle physique, en particulier par le calcul de la masse du Higgs, en combinaison avec ses taux de production et de désintégration et les comparant aux (nouvelles) données expérimentales. On peut ainsi utiliser ces quantités pour déterminer la viabilité de n'importe quel nouveau modèle de cette nouvelle physique. En pratique, nous allons faire des calculs et les implémenter dans des programmes générateurs de codes de calcul utilisables comme interfaces avec d’autres programmes existant, et qui permettront le calcul dans les nouveaux modèles des propriétés du <br />Higgs : masse, taux de production et de désintégration. Ça nous permettra de donner rapidement des réponses quantitatives aux questions comme : est-ce qu'on dois toujours chercher telles ou telles particules, et en particulier, des superparticules au LHC ?

Les techniques utilisés sont celles de la théorie quantique des champs, avec des calculs analytiques, développement des approches conceptuels et aussi les calculs symboliques et numeriques.

Pendant les premiers 18 mois, le jalon de phase un du projet a été achevé : la résolution du problème de Catastrophe de Boson de Goldstone.

Le papier «Avoiding the Goldstone Boson Catastrophe in general renormalisable field theories at two loops, par Johannes Braathen and Mark D. Goodsell. arXiv:1609.06977 [hep-ph]. 10.1007/JHEP12(2016)056. JHEP 1612 (2016) 056.),« contient la résolution remarquable du problème de Catastrophe de Boson de Goldstone.

9 papiers publiés, deux preprints soumis au arXiv en attendant revue à comité de lecture, un rapport jaune de CERN et une communication de conférence.

Même s'il existe plusieurs indications indirectes pour la physique au delà du modèle standard, la comprehension de l’origine et la stabilité de l'échelle d’énergie electrofaible représente un défi au vu des contraintes actuelles sur toutes nouvelles particules qui coupleraient de façon significative au boson de Higgs. Le but de ce projet est de développer des outils puissants et simples d’emploi pour rapidement analyser les implications pour le secteur du Higgs dans une variété de modèles pour la nouvelle physique, en particulier par le calcul de la masse du Higgs, en combinaison avec ses taux de production et de désintégration et les comparant aux (nouvelles) données expérimentales. On peut ainsi utiliser ces quantités pour déterminer la viabilité de n'importe quel nouveau modèle de cette nouvelle physique. En pratique, nous allons faire des calculs et les implémenter dans des programmes générateurs de codes de calcul utilisables comme interfaces avec d’autres programmes existant, et qui permettront le calcul dans les nouveaux modèles des propriétés du Higgs : masse, taux de production et de désintégration. Ça nous permettra de donner rapidement
des réponses quantitatives aux questions comme : est-ce qu'on dois toujours chercher telles ou telles particules, et en particulier, des superparticules au LHC ?

Coordinateur du projet

Monsieur Mark Goodsell (Laboratoire de Physique Théorique et Hautes Energies, CNRS UMR 7589, UPMC)

L'auteur de ce résumé est le coordinateur du projet, qui est responsable du contenu de ce résumé. L'ANR décline par conséquent toute responsabilité quant à son contenu.

Partenaire

UMR 7589 CNRS UPMC Laboratoire de Physique Théorique et Hautes Energies, CNRS UMR 7589, UPMC

Aide de l'ANR 266 507 euros
Début et durée du projet scientifique : septembre 2015 - 48 Mois

Liens utiles