DS0805 - Cultures, patrimoines, création

Collégiales et monastères de la réforme carolingienne au Concile de Trente (816-1563) – COLEMON

COLÉMON - Collégiales et monastères de la réforme carolingienne au Concile de Trente (816-1563), analyse spatio-temporelle

COLÉMON est un projet de recherche en histoire et analyse spatiale du phénomène religieux. Il a pour objectif de constituer et d’analyser le corpus des monastères et des collégiales de l’espace français entre 816 et 1563 afin de comprendre les ressorts de leur implantation et de l’évolution de ce réseau grâce à un outil de représentation et d’analyse de données dans une démarche spécifique et comparatiste.

Renouveler la géographie ecclésiastique grâce à un corpus numérique analysé de manière spatiale et temporelle

COLÉMON vise à combler un vide en matière de géographie ecclésiastique en proposant un SIG pour satisfaire les attentes des spécialistes d’histoire religieuse comme d’un public plus large d’érudits et d’associations patrimoniales soucieuses de mieux connaître et de valoriser les sites anciens. Mais le fait de réunir dans un même projet collégiales et monastères qui ont partagé pendant des siècles les mêmes fonctions en abritant lieux de pèlerinages, paroisses, collèges, hôpitaux, confréries, etc. nécessite aussi de remettre en cause et de rénover une longue tradition scientifique, tant sur le plan des outils que des problématiques. <br /> <br />COLÉMON a pour volonté de réunir deux secteurs de la recherche historique qui se sont le plus souvent ignorés en empruntant des voies parallèles. Les institutions monastiques ou régulières en général et les établissements séculiers comme les collégiales sont traditionnellement considérés comme deux questions étrangères l’une à l’autre dans un schéma simplificateur de la réalité ecclésiale, clergé séculier d’un côté, clergé régulier de l’autre. Les résultats préliminaires (constitution des deux bases) montrent que l’un ne va justement pas sans l’autre pour leur compréhension mutuelle. L’historiographie a pu aussi absorber toutes les collégiales dans la sphère régulière par confusion des genres de vie religieuse. Ces questions risquent de demeurer à jamais irrésolues ou faussement résolues si les historiens continuent, soit à les envisager séparément, soit à les confondre de manière erronée. Ceci explique que ces établissements séculiers aient longtemps pâti de l’absence de corpus spécifique avant la réalisation de la base Collégiales. <br /> <br />La réunion des collégiales et des monastères dans un même projet de recherche est donc le fruit de ce constat et de la volonté d’instaurer de réelles convergences entre deux types d’institutions, certes distincts mais qui ont pourtant de nombreux points communs.

COLÉMON tire ses données de deux bases préexistantes qui constitueront le corpus numérique du projet. Il sera alimenté et mis à jour automatiquement par les bases d’origine y compris après la fin du projet. Afin d’assurer leur pérennité, des notices seront générées au format RDF et stockées dans un entrepôt OAI-PMH. Ces métadonnées seront moissonnables par des moteurs de recherche comme Isidore et réutilisables par d’autres projets en Linked Open Data grâce au RDF.
Pour un traitement spatial et cartographique, les données du corpus numérique seront géoréférencées et formatées pour intégrer un Système d’Information Géographique. Les couches de données issues du SIG pourront être croisées avec d’autres données spatiales en openData et issues d’autres projets de recherche. Elles serviront de base à la réflexion sur la cartographie des limites diocésaines et aux réflexions menées sur l’analyse de données spatio-temporelles. Un serveur de données géographiques assurera la pérennité des données spatiales du projet et permettra leur diffusion et leur intégration dans d’autres projets scientifiques.
Une application d'analyse de données spatio-temporelles spécifique sera développée et mise en ligne. Elle permettra d’abord d’améliorer la communication et la réflexion scientifique entre les membres du projet en répondant aux interrogations formulées sur le corpus numérique par les chercheurs. Cette application permettra de sensibiliser les chercheurs à la visualisation cartographique et à l’analyse spatiale en leur permettant de s’initier à des outils simples, puis de plus en plus complexes et adaptés à la complexité des problématiques historiques. Elle sera également un support de diffusion de données facilement accessibles et manipulables de manière dynamique également par le grand public. Dans un deuxième temps, le développement de l'application se concentrera sur la conception d’outils novateurs de représentation (carto)graphiques et de visualisation de données.

Pour la communauté scientifique, les résultats attendus d’un tel projet consistent en :
• un corpus d’informations textuelles, graphiques et iconographiques pour chacun des établissements inventoriés, publié et installé en ligne comme base de données constituée et susceptible d’évolutions, d’alimentations et d’actualisations ultérieures. Les mises en ligne régulières permettront de bénéficier rapidement des études révélant ou actualisant tel ou tel site,
• la mise à disposition de certaines analyses comparatives pointées comme les plus significatives du projet sur des espaces priorisés prenant en compte la diversité du territoire,
• la réalisation d’une cartographie des diocèses pour ces mêmes provinces ecclésiastiques priorisées et pour toute l’époque médiévale. Elle fait actuellement défaut pour les Ve -XIIIe siècles,
• des publications, soit en ligne, soit sous forme de volumes papier synthétisant les conclusions tirées par les membres de COLÉMON sur les problématiques retenues, à l’échelle régionale ou nationale.

COLÉMON innove dans le domaine de la médiévistique et de la géographie. Le corpus numérique d’établissements séculiers et réguliers facilitera comparaisons, échanges et discussions entre chercheurs et ouvrira des pans mal connus du patrimoine. Il favorisera également l’intégration et la valorisation de données anciennes dans l’analyse spatiale contemporaine.
L’interdisciplinarité a présidé à la conception et à la construction du projet. Il met désormais en œuvre un syncrétisme des approches et une complémentarité des méthodes. Il apporte une vision à long terme grâce au traitement géomatique de l’espace et du temps sur une longue durée. Il offrira une mise en perspective des questions que les anciens répertoires et corpus n’ont pas exploité et favorisera de nouvelles approches grâce à l’analyse et à la restitution spatiales.
Jusqu’à présent les études publiées l’ont été sous format papier suspendant les évolutions de la recherche aux éventuelles rééditions. COLÉMON a choisi de paraître sous format électronique car ce support offre une marge d’évolution et d’adaptabilité aux futures problématiques et méthodes historiques.
Il offrira un renouvellement complet de la cartographie religieuse médiévale, pour permettre une vue synchrone, asynchrone et évolutive du tissu canonial et monastique. De ce fait l’outil permettra une cartographie comparative et évolutive. Cette approche centrée des jeux d’échelles spatio-temporelles permettra de répondre à de nouvelles problématiques. En étudiant la répartition des établissements et de leurs dépendances, le projet peut permettre une reconstitution des réseaux viaires médiévaux locaux. Il comblerait alors un vide dans la connaissance des voies de circulation entre le réseau antique et celui bâti à l’époque moderne. Ce type de problématique historique, mal documentée par les sources traditionnelles, voit s’ouvrir des perspectives très concrètes grâce aux analyses spatio-temporelles.

La production de COLÉMON s’articule autour d'un corpus numérique, d'analyses spatio-temporelles et de cartographie historique qui alimentent les rencontres scientifiques.
Dans une approche comparative, les données de 56 diocèses médiévaux alimentero

Ce projet a pour but de constituer et d’analyser le corpus des monastères et des collégiales de l’espace français entre 816 et 1563. Son objectif est de comprendre les ressorts de l’implantation et de l’évolution de ce réseau d’établissements qui sont les maillons essentiels de la géographie ecclésiastique entre cathédrales et églises paroissiales. En partant des deux bases de données en cours de constitution qui les décrivent institutionnellement et physiquement et en intégrant la reconstitution des frontières diocésaines, sera élaboré un silo de données moissonnables qui, utilisé avec un environnement interactif d’interrogation, de visualisation et de stockage, produira à la demande des chercheurs, des cartes évolutives permettant des analyses spatiales et chronologiques de ces réseaux. Ce silo, un serveur de données géographiques, une application Webmapping et des publications issues des séances de travail entre membres du projet seront proposés à des publics variés (chercheurs spécialisés en SHS et grand public) dans un portail Web abrité par le TGIR Huma-Num.

Coordinateur du projet

Centre de Recherche Interdisciplinaire en Histoire, Histoire de l'Art et Musicologie (Laboratoire public)

L'auteur de ce résumé est le coordinateur du projet, qui est responsable du contenu de ce résumé. L'ANR décline par conséquent toute responsabilité quant à son contenu.

Partenaire

Laboratoire de Médiévistique Occidentale de Paris
Laboratoire Environnement Ville et Société
Laboratoire d’Études sur les Monothéismes-Centre Européen de Recherches sur les Congrégations et les Ordres Religieux
Centre de Recherche Interdisciplinaire en Histoire, Histoire de l'Art et Musicologie

Aide de l'ANR 432 044 euros
Début et durée du projet scientifique : janvier 2016 - 42 Mois

Liens utiles