Emergence - Emergence de produits, technologies, ou services à fort potentiel de valorisation

Développement d’Oligonucléotide antisense Lipid-modifiés contre TCTP comme nouvelle stratégie thérapeutique restaurant l’hormono-sensibilité des cancers de la prostate et autres cancers – TCTP-LASOCaP

Thérapie innovante à base d’ADN modifié pour les cancers de la prostate avancés

Notre but est de développer un ADN modifié de deuxième génération (meilleure stabilité et délivrance) permettant l’extinction du gène tumorale TCTP (TCTP-LASO) pour une utilisation en clinique humaine.

Amélioration de la stabilité et la délivrance de l’ASO TCTP en thérapie humaine

La suppression androgénique (hormonothérapie, castration) demeure la seule thérapie efficace des cancers de la prostate avancés. Toutefois, malgré son efficacité transitoire, elle n’empêche pas la progression castration-résistance (CR) de la maladie. Récemment, la chimiothérapie au docetaxel a démontré une amélioration de la survie mais de ~2-3 mois. Ainsi, de nouvelles stratégies thérapeutiques visant les mécanismes de résistance doivent être développées. Récemment, nous avons montré la protéine TCTP comme étant hautement surexprimé dans les CaPs CR. L’inhibition de TCTP par l’utilisation d’un oligonucléotide antisens (ASO) augmente l’apoptose et améliore l’androgéno- et la chimiothérapie des CaPs. Nous avons développé et breveté un ASO de première génération ciblant TCTP. L’objet de ce programme est de générer un TCTP ASO de deuxième génération Lipid-modifié (TCTP-LASO) via « click chemistry » afin d’améliorer la stabilité et la délivrance de l’ASO TCTP de première génération. <br />

Nous avons fait le design, la synthèse et le screening de l’ensemble des ASOs ciblant l’ARNm de TCTP par «gene walk«. Sur les 27 séquences, 12 ont été retirées (manque de spécificité, pourcentage en GC elevés) et 15 ont été testées et 3 d’entre elles ont été selectionnées (#10, #14, #15) pour leur grande efficacité à inhiber TCTP et la croissance cellulaire. Nous avons démarré l’ajout des modifications avec la plus efficace d’entre elles (#15) en rajoutant 2 à 3 chaines lipidiques en 5’ de la séquence. Nous avons mis en évidence que l'ajout de 2 chaîne lipidique en 5' permetait une meilleur inhibition de TCTP. Nous avons ainsi mis en évidence que les séquence#15 double chaine lipidique phosphorotioate DNA et phosphorothioate DNA/LNA étaient les plus efficace à inhiber l'expression de TCTP en présence d'agent transfectant. Seule la séquence#15 double chaine lipidique phosphorotioate DNA est capable d'inhiber l'expression de TCTP en absence d'agent transfectant.

A ce jour, les ASOs modifiés que nous avons testés ont perdu leur efficacité sur l’inhibition de la cible TCTP. Nous essayons de comprendre pourquoi en ajoutant une sonde fluorescente afin de visualiser son trajet.

P1 est en relation avec une société, spécialisée dans le développement d’antisens en cancérologie, qui s’est dit prêt à étudier le projet fin 2013.

Un papier est publié dans le revue Nature Molecular Therapy « Targeting TCTP as a New Therapeutic Strategy in Castration-Resistant Prostate Cancer » et un article de revue est en soumission.
Notre brevet a été accepté pour extension internationale et publié sous la référence WO2012080509 (A1).

Le cancer de la prostate (CaP) est le cancer le plus fréquent chez l’homme dans les pays industrialisés. Les patients atteints d’un cancer localisé sont traités par chirurgie ou radiothérapie alors que la suppression androgénique (hormonothérapie, castration) demeure la seule thérapie efficace des CaPs métastatiques, permettant une réponse objective dans plus de 80% des cas du fait du caractère androgéno-dépendant (AD) de ce cancer. Toutefois, malgré son efficacité transitoire, elle n’empêche pas la progression castration-résistance (CR) de la maladie qui survient ordinairement dans les 2 à 3 ans après le début du traitement hormonal. Ce n’est que récemment que la chimiothérapie au docetaxel a démontré une amélioration de la survie pour les patients ayant un CaP CR lors de deux grandes études en phase III. Cependant, la survie moyenne globale a été prolongée uniquement de ~2-3 mois. Au cours de la progression CR, les cellules tumorales acquièrent la capacité de survivre et de croître en absence d’androgènes. Cette transformation implique des mécanismes multiples comme la surexpression de gènes anti-apoptotiques, l’activation de voies de signalisation de manière indépendante de la fixation des androgènes sur le récepteur et la mise en place de voies de signalisations alternatives. Ainsi, de nouvelles stratégies thérapeutiques visant les mécanismes moléculaires de résistance doivent être développées. Une des stratégies visant à améliorer la thérapie des CaPs avancé, implique le ciblage de gènes activés lors de la suppression des androgènes, pour retarder ou empêcher l’émergence du phénotype résistant. Récemment, nous avons montré la protéine TCTP (Translationally Controlled Tumor Protein) comme étant hautement surexprimé dans les CaPs CR. L’inhibition de TCTP par l’utilisation d’un oligonucléotide antisens (ASO) augmente l’apoptose et améliore l’androgéno- et la chimiothérapie des CaPs. Nous avons développé et breveté un ASO de première génération ciblant TCTP (Patent EP10306447.3 ; 2010). L’objet de ce programme est de générer un TCTP ASO de deuxième génération Lipid-modifié (TCTP-LASO) via « click chemistry » afin d’améliorer la stabilité, la biodisponibilté et la délivrance de l’ASO TCTP de première génération. L'additivité du TCTP-LASO avec la chimiothérapie de référence au docétaxel sera évaluée dans les modèles de CaPs CR.

Coordinateur du projet

Madame Palma ROCCHI (INSTITUT NATIONAL DE LA SANTE ET DE LA RECHERCHE MEDICALE - DELEGATION REGIONALE PACA ET CORSE) – palma.rocchi@inserm.fr

L'auteur de ce résumé est le coordinateur du projet, qui est responsable du contenu de ce résumé. L'ANR décline par conséquent toute responsabilité quant à son contenu.

Partenaire

Centre de Recherche en Cancérologie de M INSTITUT NATIONAL DE LA SANTE ET DE LA RECHERCHE MEDICALE - DELEGATION REGIONALE PACA ET CORSE
Inserm Transfert INSERM-TRANSFERT
Inserm U869 INSTITUT NATIONAL DE LA SANTE ET DE LA RECHERCHE MEDICALE - DELEGATION REGIONALE AQUITAINE POITOU-CHARENTES

Aide de l'ANR 360 988 euros
Début et durée du projet scientifique : décembre 2011 - 24 Mois

Liens utiles

Explorez notre base de projets financés

 

 

L’ANR met à disposition ses jeux de données sur les projets, cliquez ici pour en savoir plus.

Inscrivez-vous à notre newsletter
pour recevoir nos actualités
S'inscrire à notre newsletter