CE14 - Physiologie et physiopathologie

Déchiffrer les voies de signalisation régulées par le cil primaire dans les cellules souches musculaires – STEMCIL

Résumé de soumission

La fonction du tissu musculaire squelettique repose sur le maintien et la régénération des myofibres grâce à un processus finement régulé. Il commence par l'activation de cellules souches musculaires (MuSCs) normalement quiescentes et se poursuit par la prolifération des MuSCs qui se différencient pour réparer les fibres lésées ou s’auto-renouvellent et retournent en quiescence pour restaurer leur stock. La perte de fonction des MuSCs entraîne inévitablement des troubles musculaires, tels que les maladies neuromusculaires, équivalant à une mauvaise qualité de vie, une perte d'indépendance et une augmentation de la morbidité/mortalité. Ainsi, une compréhension approfondie des processus biologiques fondamentaux régulant les MuSC garantira le succès des thérapies régénératives à base de cellules souches. Nous avons montré que les MuSCs possèdent un cil primaire qui contrôle la signalisation Hedgehog pour réguler leur fonction régénérative. De façon intéressante, les cils primaires des MuSCs quiescentes ou en prolifération ne contiennent pas les mêmes molécules de la signalisation Hedgehog, ce qui suggère que les récepteurs et effecteurs signalétiques qui transitent dans le cil dépendent de l'état des MuSCs et agissent dépendamment du contexte cellulaire. De plus, nos données préliminaires indiquent que dans les souris mdx, un modèle de la dystrophie musculaire de Duchenne humaine (DMD), où la prolifération et le destin des MuSCs sont altérés, les MuSCs dystrophiques ont des cils primaires anormalement allongés. Ensemble, ces données soutiennent un modèle où le cil primaire coordonne la signalisation des MuSCs pour réguler leur fonction et suggèrent que le dysfonctionnement des MuSCs dans la DMD pourrait être lié à la perte de l'intégrité des cils. Dans cette application, nous proposons différentes approches expérimentales visant à déchiffrer les voies de signalisation régulées par le cil primaire des MuSCs dans des contextes physiologiques et dystrophiques.

Coordination du projet

Caroline Brun (Pathophysiologie et génétique du neurone et du muscle)

L'auteur de ce résumé est le coordinateur du projet, qui est responsable du contenu de ce résumé. L'ANR décline par conséquent toute responsabilité quant à son contenu.

Partenaire

Pathophysiologie et génétique du neurone et du muscle

Aide de l'ANR 317 346 euros
Début et durée du projet scientifique : février 2023 - 42 Mois

Liens utiles

Explorez notre base de projets financés

 

 

L’ANR met à disposition ses jeux de données sur les projets, cliquez ici pour en savoir plus.

Inscrivez-vous à notre newsletter
pour recevoir nos actualités
S'inscrire à notre newsletter