CE14 - Physiologie et physiopathologie

Déchiffrer l'impact de l'interaction entre la dysbiose et les cellules MAIT sur la réparation des blessures cutanées – IMMUNESTA

Résumé de soumission

La peau et les barrières muqueuses sont colonisées par le microbiote et sont peuplées de cellules immunitaires innées et adaptatives. Le système immunitaire de l'hôte est impliqué dans un dialogue constant avec les microorganismes commensaux tout en empêchant l'entrée des pathogènes. Cette interaction devient critique lors de blessures chroniques qui sont corrélées à une inflammation persistante et à la colonisation par un microbiote altéré appelé dysbiose cutanée. Notre hypothèse est que Staphylococcus aureus (Sa), la principale bactérie impliquée dans la dysbiose cutanée, joue un rôle majeur dans le retard de la cicatrisation des plaies en interférant avec les fonctions de cellules immunitaires spécifiques, notamment les cellules T invariantes associées aux muqueuses (MAIT), qui constituent l'une des principales populations de cellules T dans la peau. Pour tester cette hypothèse, nous nous appuierons sur une pathologie modèle de plaies chroniques non cicatrisantes associées à une dysbiose cutanée dominée par Sa, l'épidermolyse bulleuse dystrophique récessive (RDEB). Notre consortium, composé de trois partenaires complémentaires dans le domaine de l'inflammation et du microbiote, propose de diviser notre projet en trois grands lots de travail (WP) : WP1 - Définir les signatures microbiennes et immunologiques des plaies chroniques chez les patients atteints de RDEB afin d'identifier les facteurs bactériens responsables du retard de cicatrisation ; WP2 - Identifier les facteurs bactériens responsables du retard de cicatrisation par modélisation in vitro ; WP3 - Mieux définir les interactions entre le microbiote, les cellules épithéliales de la peau et les cellules immunitaires dans les plaies chroniques en utilisant des modèles d'infection de plaies chroniques chez la souris. Ce projet est unique et original et nos données préliminaires avec des échantillons de patients RDEB confirment la faisabilité du projet, l'expertise des équipes et leur collaboration efficace.

Coordination du projet

Maria LEITE-DE-MORAES (Institut Necker Enfants Malades - Centre de médecine moléculaire)

L'auteur de ce résumé est le coordinateur du projet, qui est responsable du contenu de ce résumé. L'ANR décline par conséquent toute responsabilité quant à son contenu.

Partenaire

INEM Institut Necker Enfants Malades - Centre de médecine moléculaire
CEPR Centre d'Etude des Pathologies Respiratoires
INEM Institut Necker Enfants Malades - Centre de médecine moléculaire

Aide de l'ANR 531 326 euros
Début et durée du projet scientifique : janvier 2023 - 48 Mois

Liens utiles

Explorez notre base de projets financés

 

 

L’ANR met à disposition ses jeux de données sur les projets, cliquez ici pour en savoir plus.

Inscrivez-vous à notre newsletter
pour recevoir nos actualités
S'inscrire à notre newsletter