CE14 - Physiologie et physiopathologie

C4BPA un nouvel acteur dans la maladie veineuse thromboembolique – ComplementVTE

Résumé de soumission

La maladie veineuse thromboembolique (MVTE), comprenant la thrombose veineuse profonde et l’embolie pulmonaire, est la troisième cause de mort cardiovasculaire dans le monde. La MVTE constitue un problème de santé publique majeur en raison de sa fréquence et de sa gravité. Le traitement repose sur l’anticoagulation instaurée en urgence et poursuivie pendant un minimum de 3 mois afin de permettre une résorption du thrombus et de réduire le risque de récidive thromboembolique veineuse et de séquelles, en particulier l’obstruction vasculaire pulmonaire résiduelle avec ou sans hypertension pulmonaire thromboembolique chronique. Au-delà de 3 mois, le risque de récidive est élevé pour les patients ayant subi un évènement non-provoqué. Il est aujourd’hui établi que l’inflammation et le système immunitaire jouent un rôle crucial dans la thrombose veineuse. Dans ce contexte, il est connu que les voies du complément et de la coagulation interagissent. Cependant, les mécanismes moléculaires mis en jeu restent encore mal identifiés. Nous avons récemment mis en évidence une nouvelle mutation familiale associée à un très fort phénotype de maladie veineuse thromboembolique dans le gène de C4BPA, un des inhibiteurs du système du complément. Nos partenaires ont montré que des mutations dans ce gène étaient associées à des risques accrus de thrombose veineuse dans une étude de type GWAS. Cette association a été confirmée dans une méta-analyse regroupant 18 études où 16 nouveaux loci associés au risque de MVTE ont été mis en évidence dont le locus du C4BPA. Nous avons donc émis l’hypothèse que C4BPA serai impliqué dans la MVTE. Notre plan expérimental nous permettra grâce à des modèles à la pointe dans le domaine de la MVTE d’identifier de nouvelles cibles ou des réseaux de régulation impliqués dans la MVTE et corrélés au risque de complications ou de séquelles vasculaires.

Coordination du projet

Catherine Lemarie (Université de Brest)

L'auteur de ce résumé est le coordinateur du projet, qui est responsable du contenu de ce résumé. L'ANR décline par conséquent toute responsabilité quant à son contenu.

Partenaire

IRSET Université Rennes 1
Université de Brest
C2VN Université Aix-Marseille

Aide de l'ANR 454 493 euros
Début et durée du projet scientifique : décembre 2022 - 48 Mois

Liens utiles

Explorez notre base de projets financés

 

 

L’ANR met à disposition ses jeux de données sur les projets, cliquez ici pour en savoir plus.

Inscrivez-vous à notre newsletter
pour recevoir nos actualités
S'inscrire à notre newsletter