CE14 - Physiologie et physiopathologie

Rôle des hémocytes infiltrant le cerveau et des cellules gliales réactives dans les réponses inflammatoires déclenchées par des conditions neurodégénératives chez la drosophile – Hemo-Park

Résumé de soumission

Le système immunitaire nous permet de répondre aux agressions externes et internes. De plus, par leur capacité à atteindre tous les tissus, les cellules immunitaires sont également impliquées dans les maladies métaboliques, neurodégénératives et auto-immunes, ce qui en fait des cibles thérapeutiques potentielles. La maladie de Parkinson (MP) est caractérisée par la dégénérescence des neurones dopaminergiques du mésencéphale, qui provoque des symptômes moteurs et de graves troubles neurologiques. La MP est un syndrome multifactoriel encore mal compris à ce jour, associé à divers défauts cellulaires et des processus neuroinflammatoires, caractérisés par l'abondance accrue de microglies activées, les macrophages résidents du cerveau, et aussi par l’infiltration de cellules immunitaires périphériques.
Dans ce projet, fondé sur nos résultats préliminaires, nous souhaitons mettre en lumière le rôle de la neuroinflammation induite par les cellules immunitaires périphériques et la glie activée dans la progression de la neurodégénérescence en utilisant des modèles de la MP chez la drosophile. Les objectifs de ce projet, pour lequel les outils et expertises complémentaires sont disponibles dans les équipes partenaires, seront :
- Objectif 1 : d’identifier les sous-populations de cellules immunitaires qui contrôlent le processus inflammatoire dans le cerveau de la drosophile dans des conditions neurodégénératives,
- Objectif 2 : de déterminer le rôle spécifique de ces cellules sur l'inflammation du cerveau et la progression de la neurodégénérescence,
- Objectif 3 : d’identifier par une analyse transcriptomique les voies dépendantes des cellules immunitaires qui modulent la neurodégénérescence.
Ce programme devrait permettre de mieux comprendre la réponse immunitaire innée du cerveau et son rôle physiopathologique, et de contribuer à prévenir ou guérir les maladies humaines auto-immunes ou neurodégénératives, qui représentent un lourd fardeau pour nos sociétés.

Coordination du projet

Serge Birman (Plasticité du cerveau)

L'auteur de ce résumé est le coordinateur du projet, qui est responsable du contenu de ce résumé. L'ANR décline par conséquent toute responsabilité quant à son contenu.

Partenaire

PDC Plasticité du cerveau
IGBMC Institut de Génétique et de Biologie Moléculaire et Cellulaire

Aide de l'ANR 485 197 euros
Début et durée du projet scientifique : septembre 2022 - 36 Mois

Liens utiles

Explorez notre base de projets financés

 

 

L’ANR met à disposition ses jeux de données sur les projets, cliquez ici pour en savoir plus.

Inscrivez-vous à notre newsletter
pour recevoir nos actualités
S'inscrire à notre newsletter