CE04 - Méthodologies, instrumentations, capteurs et solutions pour la transition écologique

Nouvelles stratégies par imagerie satellitaire pour la prédiction du mouvement fort sous séisme et la génération des shakemaps – SASHA

Résumé de soumission

Bien que les shakemaps soient d'un grand intérêt pour les séismes de forte magnitude où le mouvement du sol est principalement contrôlé par la rupture sur la faille, leur pertinence pour les séismes modérés est encore discutable. La prédiction du mouvement du sol qui y est implémentée n'a pas la résolution spatiale nécessaire pour rendre compte de l'impact réel du séisme, car les shakemaps n'utilisent que des paramètres de premier ordre qui ne sont pas pertinents pour les échelles fines des villes ou des bâtiments. Ceci entraîne leur faible efficacité dans les zones proches de séismes modérés et/ou situées sur des couches sédimentaires profondes sujettes aux effets de site complexes. Ce projet vise à améliorer la fiabilité et la résolution spatiale des shakemaps et à développer des cartes de dommages pour prédire l'impact d'un séisme n'importe où, y compris dans des environnements géologiques complexes et en l'absence d’enregistrements sismologiques. Notre méthodologie est axée sur des estimations rapides et peu coûteuses, tout en conservant une approche basée sur la physique. Nous tirons parti de l'imagerie satellitaire en France pour développer une méthode innovante d’estimation des épaisseurs de sédiments et de prédiction des périodes de résonance de ces sédiments, basée sur la mesure des taux de subsidence dans les vallées alluviales et urbanisées à partir de données InSAR. Les paramètres collectés sont comparés aux observations: enregistrements de séismes par les stations sismologiques nationales, par les sismomètres bas coût hébergés chez des citoyens, intensités macrosismiques contemporaines et historiques. La comparaison est effectuée par intelligence artificielle pour développer un nouvel estimateur de l'aggravation du mouvement du sol à fine échelle dans les vallées sédimentaires et leur périphérie. La combinaison des shakemaps à haute résolution avec un modèle innovant de prédiction des dommages permettra d'obtenir des cartes de dommages à l'échelle des bâtiments.

Coordination du projet

Emeline Maufroy (Institut des Sciences de la Terre)

L'auteur de ce résumé est le coordinateur du projet, qui est responsable du contenu de ce résumé. L'ANR décline par conséquent toute responsabilité quant à son contenu.

Partenaire

ISTERRE Institut des Sciences de la Terre

Aide de l'ANR 270 915 euros
Début et durée du projet scientifique : février 2023 - 48 Mois

Liens utiles

Explorez notre base de projets financés

 

 

L’ANR met à disposition ses jeux de données sur les projets, cliquez ici pour en savoir plus.

Inscrivez-vous à notre newsletter
pour recevoir nos actualités
S'inscrire à notre newsletter