CE02 - Terre vivante

Influence du microbiote digestif des détritivores sur la décomposition des litières de feuilles dans les écosystèmes d’eau douce – DIET

Résumé de soumission

La décomposition de la litière végétale est un processus central dans le cycle global du carbone, auquel les milieux d’eau douce contribuent significativement. Les cours d’eau de tête de bassin reçoivent de grandes quantités de feuilles mortes, qui sont décomposées par l’action d’une communauté microbienne se développant à leur surface et d’invertébrés détritivores fragmenteurs. De par leurs capacités métaboliques de dégradation de la lignocellulose, ces organismes décomposeurs permettent le transfert du carbone contenu dans les feuilles. Leur rôle dans la décomposition de la litière a donc été largement étudié, cependant l’influence du microbiote digestif (MD) des détritivores n’a encore jamais été discriminée de celle de l’hôte. L’objectif de ce projet est d’évaluer l’influence du MD des détritivores sur la décomposition de la litière végétale et sur les flux de carbone qui en découlent dans les milieux d’eau douce. Trois approches complémentaires (métagénomique, DNA Stable Isotope Probing and biogéochimie) seront appliquées au modèle biologique des Asellidae (isopodes détritivores). 1) La caractérisation fonctionnelle du MD de 10 espèces d’Asellidae par une approche de métagénomique permettra de déterminer si leur MD porte des fonctions spécifiques de dégradation de la lignocellulose, ce qui ferait de leur tube digestif un bioréacteur de ce processus. 2) Le développement d’une approche expérimentale de marquage isotopique de l’ADN sur 4 de ces espèces permettra d’identifier quelles espèces du MD dégradent effectivement la lignocellulose, et si ces espèces clefs varient entre espèces d’Asellidae. 3) L’impact d’une dysbiose digestive (induite par antibiotiques) sera quantifiée sur 4 de ces espèces, en termes de taux de décomposition de litière, assimilation de C par les isopodes, production de CO2 et relargage de COD. Cet axe permettra de mesurer l’influence du MD sur l’efficacité de décomposition de la litière et sur les flux de carbone résultants.

Coordination du projet

Clémentine François (Université Claude Bernard Lyon 1)

L'auteur de ce résumé est le coordinateur du projet, qui est responsable du contenu de ce résumé. L'ANR décline par conséquent toute responsabilité quant à son contenu.

Partenaire

LEHNA Université Claude Bernard Lyon 1

Aide de l'ANR 352 021 euros
Début et durée du projet scientifique : mars 2023 - 48 Mois

Liens utiles

Explorez notre base de projets financés

 

 

L’ANR met à disposition ses jeux de données sur les projets, cliquez ici pour en savoir plus.

Inscrivez-vous à notre newsletter
pour recevoir nos actualités
S'inscrire à notre newsletter