CE41 - Inégalités, discriminations, migrations

Facteurs d’attraction et de répulsion à l’engagement des jeunes femmes médecins dans les carrières universitaires en médecine : étude globale et accent sur les questions liées au genre – PULWAR

Résumé de soumission

Observant un déclin de l'intérêt pour les carrières académiques en médecine, tant en France qu'à l'international, cette recherche se concentre sur les facteurs qui sous-tendent les choix de carrière des jeunes médecins. Nous considérons que le déclin des carrières académiques en médecine peut être en partie dû à un recrutement insuffisant de femmes qui commence dès le début du cursus de formation, et nous faisons l'hypothèse que le processus idéal de guidance des jeunes femmes médecins n'est peut-être pas identique à celui des jeunes hommes médecins et qu'il fait partie d'un ensemble complexe et multifactoriel de variables individuelles et organisationnelles.
Les objectifs de ce projet sont d'évaluer, avec une méthodologie mixte (enquête quantitative, entretiens, analyse d'archives et observation), la contribution respective de différents facteurs impliqués dans les choix de carrière. Parmi ces variables, certaines sont déjà identifiées dans la littérature comme prédictives (mentorat et modèles de rôles, discrimination perçue), d'autres sont identifiées mais controversées (attitude envers la recherche, équilibre entre vie professionnelle et vie privée), et d'autres encore sont présentes dans le domaine de la psychologie de l'orientation, mais n'ont pas encore été invoquées pour rendre compte du choix d'une carrière en médecine académique (congruence des valeurs entre une organisation - la communauté académique - et l'individu, expériences d'apprentissage, et plusieurs variables de personnalité : anxiété, stress, capital de soi intrapreunarial).
Afin de mieux comprendre les leviers et les obstacles à l'engagement dans les carrières académiques en médecine, une première étude quantitative est prévue. Cette enquête sera administrée auprès de la population des internes et des chefs de clinique en France (N= 44 000) et permettra de mesurer les variables invoquées dans la décision d'un choix de carrière en médecine académique et d'articuler ces variables au sein d'un modèle global intégratif tenant compte de l'effet spécifique du genre basé sur les connaissances dans les champs de la psychologie de l'orientation et de la sociologie de l'éducation et inspirées de la théorie de Lent.
Ces analyses quantitatives seront suivies d'une étude qualitative rétrospective. Quarante entretiens semi-structurés seront menés auprès de plusieurs femmes et hommes ayant réussi une carrière universitaire dans le domaine de la médecine. Ces entretiens tenteront de retracer leur carrière afin d'identifier les périodes critiques au cours desquelles ils ont rencontré des difficultés ou des soutiens. L'analyse du développement de l'identité professionnelle au regard des expériences positives et négatives pendant et après la formation peut permettre de mieux comprendre les trajectoires individuelles et de confirmer nos conclusions de l'étude 1.
Les deux premières études fourniront des éléments sur l'influence de l'environnement proximal dans les décisions de carrière. Cependant, au-delà des choix individuels, nous pouvons également considérer que l'institution joue un rôle actif dans la " désignation " des candidats potentiels à une carrière académique. L'objectif de la troisième étude sera d'analyser de manière plus spécifique et par une méthodologie mixte (observation, analyse d'archives, entretiens) le rôle de l'institution dans des périodes qui peuvent s'avérer déterminantes au cours du cursus : le choix de faire ou non un Master et le processus pour devenir chef de clinique.
Au-delà de l'apport de nouvelles connaissances scientifiques sur cette question, notre consortium place au cœur de ses efforts le changement de cette situation, afin que les femmes aient plus facilement accès aux postes académiques. Ceci sera facilité par la structure de notre consortium, associant des experts en sciences humaines et sociales et des médecins qui pourront jouer le rôle de passeurs de ces connaissances auprès des institutions et des internes en médecine.

Coordination du projet

Aurore Deledalle (LABORATOIRE DE PSYCHOLOGIE DES PAYS DE LA LOIRE)

L'auteur de ce résumé est le coordinateur du projet, qui est responsable du contenu de ce résumé. L'ANR décline par conséquent toute responsabilité quant à son contenu.

Partenaire

LPPL-Nantes-U LABORATOIRE DE PSYCHOLOGIE DES PAYS DE LA LOIRE
CENS - NANTES UNIVERSITE CENTRE NANTAIS DE SOCIOLOGIE
CIMI - Sorbonne Université Centre d'Immunologie et de Maladies Infectieuses
INSERM UMR 1087/CNRS UMR 6291 L'unité de recherche de l'institut du thorax
CHU de Nantes Cliniques des données PHU 11 CHU de Nantes Cliniques des données PHU 11

Aide de l'ANR 327 040 euros
Début et durée du projet scientifique : février 2022 - 48 Mois

Liens utiles

Explorez notre base de projets financés

 

 

L’ANR met à disposition ses jeux de données sur les projets, cliquez ici pour en savoir plus.

Inscrivez-vous à notre newsletter
pour recevoir nos actualités
S'inscrire à notre newsletter