CE41 - Inégalités, discriminations, migrations

"Hauts fonctionnaires des Outre-mer " ? Migrations, Legs colonial et carrières administratives dans la France post-coloniale. – ETOM

Résumé de soumission

Le projet ETOM étudie les migrations des hauts-fonctionnaires majoritairement métropolitains dans les Outre-mer et la spécificité de leurs carrières dans trois administrations (Education Nationale, Justice, Préfecture) à partir de cinq territoires (les trois Départements Français des Amériques – Guadeloupe, Guyane et Martinique -, la Nouvelle-Calédonie et la Polynésie française) sous la Vème République, à une période où l’empire français se réduit progressivement à ce que l’on désigne comme des confettis. Il les appréhende du point de vue de la composition de ces élites, du déroulement de leurs carrières et enfin de la position qu’ils occupent dans l’espace social local. Ce faisant, l’étude de ces migrants spécifiques - intra-nationaux des classes supérieures - interroge la manière dont ces migrations et l’accès aux positions d’encadrement dans les Outre-mer réaffirment et recomposent les frontières historiquement constituées entre les groupes locaux et métropolitains. L’originalité de ce projet est ainsi de saisir les relations entre la France et ses territoires des Outre-mer à travers l’étude des carrières individuelles des plus hauts représentants de l’Etat.
D’un point de vue méthodologique, la recherche s’inscrit dans une démarche comparative entre deux territoires avec un partage officiel des compétences (les deux Collectivités d’Outre-mer du Pacifique) et trois Départements d’Outre-Mer qui n’ont pas de spécialité législative. Interrogeant la matrice coloniale et post-coloniale des carrières administratives, il comprend un volet socio-historique - enquête sur archives - et un volet contemporain. Pour répondre à nos quatre objectifs de recherche (Legs colonial et personnel administratif, Migrations (post)coloniales dans les Outre-mer et inégalités, Carrières administratives et spécificité outre-mer et enfin « Statut social et positions ressenties »), nous prévoyons de combiner deux méthodes quantitatives et une enquête qualitative. Pour étudier les spécificités des carrières contemporaines des hauts-fonctionnaires outre-mer, nous travaillerons sur l’ensemble d’un corps administratif, étude en coupe. Pour analyser les transformations historiques des élites administratives, nous réaliserons une base de données prosopographique sur les hautes autorités judiciaires et administratives à partir des dossiers personnels conservés aux Archives Nationales. Pour la période récente, cette enquête quantitative sera articulée à une enquête qualitative par entretien (entretiens biographiques longs avec les hauts fonctionnaires actuellement en poste ou qui ont été en poste dans les Outre-mer).
Ces enquêtes quantitatives et qualitatives permettront d’appréhender l’ampleur des processus de spécialisation des carrières ultramarines et la régularité de circulations dans les Outre-Mer. Nous étudierons ce que ces circulations dans les Outre-mer et entre ces territoires et l’hexagone font aux carrières de ces hauts-fonctionnaires en termes d’ascension professionnelle, en prêtant une attention particulière au caractère genré de ces processus. Nous aborderons aussi les ressources spécifiques dont peuvent se prévaloir les cadres des Outre-mer pour légitimer leur position. Nous réaliserons un focus particulier sur les crises sociales, environnementales ou sanitaires et politiques outre-mer, ie à la manière dont les carrières administratives outre-mer sont façonnées par des moments de crise et de conflictualité mettant en jeu les rapports entres les territoires concernés et l’Etat. Ce projet de recherche appréhende enfin la position sociale de ces hauts fonctionnaires dans l’espace social local et les effets de leur passage outre-mer sur leur définition de soi et des autres.

Coordination du projet

Stéphanie Guyon (Centre universitaire de recherches sur l'action publique et le politique. Epistémologie et Sciences sociales)

L'auteur de ce résumé est le coordinateur du projet, qui est responsable du contenu de ce résumé. L'ANR décline par conséquent toute responsabilité quant à son contenu.

Partenaire

CURAPP-ESS Centre universitaire de recherches sur l'action publique et le politique. Epistémologie et Sciences sociales

Aide de l'ANR 238 706 euros
Début et durée du projet scientifique : - 42 Mois

Liens utiles

Explorez notre base de projets financés

 

 

L’ANR met à disposition ses jeux de données sur les projets, cliquez ici pour en savoir plus.

Inscrivez-vous à notre newsletter
pour recevoir nos actualités
S'inscrire à notre newsletter