CE34 - Contaminants, écosystèmes et santé

Impact des pesticides sur les populations aviaires des vignobles français: une approche intégrative – VITIBIRD

Résumé de soumission

L'impact des pesticides sur la biodiversité et la santé est au cœur des débats, notamment dans les agroécosystèmes viticoles où les pesticides sont massivement utilisés. Le projet VITIBIRD vise justement à étudier les impacts des principaux pesticides utilisés dans les vignobles (fongicides, insecticides, herbicides) sur des vertébrés bioindicateurs de ces agroécosystèmes. Il vise également à déterminer si des pratiques agricoles et paysagères spécifiques permettent de réduire cet impact en fournissant des habitats alternatifs et en réduisant l’exposition aux pesticides. VITIBIRD reposera sur des dispositifs méthodologiques originaux et robustes (plan d’échantillonnage national, suivi historiques et à long terme des populations d’oiseaux, site expérimental BACCHUS, laboratoires d’analyses chimiques et biologiques renommés, et infrastructures expérimentales). Premièrement, nous mettrons en place de outils innovants pour mesurer le degré de contamination des vertébrés vivant en zones viticoles par plusieurs pesticides. Nous examinerons à l’aide du dispositif paysager expérimental BACCHUS l’impact des pratiques agricoles et de la complexité paysagère sur ce degré de contamination. Deuxièmement, et à l’aide de suivis historiques, nous évaluerons l’évolution de la biodiversité aviaire et de l’état des populations d’oiseaux dans les paysages viticoles au cours des 30 dernières années. Nous déterminerons quelles sont les espèces qui ont le plus déclinés lors de cette période, et nous identifierons les caractéristiques qui rendent les espèces sensibles aux pratiques viticoles. A l’aide du dispositif BACCHUS, nous testerons enfin l’impact du paysage et des pratiques viticoles sur la biodiversité et la démographie aviaire. Troisièmement, nous examinerons les relations qui existent entre les pratiques viticoles, la complexité du paysage et la santé des oiseaux, en se focalisant particulièrement sur les systèmes physiologiques essentielles au bon fonctionnement de l’organisme (axes hormonaux, métabolisme) et sur les dommages moléculaires qui peuvent être engendrés par les pesticides. A l’aide d’expériences in natura et en captivité, nous testerons l’impact des pesticides les plus retrouvés chez les oiseaux sauvages sur ces systèmes physiologiques (perturbation endocrine, métabolisme) et sur ces dommages (stress oxydant, érosion des télomères). Finalement, nous évaluerons les services écosystémiques rendus par les oiseaux en paysage viticole (contrôle de ravageurs). Nous utiliserons des approches expérimentales pour mesurer les interactions trophiques qui existent entre les différentes espèces d’oiseaux, les ravageurs de la vigne et les autres espèces d’auxiliaires de culture. En utilisant le dispositif BACCHUS, nous testerons l’impact des pratiques viticoles et de la complexité paysagère sur les services écosystémiques rendus par les oiseaux et sur le contrôle biologique des ravageurs de la vigne. VITIBIRD reposera sur l’expertise complémentaire de plusieurs équipes et instituts de recherche (CNRS, INRAE, MNHN, Universités) en écotoxicologie, agroécologie, écophysiologie et biologie de conservation. Ce projet présente un fort potentiel pour avoir un écho important auprès du plus grand nombre (scientifiques, étudiants, médias, gestionnaires) car il repose sur une approche transdisciplinaire et implique de nombreux acteurs (scientifiques, étudiants, collectivités, volontaires, associations, professionnel de la viticulture). En conclusion, VITIBIRD améliorera nos connaissances sur (1) le transfert des pesticides dans l’environnement, (2) l’impact des pesticides et des pratiques viticoles sur la biodiversité et sur la santé, et (3) les bénéfices socio-économiques rendus par la biodiversité dans les paysages viticoles. Via les connexions du consortium avec de multiples organismes éducationnels, socio-professionnels et décisionnaires, ce projet devrait permettre d’émettre des conseils et des avis afin d’améliorer la gestion du milieu viticole.

Coordinateur du projet

Monsieur FREDERIC ANGELIER (Centre d'études biologiques de Chizé)

L'auteur de ce résumé est le coordinateur du projet, qui est responsable du contenu de ce résumé. L'ANR décline par conséquent toute responsabilité quant à son contenu.

Partenaire

UMR SAVE UMR Santé et Agroécologie du Vignoble
EPOC Environnements et paléoenvironnements océaniques et continentaux
CEBC Centre d'études biologiques de Chizé
MNHN - CESCO Centre des Sciences de la Conservation

Aide de l'ANR 702 174 euros
Début et durée du projet scientifique : juin 2021 - 48 Mois

Liens utiles

Explorez notre base de projets financés

 

 

L’ANR met à disposition ses jeux de données sur les projets, cliquez ici pour en savoir plus.

Inscrivez-vous à notre newsletter
pour recevoir nos actualités
S'inscrire à notre newsletter