CE28 - Cognition, éducation, formation tout au long de la vie

L’adaptation des représentations linguistiques en cours d’interaction sociale : une approche dynamique de la communication orale – REaDY-SPOK

Résumé de soumission

Le projet a pour objectif de comprendre comment les indices qui apparaissent spontanément lors d’interactions sociales contribuent à l’apprentissage et la co-construction des connaissances. En ce sens, ce projet cherche à savoir comment la communication entre individus peut modifier leurs représentations mentales au point où leurs états mentaux deviennent de plus en plus similaires à mesure qu’ils interagissent à cause d’une adaptation de leurs représentations linguistiques. Cependant, bien qu’il soit connu que les interlocuteurs convergent entre eux dans leurs productions et qu’ils manifestent des feedbacks pour indiquer qu’ils se comprennent mutuellement, il n’est pas établi qu’une adaptation des représentations linguistiques soit possible à l’issue d’une interaction sociale. Cette question amène donc à se demander si communiquer à l’oral entre individus aurait une influence directe sur le contenu et l’organisation des représentations. En combinant des approches psychologique et neuroscientifique, ce projet examine si les marqueurs de feedbacks servant à marquer la compréhension mutuelle contribuent à l’adaptation des représentations sémantiques et phonologiques à l’issue d’une interaction sociale entre deux interlocuteurs. Le projet aura aussi pour objectif de déterminer si l’expression de feedbacks est associée avec le fait de prédire les mots à l’avance lors de la compréhension d’une phrase. En ce qui concerne le niveau représentationnel, nous étudierons deux types de représentations linguistiques. Grâce à des mesures comportementales et électrophysiologiques, nous allons nous intéresser à la fois au niveau conceptuel des mots (c’est-à-dire le niveau sémantique) et à la forme des mots (c’est-à-dire le niveau phonologique). De plus, la prédiction en compréhension (c’est-à-dire prédire ce que l’interlocuteur va dire) est le mécanisme clé pouvant expliquer l’adaptation des représentations mentales. En utilisant des mesures fines comportementales et électrophysiologiques après un contexte spontané de dialogue entre interlocuteurs, le projet examinera une réorganisation possible des représentations sémantiques et phonologiques à l’issue d’une interaction sociale et les mécanismes sous-tendant cette adaptation ainsi que leur persistance après l’interaction sociale. Le projet sera coordonné par une jeune chercheuse qui travaille sur la reconnaissance des mots parlés, la mémoire sémantique et le rôle de la prédiction dans la compréhension du langage oral en utilisant des mesures comportementales et électrophysiologiques. De par des compétences complémentaires du consortium tant au niveau méthodologique que théorique, le projet sera basé sur des connaissances solides sur la reconnaissance des mots parlés et la mémoire sémantique et offrira également la possibilité de prendre en compte les connaissances actuelles sur la notion de concepts partagés en dialogue et les mécanismes prédictifs en compréhension de phrase. Cette recherche fondamentale apporte une nouvelle vision théorique de la communication orale en envisageant une adaptation des représentations linguistiques à court et à long terme après une situation de dialogue. Ce projet propose donc une approche dynamique de la communication orale en envisageant les représentations linguistiques comme flexibles. Il présente également des retombées directes pour l’éducation, étant donné que les situations d’apprentissage sont des situations où une personne tente de modifier les représentations d’une autre personne à travers la communication. La nouveauté et l’originalité du projet nous conduira à présenter nos résultats dans des conférences et revues internationales. Pour finir, ce projet contribuera à la création d’un réseau européen de chercheurs travaillant sur la communication orale humaine et les représentations linguistiques à travers différents champs disciplinaires tels que la psychologie, la linguistique et les neurosciences.

Coordinateur du projet

Madame Angèle Brunellière (Laboratoire sciences cognitives et sciences affectives)

L'auteur de ce résumé est le coordinateur du projet, qui est responsable du contenu de ce résumé. L'ANR décline par conséquent toute responsabilité quant à son contenu.

Partenaire

SCALab Laboratoire sciences cognitives et sciences affectives

Aide de l'ANR 186 771 euros
Début et durée du projet scientifique : mars 2020 - 48 Mois

Liens utiles

Inscrivez-vous à notre newsletter
pour recevoir nos actualités
S'inscrire à notre newsletter