ANR-FNS - Appel à projets générique 2018 - FNS

Accomplissement personnel et moralités locales en Afrique de l'Est – SALMEA_18

Résumé de soumission

En Afrique de l’Est, les transformations structurelles récentes ont profondément modifié les représentations de l’autorité, de la propriété, de l’héritage et de la parenté. Les formes d’accomplissement personnel, c’est-à-dire ce que représente une vie bien conduite suivant les valeurs propres aux moralités locales, et les moyens d’y parvenir se sont renouvelés. Parmi les éléments qui constituent l’accomplissement personnel et qui s’entremêlent avec l’ethnicité, les adhésions religieuses, le genre, la classe sociale ou les générations, nous considérons les représentations de la richesse, du respect, de l’autorité, de l’honneur, de la réputation et de la transmission. Ce projet propose d’étudier les façons dont les Est-Africains conduisent leur vie pour s’y conformer et mobilisent différents registres de valeurs locaux. En d’autres termes, nous étudions les relations dialectiques entre les formes d’accomplissement personnel et les moralités locales.
Pour cela, nous étudions quatre thématiques: les représentations de la richesse, de la violence, de la religion et de la parenté. Ainsi, les récits évoquant une vie accomplie évoquent tant la richesse que la transmission aux enfants. L’ethnicité et les appartenances religieuses offrent également des indications précises sur les formes d’accomplissement personnel. Que se passe-t-il lorsque la situation socioéconomique ne permet plus d’y parvenir ? L’usage de la violence ou l’adhésion à de nouveaux mouvements religieux permet alors de découvrir des formes innovantes d’accomplissement et d’obtenir le respect de ses proches. Bien que nous distinguions, heuristiquement, ces différentes thématiques, elles sont intrinsèquement liées : la richesse suscite le respect, alors que celui-ci facilite l’enrichissement.
Les recherches sur le Kenya central ont montré que l’accomplissement personnel pour les hommes s’obtenait grâce à la possession de terre mise en culture, par le mariage et la naissance des enfants. Toutefois, les hommes qui ne possédaient pas de terre avaient d’autres moyens d’y parvenir : ils défrichaient des terres vierges, ou razziaient les groupes voisins pour enlever bétail, épouses et enfants. Aujourd’hui, acheter des terres à cultiver est très onéreux tant pour les hommes que pour les femmes : ils cherchent de nouvelles formes d’enrichissement, à obtenir le respect de leurs pairs ou à être socialement reconnu. Ces formes s’inspirent des modèles alternatifs anciens en les combinant avec les nouveaux mouvements religieux, avec les appartenances ethniques et nationales ou en s’inspirant des répertoires transnationaux de valeurs proposés par la globalisation. Tant les hommes que les femmes déploient aujourd’hui de nouvelles formes d’accomplissement personnel.
Pendant des siècles, la région fut modelée par la migration et le commerce, avant de s’intégrer au sein des réseaux commerciaux de l’Océan indien au XVIIIe et au XIXe siècle et de subir la domination coloniale au XXe siècle. Chaque pays a alors suivi des trajectoires historiques qui définissaient des territoires distincts, des souverainetés différentes : ils ont cultivé des formes de nationalisme propre. En revisitant les recherches sur les moralités locales et l’accomplissement personnel propre à l’Afrique de l’Est, nous renouvellerons les débats scientifiques actuels sur les liens entre systèmes de valeurs et pratiques sociales et observerons leurs profondes transformations. Nous étudierons précisément comment les différents registres identitaires s’entremêlent pour offrir de nouvelles perspectives d’accomplissement personnel tout en transformant les moralités locales. Les résultats de ce projet offriront des éléments pour développer de nouvelles politiques sociales ou susciter des formes d’interventions de la société civile destinées à débloquer la situation actuelle qui interdit aux hommes comme aux femmes de s’accomplir personnellement.

Coordinateur du projet

Monsieur Henri MEDARD (Institut des mondes africains)

L'auteur de ce résumé est le coordinateur du projet, qui est responsable du contenu de ce résumé. L'ANR décline par conséquent toute responsabilité quant à son contenu.

Partenaire

IMAf Institut des mondes africains
IHEID Institut de Hautes Etudes Internationales et du Développement
IFRA Institut Français de Recherche en Afrique

Aide de l'ANR 411 804 euros
Début et durée du projet scientifique : mars 2019 - 42 Mois

Liens utiles