DS08 - Sociétés innovantes, intégrantes et adaptatives

Famille et inégalité – FAMINEQ

Résumé de soumission

Au cours des 50 dernières années, les pays industrialisés ont connu des bouleversements économiques et démographiques qui ont affecté la distribution des revenus et la structure familiale. Depuis les années 70, on a observé un accroissement des inégalités dans la plupart des pays de l'OCDE. Au cours de la même période, la structure de la famille et son comportement ont connu des changements profonds caractérisés, d’une part, par un déclin dans le mariage et la natalité, des périodes de cohabitation plus nombreuses et plus longues, une hausse des taux de divorce et de la monoparentalité et, d'autre part, par une réduction de l'inégalité des sexes en termes d'éducation et de participation au marché du travail. En dépit de son importance, les interactions entre les changements économiques et démographiques sont restées largement inexplorées. Notre principal objectif dans ce projet est de développer des études empiriques et théoriques innovantes qui permettent de comprendre les différentes facettes du lien entre les inégalités et la forme de la famille et évaluer les changements observés en termes d’inégalités au niveau individuel (et non à celui du ménage). D'un point de vue théorique, le projet contribuera à l'élaboration des modèles collectifs de comportement des ménages et des modèles de marché du mariage. En quelques mots, les modèles collectifs supposent que chaque membre du ménage a des préférences individuelles spécifiques et que les décisions collectives effectuées par les ménages résultent de négociations entre les membres du ménage. Ces modèles sont essentiels pour (a) comprendre comment de meilleures opportunités pour les femmes dans la société peuvent modifier leur pouvoir au sein du ménage et (b) pour mesurer les changements dans le bien-être, et donc dans les inégalités, au niveau individuel. D’autre part, les modèles de marché du mariage supposent que les hommes et les femmes obtiennent un certain niveau d’utilité, en fonction de leurs caractéristiques, en se mettant en couple. Ils décrivent alors qui se marie avec qui. Ces modèles sont utiles pour démêler le rôle des préférences, d’une part, et le rôle de la distribution des caractéristiques des partenaires potentiels, d’autre part, dans les appariements. Le projet contribuera à fusionner ces deux champs de recherche qui actuellement sont parmi les plus dynamiques en microéconomie appliquée. D’un point de vue empirique, le projet permettra de révéler les mécanismes fondamentaux derrière la hausse des inégalités. Un des objectifs est de mener une étude approfondie du phénomène d’homogamie en France et dans d'autres pays, mettant l'accent non seulement sur l’homogamie en termes d'éducation et d'origine sociale mais aussi en termes de caractéristiques économiques. Des techniques économétriques traditionnelles mais aussi de plus sophistiquées basées sur des modèles de marché mariage seront utilisées à cette fin. La compréhension du comportement nuptial contribuera donc à l’évaluation des inégalités entre les ménages. Un autre objectif est d’analyser les liens entre les caractéristiques familiales et la transmission intergénérationnelle des avantages économiques. À l'aide de modèles collectifs, ce que les parents dépensent pour leurs enfants sera évalué. Plus généralement, l'influence du milieu familial sur la réussite individuelle (mesurée par divers indicateurs) et les inégalités sera évaluée avec des données actuellement sous-exploitées. L'objectif ultime est d'évaluer les changements dans les inégalités économiques en France et dans d’autres pays comparables durant les dernières décennies, en utilisant des modèles mieux adaptés et de meilleures données. Le projet mettra l'accent sur le bien-être individuel et tentera de mettre en évidence les facteurs clés dans la production des inégalités (changement dans la composition de la famille, transmission intergénérationnelle, changements dans l'équilibre du pouvoir au sein du ménage).

Coordinateur du projet

Monsieur Olivier Donni (Théorie économique, modélisation et applications)

L'auteur de ce résumé est le coordinateur du projet, qui est responsable du contenu de ce résumé. L'ANR décline par conséquent toute responsabilité quant à son contenu.

Partenaire

Department of Economics - Columbia University
Department of Economics - New York University
LAREFI Laboratoire d'analyse Recherche Economie Finance Intern.
LEMMA Laboratoire d'économie mathématique et de microéconomie appliquée
GREQAM GROUPEMENT DE RECHERCHE EN ECONOMIE QUANTITATIVE D'AIX-MARSEILLE
THEMA Théorie économique, modélisation et applications

Aide de l'ANR 342 360 euros
Début et durée du projet scientifique : octobre 2017 - 48 Mois

Liens utiles

Inscrivez-vous à notre newsletter
pour recevoir nos actualités
S'inscrire à notre newsletter