CE03 - Interactions Homme-environnement

Vers une économie plus verte : politiques environnementales et adaptation sociétale – GREEN-Econ

Résumé de soumission


Ce projet collectif se propose d’analyser le processus de transition vers une économie plus verte en posant la question de l’impact du changement environnemental sur nos sociétés et de leurs réactions face à ces mutations. Ce sujet étant vaste, le projet se concentre sur deux objets qui sont emblématiques des questions liées aux changements environnementaux : la pollution, qui en est l’une des causes principales, et les ressources aquatiques, fortement impactées par ces changements. Le projet bénéficiera de méthodologies complémentaires développées par les chercheurs du GREQAM et du LAMETA et de leur intégration dans des réseaux de collaborations interdisciplinaires. L'analyse de ces deux objets est abordée en trois étapes s’identifiant aux trois Work Packages (WP). Ils correspondent aux différentes étapes d’une analyse économique d’un problème environnemental (i) l'identification de celui-ci et son évaluation en termes économiques (ii) la définition de solutions à court et moyen terme en développant des instruments de régulation environnementale (iii) l'étude à plus long terme des capacités de résilience de nos sociétés aux changements et des conditions d'adoption d’un processus de développement respectueux de l’environnement.

La première étape de l'analyse (WP1) est dédiée à des éléments d’analyse quantitative concernant les coûts induits par la pollution, et l’analyse des coûts et bénéfices associés à la gestion de ressources aquatiques. Plus précisément, nous nous concentrons sur: (i) l'évaluation des conséquences de la pollution atmosphérique sur la santé humaine et, en particulier, les gains monétaires induits par la réduction, à long terme, de l’exposition à cette pollution, (ii) les bénéfices (en terme de santé) induits par le changement du portefeuille énergétique proposé par l'ADEME à l’horizon 2030, (iii) les questions spécifique liées à l’évaluation d’un d’écosystèmes aquatique et (iv) le développement d’une méthode permettant d’évaluer les conséquences du développement d’une espèce invasive dans un écosystème de ce type.

La deuxième étape (WP2) est dédiée à l’analyse des instruments de politique publique corrigeant, à court et moyen terme, les externalités environnementales mises en évidence dans le WP1. Au-delà de l’utilisation d’instruments standards, nous introduirons également de nouveaux modes de régulation plus institutionnels (droits de propriété adaptés, méthode de régulation spatiale..) et prenant en compte la nature dynamique des problèmes étudiés. Un accent particulier sera mis sur: (i) la régulation environnementale d’une industrie polluante en présence d’un secteur de biens d’abattement (ii) la régulation des effets spatiaux et dynamiques de la pollution de l’air, (iii) la régulation dynamique de ressources communes, notamment les pêcheries et, (iv) la gestion spatialisée d’espèces invasives mettant en danger (à la fois) les écosystèmes et l'activité économique.

La troisième étape (WP3) adopte une perspective de long terme. En effet, au-delà de la régulation de court et moyen terme, il est important de comprendre comment une société peut améliorer sa capacité d’adaptation aux changements environnementaux et peut opter pour un processus de développement durable. Dans ce projet, nous nous concentrons sur (i) les incitants visant à promouvoir l'agriculture biologique ou, au minimum, des modes de production moins dépendant des intrants chimiques (et polluants) tels que les engrais et les pesticides, (ii) le choix du portefeuille énergétique en amont du secteur industriel et, en aval, la question de la gestion des déchets et du recyclage, (iii) la gestion durable des ressources aquatiques en particulier lorsqu’elles sont soumises au stress climatique via des effets incertains de seuil (affectant la disponibilité de ces ressources ou leur distribution spatiale) où lorsqu’elles subissent une agression par une espèce invasive.

Coordinateur du projet

Groupement de Recherche en Economie Quantitative d'Aix-Marseille (Laboratoire public)

L'auteur de ce résumé est le coordinateur du projet, qui est responsable du contenu de ce résumé. L'ANR décline par conséquent toute responsabilité quant à son contenu.

Partenaire

Laboratoire Montpelliérain d'Economie Théorique et Appliquée
Groupement de Recherche en Economie Quantitative d'Aix-Marseille

Aide de l'ANR 351 499 euros
Début et durée du projet scientifique : septembre 2016 - 42 Mois

Liens utiles