Flash Info
Publication du programme PAUSE – ANR Ukraine pour l’accueil de scientifiques ukrainiens et ukrainiennes dans des laboratoires français
ASTRID - Accompagnement spécifique des travaux de recherches et d’innovation défense

Impact du stress sur la décision et la métacognition: applications en aéronautique – MetaStress

Résumé de soumission

Le projet MetaStress porte sur l'impact du stress sur la métacognition. La métacognition rassemble l'ensemble des processus par lesquels un agent accède à, et contrôle, ses propres processus cognitifs. Les jugements de confiance que nous formulons sur nos propres décisions sont des exemples prototypiques de métacognition. La métacognition est une capacité essentielle d'une part pour la régulation par le sujet de sa propre cognition, et d'autre part pour la coopération entre agents en situation d'incertitude. Elle fait partie des fonctions exécutives qui donnent à la cognition humaine son caractère flexible et adaptatif. Or, nous savons désormais que les fonctions exécutives sont parmi les plus sensibles au stress. En situation de stress, les ressources énergétiques sont réorientées vers la lutte ou la fuite, et l'attention se porte vers le monde extérieur, source de menaces potentielles, aux dépends de l'attention endogène. Tout porte donc à penser que la réaction de stress doit avoir un impact négatif sur la métacognition, qui est une fonction exécutive orientée vers les processus internes. Pourtant, l'impact du stress sur la métacognition et ses conséquences sur la performance n'ont jamais été examinés systématiquement.

Les effets délétères du stress sur la performance sont bien connus et ils ont été particulièrement bien documentés en aéronautique. Le projet MetaStress est motivé par l'hypothèse suivante : un des mécanismes par lequel le stress est cause d'erreurs, voire d'accidents, est la baisse de métacognition qu'il induit. Ainsi des phénomènes habituellement décrits comme des persévérations dans une conduite erronée, souvent retrouvées à la source d'erreurs humaines, pourraient être compris comme résultant de l'incapacité à évaluer sa propre performance – un déficit de métacognition typique. Ainsi, parce que l'agent serait partiellement aveugle à sa propre performance, il ne pourrait adopter un point de vue critique permettant de mettre fin à une persévération.

Dès lors, le projet MetaStress se fixe pour objectif d'examiner les relations entre stress et métacognition d'un point de vue fondamental, d'étudier les conséquences du stress sur la métacognition dans le contexte aéronautique et de proposer des contre-mesures cognitives. Nous utiliserons des inductions de stress en laboratoire afin d'étudier les modulations de l'accès métacognitif induites. Au moyen de la modélisation des performances cognitives, nous isolerons les effets du stress sur la cognition de premier ordre et ceux sur la métacognition, où nous distinguerons les effets de biais (sur- ou sous-confiance), des effets sur la sensibilité métacognitive. Par une combinaison de mesures physiologiques, endocriniennes, comportementales et psychologiques, nous démêlerons, dans l'écheveau des mécanismes du stress, ceux qui affectent les processus métacognitif de monitoring et de contrôle. La métacognition étant particulièrement importante dans la coopération entre agents, dans la mesure où l'échange des jugements de confiance permet aux agents de pondérer leurs contributions respectives, nous étudierons les dysfonctionnements introduits par le stress dans la collaboration entre deux individus. Nous mettrons en évidence à quel niveau le stress introduit un blocage dans le canal de communication entre deux individus qui travaillent sur une tâche commune.

Le projet MetaStress est un projet de sciences cognitives, combinant une approche fondamentale et une approche appliquée au domaine de l'aéronautique. Cette approche appliquée sera double. D'une part, nous développerons des expériences en laboratoire à Paris et des expériences dans des simulateurs de vol sur le site de l'ONERA à Salon de Provence. D'autre part, nous proposerons des stratégies pour contrecarrer les effets délétères du stress sur la métacognition. Ces remédiations pourront impliquer un entraînement spécifique des personnes travaillant sous stress, ainsi que l'adaptation des systèmes de décision.

Coordinateur du projet

Monsieur Jerome Sackur (Laboratoire de Sciences Cognitives et Psycholinguistique)

L'auteur de ce résumé est le coordinateur du projet, qui est responsable du contenu de ce résumé. L'ANR décline par conséquent toute responsabilité quant à son contenu.

Partenaire

LSCP Laboratoire de Sciences Cognitives et Psycholinguistique
CES UMR8174 (CNRS/UP1) Centre d'économie de la Sorbonne
ONERA Office Nationale d'Études et de Recherches Aérospatiales

Aide de l'ANR 271 116 euros
Début et durée du projet scientifique : - 36 Mois

Liens utiles

Explorez notre base de projets financés

 

 

L’ANR met à disposition ses jeux de données sur les projets, cliquez ici pour en savoir plus.

Inscrivez-vous à notre newsletter
pour recevoir nos actualités
S'inscrire à notre newsletter