DS10 - Défi de tous les savoirs

Etude de la consolidation mnésique au cours du sommeil de l'enfant – ENSOM

Etude de la consolidation mnésique au cours du sommeil chez l’enfant

Le rôle du sommeil sur la consolidation des apprentissages est clairement démontré chez l’adulte. Etrangement, l’influence du sommeil sur la stabilisation des apprentissages n’a que très rarement été investiguée au cours du développement de l’enfant ou chez les enfants porteurs de pathologies du sommeil. Pourtant, les troubles du sommeil affectent près de 30 % des enfants et sont fréquemment associés à des difficultés académiques.

Etude du lien entre le sommeil, la consolidation mnésique et les apprentissages chez des enfants âgés de 6 à 12 ans avec et sans troubles du sommeil.

Evaluer l’impact des troubles du sommeil sur les processus de consolidation nocturne des apprentissages chez l’enfant. Nous évaluerons ainsi les capacités de consolidation nocturnes d’enfants souffrants de 3 pathologies du sommeil, dont les atteintes nocturnes diffèrent : le syndrome d'apnée obstructive du sommeil (SAOS), l'Epilepsie Partielle centro-temporales (EPCT) et la narcolepsie. Nous évaluerons également, une fois le traitement de leur trouble mis en place, si la normalisation de leur sommeil permet la restauration des processus nocturnes de consolidation mnésique. <br />Comprendre quels paramètres nocturnes sont essentiels à la consolidation mnésique chez l’enfant. L’observation des conséquences d’une suppression sélective de certains paramètres de sommeil, nous a renseigné sur leur implication dans les processus de consolidation mnésique. Chez l’enfant de telles procédures ne sont pas envisageables pour des raisons éthiques évidentes. Nous construirons un modèle permettant de comprendre le lien entre paramètres du sommeil et consolidation mnésique. <br />Nous développons également au travers de ce projet une collaboration avec l'inspection académique de la région Rhône-Alpes, des médecins scolaires et des enseignants, afin de mettre en place des actions de sensibilisation envers les intervenants scolaires concernant l’importance du sommeil sur la consolidation des apprentissages. Notre but sera également d’améliorer la prise en charge pédagogique en milieu scolaire des enfants présentant des troubles du sommeil et faire de l’école un vecteur d’information concernant l’importance d’une bonne hygiène de sommeil. <br />Notre objectif sera ainsi de comprendre les interactions entre le sommeil, les apprentissages et la mémoire chez les enfants et d’apporter des réponses cliniques, fondamentales et éducatives à ce sujet. <br />

Evaluation comportementale
Polysomnographie
Actimétrie
Programme d'éducation

Mazza et al., 2016: Nous avons montré que le fait d'intercaler une phase de sommeil entre 2 sessions d'apprentissage reduisait de moitié le temps nécessaire pour réapprendre et permettait une meilleure rétention à long terme.
Sauzeau et al. soumis: Les enfants narcoleptiques présentent une réduction significative de leur capacité de consolidation dépendante du sommeil comparativement à un groupe d'enfants normo-dormeurs. Celle-ci s'associe à une réduction du volume de sommeil à ondes lentes et de la densité des fuseaux de sommeil.

Développement d'un programme d'éducation au sommeil à l'école

- Mazza, S., Gerbier, E., Gustin, M.P., Kasikci, Z., Koenig, O., Toppino, T.C., & Magnin, M. (2016). Relearn faster and retain longer: along with practice, sleep makes perfect, Psychological Science, Vol. 27(10), 1321–1330.
- Sauzeau, J.B., Rey, A.

Le sommeil exerce une influence bi-directionnelle sur les apprentissages : un sommeil de qualité garantit de bonnes dispositions diurnes pour acquérir des connaissances, et le sommeil qui suit des apprentissages garantit la stabilisation de ces connaissances. Le rôle du sommeil sur la consolidation des apprentissages est clairement démontré chez l’adulte. Il permettrait de transformer une trace mnésique labile en une trace stable, moins sensible aux interférences. Etrangement, l’influence du sommeil sur la stabilisation des apprentissages n’a que très rarement été investiguée au cours du développement de l’enfant ou chez les enfants porteurs de pathologies du sommeil. Pourtant, les troubles du sommeil affectent près de 30 % des enfants et sont fréquemment associés à des difficultés académiques. Les évaluations neuropsychologiques classiques, basées sur des apprentissages diurnes ne permettent pas toujours d’expliquer l’origine des difficultés scolaires de ces enfants. Ce projet se propose d’étudier le lien entre le sommeil, la consolidation mnésique et les apprentissages chez des enfants âgés de 6 à 12 ans avec et sans troubles du sommeil.
Ainsi, une première ambition de notre projet sera d’évaluer l’impact des troubles du sommeil sur les processus de consolidation nocturne des apprentissages chez l’enfant. Nous faisons l’hypothèse que des altérations du sommeil au cours du développement puissent interférer avec les processus de consolidation des apprentissages et participer aux difficultés académiques de certains enfants. Nous évaluerons ainsi les capacités de consolidation nocturnes d’enfants souffrants de 3 pathologies du sommeil, dont les atteintes nocturnes diffèrent : le syndrome d'apnée obstructive du sommeil (SAOS), l'Epilepsie Partielle centro-temporales (EPCT) et la narcolepsie. Nous évaluerons également, une fois le traitement de leur trouble mis en place, si la normalisation de leur sommeil permet la restauration des processus nocturnes de consolidation mnésique.
Une seconde ambition du projet ENSOM sera de comprendre quels paramètres nocturnes sont essentiels à la consolidation mnésique chez l’enfant. Chez les sujets adultes sains, les protocoles expérimentaux de privation de sommeil permettent de répondre à cette question. Ainsi, l’observation des conséquences d’une suppression sélective de certains paramètres de sommeil, nous a renseigné sur leur implication dans les processus de consolidation mnésique. Chez l’enfant de telles procédures ne sont pas envisageables pour des raisons éthiques évidentes. L’aspect novateur de notre projet sera de contourner cette limite méthodologique, en profitant de la diversité des profils de sommeil et de mémoire d’enfants présentant des troubles du sommeil et d’enfants normo-dormeurs. Nous construirons un modèle permettant de comprendre le lien entre paramètres du sommeil et consolidation mnésique.
Nous développons également au travers de ce projet une collaboration avec l'inspection académique de la région Rhône-Alpes, des médecins scolaires et des enseignants, afin de mettre en place des actions de sensibilisation envers les intervenants scolaires concernant l’importance du sommeil sur la consolidation des apprentissages. Notre but sera également d’améliorer la prise en charge pédagogique en milieu scolaire des enfants présentant des troubles du sommeil et faire de l’école un vecteur d’information concernant l’importance d’une bonne hygiène de sommeil.
Notre objectif sera ainsi de comprendre les interactions entre le sommeil, les apprentissages et la mémoire chez les enfants et d’apporter des réponses cliniques, fondamentales et éducatives à ce sujet.

Coordinateur du projet

Laboratoire d'étude des mécanismes cognitifs-Université Lumière Lyon2 (Laboratoire public)

L'auteur de ce résumé est le coordinateur du projet, qui est responsable du contenu de ce résumé. L'ANR décline par conséquent toute responsabilité quant à son contenu.

Partenaire

Laboratoire d'étude des mécanismes cognitifs-Université Lumière Lyon2

Aide de l'ANR 214 999 euros
Début et durée du projet scientifique : septembre 2015 - 36 Mois

Liens utiles