Blanc SVSE 7 - Blanc - SVSE 7 - Biodiversité, évolution, écologie et agronomie

Evolution de la résistance naturelle au cancer : le paradoxe de Peto revisité – EVOCAN

Résumé de soumission

Le projet EvoCan est la re-soumission d’un projet soumis l’an dernier. Le cancer est une maladie apparue avec la multicellularité il y a plus d’un milliard d’années, et résulte de l’évolution clonale et de la compétition cellulaire à l’intérieur du corps. Spécifiquement, la sélection cellulaire somatique et l’évolution sont les processus fondamentaux qui conduisent au processus tumoral et à ses manifestations. Bien que cette perception évolutive du cancer ait été proposée dès le milieu des années 70, encore peu d’attention a été consacrée aux applications de la biologie évolutive à la compréhension de l’origine du cancer, au contrôle de la progression tumorale et à l’évitement des récidives. Les choses sont toutefois en train de changer et les nouvelles applications de la biologie évolutive transforment notre compréhension du cancer. Malgré cet élan, les scientifiques développant de telles approches sont encore peu nombreux, principalement basés en Amérique du Nord, et très récemment en France avec le développement de recherches interdisciplinaires adoptant une perspective évolutive de l’émergence et de la progression du cancer. Le projet EvoCan s’inscrit dans cette dynamique et a pour objectif d’améliorer notre compréhension de l’évolution des résistances/susceptibilités naturelles au cancer. Si les processus évolutifs restent compliqués à appréhender au sein des populations humaines, il est possible de mieux comprendre le rôle de la sélection naturelle sur l’évolution des résistances/vulnérabilités au cancer en étudiant les règles qui régissent l’incidence de cette maladie au sein de la faune sauvage. Plus précisément, nous avons besoin de comprendre les mécanismes sous-jacents au fameux paradoxe de Peto, c'est-à-dire l’absence de corrélation entre la taille X longévité des espèces et leur probabilité de développer un cancer. Comprendre comment les espèces longévives et de grandes tailles limitent l’apparition des cancers ou empêchent leur progression quand ils émergent peut en effet fournir des renseignements précieux sur les mécanismes naturels de protection retenus au cours de l’évolution contre cette maladie. Les objectifs du projet EvoCan sont de comprendre les causes évolutives du paradoxe de Peto en testant la pertinence de plusieurs nouvelles hypothèses, certaines d’entres elles ayant récemment fait l’objet d’un article de prospectives dans BMC cancer par trois des responsables de tâches du projet EvoCan. Ce projet s’inscrit dans la logique de développement scientifique du CREEC (Centre de Recherches Ecologiques et Evolutives sur le Cancer) récemment créé à Montpellier, et du Groupement de Recherches DarEvCan (Evolution Darwinienne du Cancer : Une Approche Interdisciplinaire pour l'Etude de la Progression Cancéreuse). Concrètement, le projet EvoCan s’articule autour de 4 thèmes sous-jacents au paradoxe de Peto, à savoir : (i) établir une base de données sur l’incidence et la diversité des cancers au sein de la faune sauvage en utilisant des données issues de parcs zoologiques, (ii) comprendre l’influence de l’écologie des espèces sur l’évolution des résistances naturelles au cancer, (iii) existe-t-il un paradoxe de Peto au niveau intraspécifique entre les organes de grandes et de petites tailles ? (iv) quelle est l’influence du renouvellement cellulaire et des taux métaboliques sur la dynamique du cancer ? Enfin, si notre projet est financé, nous organiserons un séminaire international sur le thème de l’évolution des résistances naturelles au cancer et du paradoxe de Peto. L’adoption d’une vision évolutive du cancer n’a reçu une reconnaissance internationale qu’au cours de la dernière décennie. Nous pensons que ce projet constitue une rare opportunité de démarrer et de promouvoir en France des recherches sur le cancer, dans une perspective résolument différente, tout en étant complémentaire, des approches médicales classiques.

Coordination du projet

Frédéric THOMAS (Maladies infectieuses et vecteurs : écologie, génétique, évolution et contrôle)

L'auteur de ce résumé est le coordinateur du projet, qui est responsable du contenu de ce résumé. L'ANR décline par conséquent toute responsabilité quant à son contenu.

Partenaire

GDR DarEvCan Groupement de Recherches Evolution darwinienne du Cancer : Une approche Interdisciplinaire pour l'Etude de la Progression Cancéreurse
ONIRIS Ecole Nationale Vétérinaire, Agroalimentaire et de l'Alimentation Nantes-Atlantique - ONIRIS
UMMISCO UMI 209 Unité de Modélisation Mathématique et Informatique de Systèmes Complexes
ISEM (UMR 5554) Institut des Sciences de l'Evolution
MIVEGEC Maladies infectieuses et vecteurs : écologie, génétique, évolution et contrôle

Aide de l'ANR 283 805 euros
Début et durée du projet scientifique : décembre 2013 - 42 Mois

Liens utiles

Explorez notre base de projets financés

 

 

L’ANR met à disposition ses jeux de données sur les projets, cliquez ici pour en savoir plus.

Inscrivez-vous à notre newsletter
pour recevoir nos actualités
S'inscrire à notre newsletter