JCJC SVSE 1 - JCJC - SVSE 1 - Physiologie, physiopathologie, santé publique

Effet de la stimulation des racines sacrées sur le système nerveux central et entérique – SacralNeurostim

Résumé de soumission

L’incontinence fécale est définie par l’émission involontaire de selles et représente un problème de santé publique puisqu’elle touche 2 à 15% de la population générale, avec un coût de plus de $400 millions par an aux Etats-Unis. La première étape du traitement de cette affection repose sur la rééducation afin d’améliorer la contraction sphinctérienne et sur la prescription de ralentisseurs du transit colique. Cependant, prés de 50% des patients résistent au traitement médical.
La stimulation des racines sacrées (SNS) a été proposée ces dernières années dans le traitement de l’incontinence fécale après avoir été utilisée avec succès dans le cadre de l’incontinence urinaire secondaire à une hyperactivité vésicale. La SNS est réalisée en implantant une électrode de stimulation bipolaire dans une racine sacrée (S3 ou S4). L’utilité clinique et médico-économique de la SNS est excellente avec une amélioration observée dans 70-80% des cas, et a récemment été confirmée dans une étude contrôlée multicentrique Française. En dépit de l’augmentation constante de l’indication à un traitement par SNS, son mécanisme d’action est à l’heure actuelle peu compris.
Plusieurs études ont démontré que l’efficacité de la SNS n’est pas sous-tendue par une augmentation de la contraction sphinctérienne striée anale. Plus récemment, l’action de la SNS sur le les afférences du tube digestif a été suggérée, avec en retour une modulation du systéme nerveux autonome. Par exemple, nous avons récemment démontré chez le chat que la SNS inhibait la motricité colorectale et augmentait le tonus sphinctérien anal lisse en augmentant l’activité sympathique. Ceci pourrait être à l’origine de l’efficacité de la SNS en diminuant la fréquence et en durcissant la consistance des selles. De plus, ces résultats suggèrent donc que la SNS agit à un niveau supramédullaire au niveau cérébral. Par ailleurs, la motricité colorectale est également sous le contrôle du système nerveux entérique (SNE) organisé en plexi myentériques et sous-muqueux. Le but de ce projet consiste en l’élucidation des mécanismes d’action neuronaux centraux et périphériques sous-tendant l’efficacité clinique de la SNS.
Le premier objectif de ce projet est de démontrer que la SNS recrute les centres nerveux impliqués dans l’intégration centrale du message sensitif digestif, ainsi que du contrôle de l’activité du système nerveux autonome. Pour cela, nous utiliserons un modèle de SNS chez le rat conscient afin de réaliser une étude neuroanatomique des centres cérébraux recrutés au cours de cette stimulation. Nous étudierons la motricité colorectale comme marqueur de l’activité du système nerveux autonome, ainsi que la douleur viscérale induite par la distension colorectale comme marqueur du recrutement des fibres C afférentes.
Le second objectif de ce projet vise à recherche une effet de la SNS sur la viscerosensibilité colique chez le rat. Pour cela, nous étudierons sur ce modèle le réflexe pseudoaffectif (marquer de douleur) en réponse à la distension colorectale.
Le dernier objectif de ce projet est de déterminer si la SNS exerce un effet moteur par la mise en jeu du SNE chez le rat mais également chez les patients implantés. Chez le rat, nous étudierons l’effet de la SNS sur la motricité colique ainsi que sur les plexi myentériques et sous-muqueux en recherchant une activation des cellules neuro-gliales puis en identifiant les populations cellulaires recrutées.
L’identification des mécanismes d’action de la SNS sera déterminante pour identifier des biomarqueurs moléculaires objectifs de réponse à la SNS, et apportera des informations précieuses pour mieux sélectionner les patients candidats. Enfin, ce projet apportera des arguments précliniques majeurs afin d’étendre les indications de la SNS à d’autres situations cliniques, en particulier chez les patients souffrant du syndrome de l’intestin irritable caractérisé par des troubles du transit associés à une hypersensibilité viscérale.

Coordinateur du projet

Laboratoire public

L'auteur de ce résumé est le coordinateur du projet, qui est responsable du contenu de ce résumé. L'ANR décline par conséquent toute responsabilité quant à son contenu.

Partenaire

Aide de l'ANR 297 442 euros
Début et durée du projet scientifique : janvier 2012 - 48 Mois

Liens utiles