CES - Contaminants, Ecosystèmes, Santé

Mycotoxinogénèse chez le blé: de la diversité de la microflore fusarienne à la toxicologie. – DON&Co

Résumé de soumission

La qualité sanitaire des aliments est une préoccupation fondamentale en France et dans le monde; la possible contamination des matières premières par des champignons producteurs de mycotoxines et le risque sanitaire associé en est une des composantes majeures. Les mycotoxines sont des contaminants fréquents des céréales et, selon l’ONU, 25% des récoltes mondiales seraient contaminés. La majorité de ces mycotoxines ne sont pas dégradées par les traitements technologiques usuels des aliments et restent présentes dans les produits finis. Les mycotoxines posent donc un problème très actuel de sécurité sanitaire tout au long de la chaîne alimentaire.
La maîtrise du risque mycotoxique représente un enjeu majeur pour la filière blé dans son ensemble (blé tendre et blé dur). Les trichothécènes (avec le déoxynivalénol ou DON comme forme majoritaire), produits par des champignons appartenant au genre Fusarium, représentent, par leur toxicité potentielle et forte occurrence, les contaminants les plus préoccupants.
La contamination du blé par des mycotoxines est particulièrement complexe pour au moins deux raisons (i) plusieurs espèces fongiques peuvent contaminer simultanément les grains de blé et (ii) ces espèces fongiques produisent simultanément un cocktail de trichothécènes. Le projet DON&Co a pour objectif de répondre à la question "comment la composition de la flore fusarienne impacte les teneurs et type de trichothécènes accumulés dans le grain et en conséquence sa toxicité ?". Ce projet DON & Co conduira à la définition d'outils agronomiques permettant de respecter la réglementation européenne en vigueur mais aussi à l'acquisition de références sur la toxicité comparée et cumulée du DON et de ses formes acétylées. Ces références conduiront à une meilleure appréciation du "risque mycotoxique" associé au blé et contribueront à l'évolution de la réglementation.
Seule une approche fédératrice intégrée, telle que celle proposée dans le projet DON&Co, associant études épidémiologiques (de la flore aux toxines) et approches mécanistiques, permettra de répondre à la question posée.

Coordination du projet

Florence RICHARD-FORGET (INSTITUT NATIONAL DE LA RECHERCHE AGRONOMIQUE - CENTRE DE RECHERCHE DE BORDEAUX) – florence.forget@inra.fr

L'auteur de ce résumé est le coordinateur du projet, qui est responsable du contenu de ce résumé. L'ANR décline par conséquent toute responsabilité quant à son contenu.

Partenaire

ENVT ECOLE NATIONALE VETERINAIRE DE TOULOUSE
INRA INSTITUT NATIONAL DE LA RECHERCHE AGRONOMIQUE - CENTRE DE RECHERCHE DE BORDEAUX
INRA PT UR66 INSTITUT NATIONAL DE LA RECHERCHE AGRONOMIQUE -CENTRE DE RECHERCHE DE TOULOUSE
ARVALIS ARVALIS INSTITUT DU VEGETAL
MSE INSTITUT NATIONAL DE LA RECHERCHE AGRONOMIQUE - CENTRE DE RECHERCHE DE DIJON
INRA INSTITUT NATIONAL DE LA RECHERCHE AGRONOMIQUE - CENTRE DE RECHERCHE DE VERSAILLES GRIGNON
INRA MycSA INSTITUT NATIONAL DE LA RECHERCHE AGRONOMIQUE - CENTRE DE RECHERCHE DE BORDEAUX

Aide de l'ANR 559 942 euros
Début et durée du projet scientifique : - 36 Mois

Liens utiles

Explorez notre base de projets financés

 

 

L’ANR met à disposition ses jeux de données sur les projets, cliquez ici pour en savoir plus.

Inscrivez-vous à notre newsletter
pour recevoir nos actualités
S'inscrire à notre newsletter