Flash Info
Publication du programme PAUSE – ANR Ukraine pour l’accueil de scientifiques ukrainiens et ukrainiennes dans des laboratoires français
GENOPAT - Du gène à la physiopathologie, des maladies rares aux maladies communes

Nouveaux Déterminants Moléculaires des Déficits Hypophysaires – MDPHD

Résumé de soumission

Les formes congénitales de déficits hypophysaires multiples sont des maladies rares dues à des anomalies du développement des différents types cellulaires constituant l'antéhypophyse. Les déficits hormonaux correspondants entraînent, en l'absence de traitement, précoce de graves conséquences telles que décès néonatal, retard mental, nanisme ou défaut de puberté. Plusieurs groupes dont les nôtres ont rattaché ces pathologies à des anomalies de facteurs de transcription hypophysaires comme LHX3 et LHX4 -dont nous avons identifié les premières anomalies moléculaires-, PROP1, ou PIT1. Toutefois, seuls 13% des cas peuvent être rapportés à une anomalie de l'un de ces facteurs, et dans la majorité des cas l'étiologie reste donc inconnue. L'identification de nouveaux déterminants moléculaires améliorera notre compréhension de cette pathologie et devrait permettre une prise en charge meilleure des patients et de leur famille (importantes implications diagnostiques et thérapeutiques). A/ Identification de nouveaux gènes impliqués dans les hypopituitarismes congénitaux
A l'aide d'une banque d'ADN génomique de plus de 1000 échantillons de patients indépendants caractérisés sur le plan phénotypique, recueillis par les équipes 1 et 2, seront réalisés 3 approches complémentaires :
a-1/ approche « gène candidat ». Nous étudierons l'implication de facteurs suspectés à partir des données animales de jouer un rôle dans l'apparition de la maladie. Cette approche sera appliquée à l'analyse de 3 phénotypes: 1) de type PIT1 en l'absence de mutation de PIT1. 2) de type PROP1 en l'absence de mutation de PROP1. 3) L'association d'un deficit isolé en ACTH et d'un deficit immunitaire variable.
a-2/ une analyse de liaison genetique pangénomique orientée sur les phénotypes de type PIT1 et de type PROP1 . La disponibilité d'échantillons d'ADN de cas consanguins (dont des cas sporadiques) et non-consanguins (familles multyplex) permettra cette approche (cartographie par homozygotie et analyse de liaison classique).
a-3/ Hybridation génomique comparative par puces (CGH ), dans des cas sporadiques sans anomalies chromosomiques décectables par cytogénétique classique afin de localiser de minimes déséquilibres chromosomiques (délétions/duplications).
B/ Etude du sous-réseau PIT1: recherche de nouvelles cibles, cofacteurs et régulateurs.
De nouveaux partenaires de PIT1 représentent de bons candidats à analyser chez les patients de type PIT1 sans mutations identifiées. Ils seront étudiés par 3 approches :
b-1/ etude du contrôle transcriptionnel du locus Pit1 via l'établissement de la conformation 3D de la chromatine, par capture de conformation chromosomique (3C) et les techniques dérivées.
b-2/ recherche de nouvelles cibles et cofacteurs de PIT1 par ChIP/Chip , analyses in vitro et lignées de souris transgéniques que nous créerons avec inactivation régulable de Pit1.
b-3/ Recherche de nouveaux co-régulateurs de PIT1 par approche protéomique. Nous nous proposons d'identifier de nouveaux déterminants moléculaires des hypopituitarismes congénitaux notamment dans les formes ayant un phénotype de type PROP1 ou de type PIT1 mais sans mutation de ces facteurs. Dans ce dernier cas nous devrions identifier de nouveaux régulateurs, effecteurs ou cofacteurs de ce facteur de transcription. L'identification de défauts moléculaires spécifiques permettra un diagnostic précoce et le traitement des déficits hormonaux associés, même en cas de survenue retardée, ce qui représente un bénéfice potentiel majeur pour les patients. En effet, un diagnostic précis et un traitement précoce de ces maladies rares, mais graves et parfois mortelles, représente le but ultime de cette recherche, de même que celui d'améliorer nos connaissances des cascades moléculaires impliquées dans la physiologie hypophysaire.

Coordinateur du projet

Monsieur Thierry BRUE (Centre de Recherche en Neurobiologie-Neurophysiologie)

L'auteur de ce résumé est le coordinateur du projet, qui est responsable du contenu de ce résumé. L'ANR décline par conséquent toute responsabilité quant à son contenu.

Partenaire

CRN2M Centre de Recherche en Neurobiologie-Neurophysiologie
UMR_S933 Physiopatholgoie des maladies génétiques d’expression pédiatrique - UMR_S933
AP-HM Laboratoire de Biologie moléculaire - Hôpital de la Conception

Aide de l'ANR 650 000 euros
Début et durée du projet scientifique : - 48 Mois

Liens utiles

Explorez notre base de projets financés

 

 

L’ANR met à disposition ses jeux de données sur les projets, cliquez ici pour en savoir plus.

Inscrivez-vous à notre newsletter
pour recevoir nos actualités
S'inscrire à notre newsletter