MRAR - Programme Pluriannuel de Recherche sur les Maladies Rares (MRAR)

ETUDE GENETIQUE ET FONCTIONNELLE DES FORMES AUTOSOMIQUES RECESSIVES DE MALADIE DE CHARCOT-MARIE-TOOTH – ARCMT

Résumé de soumission

La maladie de Charcot-Marie-Tooth (CMT) est une neuropathie héréditaire motrice et sensitive caractérisée par une atrophie musculaire et une neuropathie sensitive progressive des extrémités des membres. L'examen électrophysiologique est indispensable au diagnostic pour distinguer différentes formes de la maladie : les formes démyélinisantes avec vitesses de conduction nerveuses effondrées, et les formes axonales quand elles sont normales. Dans chaque forme, différents modes de transmission sont rencontrés: autosomique dominant, autosomique récessif (AR) ou lié à l'X. Le mode AR est fréquent en Afrique du Nord et au moyen orient à cause du fort taux de consanguinité et il est probablement sous estimé dans les pays occidentaux où il est rencontré sous forme de cas isolés à cause de la petite taille des fratries.
Pour les formes démyélinisantes, 7 gènes sont déjà été connus. Peu de données ont été rapportées sur la fonction des deux gènes dernièrement identifiés, MTMR13 et KIAA1985. Pou*******************Notre projet est dédié à l¿étude des formes autosomiques récessives de CMT. Nous continuons les études génétiques pour mieux comprendre les bases moléculaires de ces formes. En effet, bien que de nombreux gènes aient été identifiés, on évalue entre 40 et 60% les familles avec un CMTAR qui ne présentent pas de mutations dans ces gènes (Ch. Verny et Hamid Azzedine, communication personnelle). Le second aspect de notre travail est la compréhension des conséquences fonctionnelles des mutations à travers l¿étude de modèles cellulaires et/ou animaux pour les gènes nouvellement identifiés comme MTMR13 et KIAA1985. Ainsi nous allons développer 2 types d¿approches :

1)L¿approche génétique :
IV- Crible des nouveaux gènes, MTMR13 et KIAA1985, pour
i. Rechercher et dater des effets fondateurs
ii. Establir des corrélations Phenotype-genotype
V- Identification de nouveaux gènes pour le CMTAR axonal
i. Restriction des intervalles candidats pour 2 noveaux loci en testant des marqueurs supplémentaires et en génotypant de nouvelles familles avec un CMTAR axonal
ii. Identifier les gènes par une approche ¿gène candidat¿.
2) L¿approche fonctionnelle :
VI- Etude détaillée de l¿expression des gènes MTMR13 et KIAA1985 responsables de CMTAR démyélinisant pendant le développement chez la souris par Hybridation in situ et la myélinisation chez le rat par RT-PCR quantitative et western blot
VII- Construction d¿un modèle cellulaire de knock-down par RNA interférence pour mimer la perte de fonction des gènes MTMR13 et KIAA1985 dans des cultures de cellules de Schwann et des co-cultures de cellules de Schwann - ganglions dorso-rachidiens (modèle in vitro de myélinisation)
VIII- Comme les mutations de KIAA1985 semblent être les plus fréquentes dans le CMTAR démyélinisant, nous construirons une souris KO pour obtenir un modèle animal du CMT4C.
*******************Ce projet a pour but l¿identification de nouveaux gènes responsables de CMTAR et la compréhension des mécanismes moléculaires impliquées dans ces pathologies. Une conséquence directe de ce travail est la possibilité d¿un diagnostic génétique direct ou indirect dans les familles avec un CMTAR axonal qui ne présentent pas de mutations dans GDAP1 et LMNA/C. Un grand nombre de familles sera ensuite nécessaire pour évaluer la fréquence respective des mutations dans chaque gène. L¿établissement de corrélations génotype-phénotype permettra d¿identifier des facteurs pronostiques et d¿orienter le diagnostic moléculaire sur des données phénotypiques.
L¿étude de l¿expression des gènes nouvellement identifiés pour le CMTAR démyélinisant, MTMR13 et KIAA1985, est une étape majeure pour comprendre la physiopathologie du CMT4B2 et du CMT4C. La construction de modèles cellulaires et animaux reproduisant la perte de fonction de ces gènes sera utile pour envisager de nouvelles pistes thérapeutiques.

Coordinateur du projet

INSERM - Délégation régionale Paris 6 (Divers public)

L'auteur de ce résumé est le coordinateur du projet, qui est responsable du contenu de ce résumé. L'ANR décline par conséquent toute responsabilité quant à son contenu.

Partenaire

INSERM - Délégation régionale Paris 6

Aide de l'ANR 200 000 euros
Début et durée du projet scientifique : - 36 Mois

Liens utiles