SAPS-RA-RP2 - Science avec et pour la société – Recherches participatives 2

Musiques actuelles, transition écologique, territoires – ECOMUSIQ

Résumé de soumission

La crise écologique actuelle impose des changements radicaux dans l’ensemble des sphères de la société. L’enjeu est particulièrement fort dans le secteur des arts et de la culture, et notamment dans les musiques actuelles, dont la logique dominante de concurrence (entre artistes, entre lieux culturels, entre territoires), de course au "toujours plus" (d’attractivité, de jauges...) et de surconsommation de ressources (liée aux déplacements, aux usages numériques, etc.) est contradictoire avec les enjeux environnementaux. Si le secteur culturel contribue à l’aggravation de la crise écologique, il peut aussi faire partie des solutions, en particulier par la capacité des arts à influencer les imaginaires collectifs. C’est pourquoi ce projet interroge de façon conceptuelle et opérationnelle les manières d’amplifier la transition (voire la mutation) écologique dans les arts et la culture, et plus spécifiquement dans le secteur des musiques actuelles.
La multiplication récente des expériences, des événements et des rapports sur les enjeux écologiques dans le secteur musical, et plus largement dans le spectacle vivant, montre le foisonnement actuel autour du sujet. Pourtant, la logique dominante du secteur fondée sur la concurrence et le fonctionnement par filières autonomes constitue encore un frein majeur à la mise en action de la transition écologique. L’objectif du projet est donc double.
D’une part, il s’agit d’ouvrir des pistes conceptuelles et opérationnelles pour repenser le paradigme dominant de la concurrence dans le secteur musical, et ainsi contribuer à l’affirmation d’alternatives écologiquement soutenables pour le développement des artistes, des lieux culturels et des territoires. La notion "d’empreinte territoriale" servira à comprendre de quelles manières les artistes et lieux culturels peuvent à la fois se développer à partir de ressources locales sans s’enfermer dans le localisme, contribuer au développement du territoire (notamment en termes de vitalité sociale), et s’inscrire dans des pratiques plus vertueuses au niveau environnemental en réduisant leur empreinte carbone.
D’autre part, et de façon interdépendante, il s’agit de développer de nouvelles formes de coopération entre les acteurs des musiques actuelles pour répondre au changement de paradigme (de la concurrence à la coopération) et à la transversalité des actions qu’appellent la transition écologique. Un travail d’enquête auprès d’artistes et des séminaires de coconstruction ouverts à une diversité d’acteurs serviront à identifier les leviers à activer pour favoriser une mise en action systémique des acteurs du secteur en faveur de la transition écologique.
Au prisme de ces objectifs, la transition écologique est considérée comme un enjeu transversal du secteur culturel, ce qui nécessite de prêter attention, au-delà du seul impact carbone, à l’ensemble des dimensions sur lesquelles l’art influe nos sociétés, et notamment le risque des inégalités sociales entre les habitants d’un territoire.
À partir du partenariat entre le laboratoire de géographie PLACES et l'association culturelle Trempo (soutien aux émergences musicales), ce projet doit aboutir à la constitution d’un réseau plus large de coopération entre acteurs des musiques actuelles (artistes, lieux, collectivités territoriales, etc.) engagé dans une démarche d’intensification de la transition écologique du secteur. L’ambition du projet est de construire, de partager et de diffuser, au sein de ce réseau et au-delà, des clés conceptuelles et opérationnelles favorables à la mise en action face aux défis environnementaux dans les arts et la culture. Cela passera notamment par des publications scientifiques, la constitution et la diffusion de ressources professionnelles (guides pratiques, ateliers de formation) et l’organisation d’un événement de médiation culturelle et scientifique (à forte empreinte territoriale et à faible empreinte carbone) à destination d’un public plus large.

Coordination du projet

Basile Michel (CENTRE DE RECHERCHE MOBILITE RESEAUX TERRITOIRE ENVIRONNEMENT - EA 4113)

L'auteur de ce résumé est le coordinateur du projet, qui est responsable du contenu de ce résumé. L'ANR décline par conséquent toute responsabilité quant à son contenu.

Partenaire

PLACES CENTRE DE RECHERCHE MOBILITE RESEAUX TERRITOIRE ENVIRONNEMENT - EA 4113
Trempo Trempo - Espace d'émergences musicales

Aide de l'ANR 99 687 euros
Début et durée du projet scientifique : - 18 Mois

Liens utiles

Explorez notre base de projets financés

 

 

L’ANR met à disposition ses jeux de données sur les projets, cliquez ici pour en savoir plus.

Inscrivez-vous à notre newsletter
pour recevoir nos actualités
S'inscrire à notre newsletter