CE18 - Innovation biomédicale

Identification de molécules innovantes inhibitrices du NHEJ – NEJIN

Résumé de soumission

Nombre des traitements anticancéreux reposent sur l'introduction massive de cassures double brin de l'ADN (CDB), lésion de l'ADN la plus toxique. Plusieurs difficultés y sont associées:i) leur nocivité,ii) la persistance d'une maladie résiduelle lorsque la cellule souche cancéreuse n'est pas atteinte,iii) l'émergence de résistances aux traitements. La caractérisation de molécules adjuvantes permettant d'augmenter la génotoxicité des chimio/radiothérapies tout en minimisant leur nocivité représente un enjeu majeur. Nous proposons une approche innovante, par crible fonctionnel in vitro, d'identification d'inhibiteurs de la voie de réparation de l'ADN par jonction d'extrémités non homologues (NHEJ) basée sur nos connaissances de la réponse aux dommages de l'ADN (DDR). En effet:
• Le NHEJ est la seule voie de réparation des CDB opérant dans les cellules arrêtées en G0/G1, une caractéristique des cellules souches, y compris les cellules souches cancéreuses
• Certains processus physiologiques dépendent strictement du NHEJ, offrant une opportunité pour des cribles fonctionnels
• Nous avons identifié un système de sauvegarde du NHEJ révélé par un «dysfonctionnement synthétique». Ce mécanisme, lorsqu'il est présent dans une tumeur, pourrait participer à la résistance aux traitements
Le délivrable du projet sera une liste de molécules optimisées qui neutralisent le NHEJ, avec l'objectif de les exploiter comme radiosensibilisateurs de traitements anticancéreux. Ce projet approfondira également notre compréhension des mécanismes de la DDR à travers l'identification des étapes impactées par ces nouvelles molécules.
Ce projet s'appuie sur une collaboration étroite entre trois laboratoires académiques et une société de biotechnologie autour d'un projet de R&D ambitieux et innovant. Il représente une opportunité unique d'intégrer sur un enjeu de santé publique majeur les expertises complémentaires en biologie cellulaire et structurale ainsi qu'en chimie et modélisation de drogues.

Coordination du projet

Jean-Pierre DE VILLARTAY (INSTITUT DES MALADIES GÉNÉTIQUES (IHU))

L'auteur de ce résumé est le coordinateur du projet, qui est responsable du contenu de ce résumé. L'ANR décline par conséquent toute responsabilité quant à son contenu.

Partenaire

JOLIOT Institut des sciences du vivant FRÉDÉRIC-JOLIOT
MEDETIA
I2BC Institut de Biologie Intégrative de la Cellule
IMAGINE INSTITUT DES MALADIES GÉNÉTIQUES (IHU)

Aide de l'ANR 541 276 euros
Début et durée du projet scientifique : décembre 2023 - 24 Mois

Liens utiles

Explorez notre base de projets financés

 

 

L’ANR met à disposition ses jeux de données sur les projets, cliquez ici pour en savoir plus.

Inscrivez-vous à notre newsletter
pour recevoir nos actualités
S'inscrire à notre newsletter