CE44 - Biochimie et chimie du vivant

Décrypter le Métalloprotéome Essentiel à la Survie des Mycoplasmes – MIMESIS

Résumé de soumission

Les métaux de transition sont nécessaires à toute forme de vie pour assurer des fonctions indispensables. De plus, ils sont au cœur du combat entre hôte et agent pathogène car le système immunitaire séquestre ces métaux essentiels. Afin d'acquérir des métaux et d’en maintenir l’homéostasie, les bactéries pathogènes ont développé des mécanismes vitaux impliquant une batterie de protéines qui constitue leur métalloprotéome. Les bactéries du genre Mycoplasma possèdent parmi les plus petits génomes connus pour une cellule à réplication autonome. Au cours de l'évolution, les génomes des mycoplasmes ont subi une réduction drastique, sélectionnant un ensemble minimal de gènes essentiels. Ainsi, le métalloprotéome des mycoplasmes pourrait représenter un métalloprotéome minimal nécessaire pour exécuter certaines des fonctions les plus fondamentales de la vie. De nombreux mycoplasmes infectent des vertébrés et montrent une inquiétante émergence d’antibiorésistance, tels que Mycoplasma pneumoniae et M. gallisepticum, responsables de maladies respiratoires chez l’humain et la volaille, respectivement. Une piste prometteuse dans la recherche de traitements contre ces pathogènes est de cibler des éléments essentiels de leur métalloprotéome. Cependant, les métalloprotéomes microbiens sont en grande partie non caractérisés, en particulier chez les mycoplasmes. Le projet MIMESIS vise à décrypter les mécanismes d'acquisition et d'utilisation des métaux chez les mycoplasmes minimalistes par une approche multidisciplinaire combinant biochimie, biologie structurale, biophysique et bioinformatique. Le projet révélera de nouveaux mécanismes biochimiques et répondra à des questions fondamentales concernant l'homéostasie des métaux et la chimie des métalloenzymes essentielles aux organismes pathogènes minimaux. À terme, le projet identifiera des éléments clés à la survie des mycoplasmes constituant potentiellement de nouvelles cibles thérapeutiques dans le combat contre l’antibiorésistance.

Coordination du projet

Hugo Lebrette (LABORATOIRE DE MICROBIOLOGIE ET GENETIQUE MOLECULAIRES)

L'auteur de ce résumé est le coordinateur du projet, qui est responsable du contenu de ce résumé. L'ANR décline par conséquent toute responsabilité quant à son contenu.

Partenaire

LMGM LABORATOIRE DE MICROBIOLOGIE ET GENETIQUE MOLECULAIRES

Aide de l'ANR 333 673 euros
Début et durée du projet scientifique : mars 2023 - 48 Mois

Liens utiles

Explorez notre base de projets financés

 

 

L’ANR met à disposition ses jeux de données sur les projets, cliquez ici pour en savoir plus.

Inscrivez-vous à notre newsletter
pour recevoir nos actualités
S'inscrire à notre newsletter