CE22 - Sociétés urbaines, territoires, constructions et mobilité

Etude des nouvelles situations de mobilité urbaine et des comportements des usagers – NEWMOB

Nouvelles mobilités : comportements et interactions avec les autres usagers

La prise de conscience environnementale et la volonté croissante des politiques de planification urbaine en faveur des villes “propres” fait évoluer la mobilité urbaine. Cela se traduit par le développement de nouveaux usages de mobilités actives, qu’ils soient associés à des véhicules traditionnels ou de nouvelles générations d’engins tels les EDPM (engins de déplacement personnel à moteur électrique) : trottinettes électriques, vélo à assistance électrique et gyroroues.

Nouveaux usages et nouveaux risques

La multiplication de ces engins, aux nombreux bénéfices personnels et collectifs, au côté des modes de déplacement classiques entraîne de nouvelles situations de mobilité : nouveaux utilisateurs, nouveaux comportements, et nouvelles situations à risques. <br />Les chiffres montrent une augmentation récente des accidents pour ces usagers (ONISR, 2020). Chez les cyclistes, on note une hausse de 7% des accidents entre 2018 et 2019 (5% de ces accidents impliquent un VAE). Sur la même période, les données indiquent une augmentation de 17% du nombre de blessés et 13% des morts pour les usagers cibles de ce projet (cyclistes et EDP confondus). Sur la période 2010-2019, le nombre de morts est en hausse de 34% pour ces usagers. <br />Ces nouvelles mobilités inquiètent les pouvoirs publics en termes de difficultés d’interactions et de gestion. Ces inquiétudes ont d’autant plus d’acuité que le développement de ces modes actifs ne semble pas être un effet de mode. Un nouveau partage des voies autorisé ou imposé par les usagers eux-mêmes est en train de se définir et il est nécessaire de le comprendre. D’une part, pour initier un modèle scientifique du comportement de ces usagers, qui n’existe pas, et d’autre part, car ces connaissances sont essentielles à la création de solutions adaptées et efficaces. <br />Ce projet porte ainsi sur la compréhension des nouvelles situations de mobilité à travers les comportements des usagers de vélos ou de trottinettes, et leurs pendants électriques ainsi que des usagers de gyroroues. Ces usagers-cibles peuvent être propriétaires de leurs cycle et engins ou utilisateurs de flotte en libre-service.

L'approche adoptée dans le projet combine plusieurs méthodologies permettant d'aborder la problématique sous différents angles : analyse de l'accidentologie, analyse de la capacité dynamique des véhicules (essais sur pistes) analyse psychosociale du risque (enquête par questionnaires), étude comportementale en situation naturelle (instrumentation de véhicules et enregistrement vidéos), étude en situation simulée, étude en réalité virtuelle pour étudier la perception des EDPM par les autres usagers.

Le projet est actuellement dans sa phase de recueil de données. Les résultats attendus sont des connaissances sur (1) l’usage des capacités dynamiques de ces véhicules et les comportements de conduite (vitesses, accélérations, style de conduite…), (2) les processus cognitifs de ces usagers et leurs stratégies de gestion de la sécurité, (3) la cartographie (zone de mobilités, aménagements) et la caractérisation (nature, occurrence, facteurs…) des situations à risque de ces usagers. La compréhension des nouvelles situations de mobilité ne s’arrête pas au comportement de l’EDP : il est nécessaire de considérer la situation globale de conduite, c'est-à-dire en intégrant les autres usagers de la route au moyen d’environnements virtuels. Les résultats attendus portent sur les processus cognitifs et les déterminants du risque des autres usagers : les automobilistes, les piétons…Ces résultats permettront d’aboutir à un modèle du comportement dans ces nouvelles situations, modèle qui fait défaut actuellement, et qui est pourtant nécessaire en vue de concevoir des infrastructures, des réglementations, des formations… qui soient adaptées et efficaces. Les retombées applicatives porteront sur l’amélioration de la sécurité des usagers cibles et des autres usagers, tout en accompagnant le développement des mobilités actives.

Newmob a pour objectif d’accompagner le développement des mobilités actives en toute sécurité. Il accompagne le plan de mobilité actives du Gouvernement qui vise à tripler la part modale des mobilités douces, de 3 à 9% en 2024. Compte tenu de l’émergence de ces nouvelles formes de mobilités, le projet présente de nombreux impacts, notamment sur le plan sociétal et économique. Le premier impact porte sur la réduction de l’accidentalité grâce à une meilleure connaissance des comportements associés à ces nouveaux usages. L’amélioration de la sécurité de ces nouveaux modes de déplacement peut également avoir un impact écologique positif car le projet doit permettre de mieux encadrer ces pratiques ce qui permettra d’accompagner leur développement, de favoriser leur utilisation et ainsi de réduire la pollution liée aux transports. Au-delà de ces impacts sociétaux, on peut espérer des impacts économiques significatifs pour plusieurs acteurs du secteur. Le projet pourra permettre d’aider l’industrie, les concepteurs, fabricants et opérateurs d’EDP mais aussi les collectivités au développement de ces formes de mobilités. La multiplication des usagers va créer le besoin d’un service commun au sein des territoires et d’une plateforme unique pour faciliter les déplacements des utilisateurs et ainsi améliorer leur expérience.

En cours

Le projet NEW MOB a pour objectif de combler un manque de la littérature scientifique sur la connaissance des comportements des usagers de nouvelles mobilités : trottinettes, gyroroues, vélos et leurs pendants électriques et/ou en libre-service. Au travers la réalisation d’études dans des disciplines complémentaires en SHS (psychologie, ergonomie, sociologie…) et Sciences pour l’Ingénieur (mécanique, dynamique du véhicule), NEW MOB propose d’élaborer des modèles du comportement de conduite de ces nouveaux utilisateurs. L’originalité vient également de la notion de “situation de mobilité” qui met l’accent sur la façon dont les autres usagers perçoivent et interagissent avec l’utilisateur d’EDP. Ces interactions seront étudiées à travers la réalité virtuelle et la simulation. C’est un projet à la fois ambitieux sur le plan scientifique et à la fois très appliqué et ancré dans des problématiques d’actualité, avec un comité utilisateurs public/privé, montrant l’utilité de NEW MOB.

Coordination du projet

Philippe Cabon (LABORATOIRE DE PSYCHOLOGIE ET D'ERGONOMIE APPLIQUÉES)

L'auteur de ce résumé est le coordinateur du projet, qui est responsable du contenu de ce résumé. L'ANR décline par conséquent toute responsabilité quant à son contenu.

Partenaire

UNIV. Gustave Eiffel - TS2 UNIV. Gustave Eiffel - Département Transport, santé, sécurité
Movida Production MOVIDA PRODUCTION / Direction Générale
ERGOCENTRE ERGOCENTRE
LaPEA LABORATOIRE DE PSYCHOLOGIE ET D'ERGONOMIE APPLIQUÉES

Aide de l'ANR 830 145 euros
Début et durée du projet scientifique : - 42 Mois

Liens utiles

Explorez notre base de projets financés

 

 

L’ANR met à disposition ses jeux de données sur les projets, cliquez ici pour en savoir plus.

Inscrivez-vous à notre newsletter
pour recevoir nos actualités
S'inscrire à notre newsletter