FRAL - Appel Franco-allemand en sciences humaines et sociales

Les micro-indicateurs de l'évolution grammaticale : Un modèle multifactoriel de la perte de V2 en italien et en français anciens – MICLE

Résumé de soumission

Pourquoi les langues changent-elles? Comment une langue pleinement fonctionnelle comme le latin évolue-t-elle pour devenir par exemple le français ou l’italien? Et comment l’évolution démontre-t-elle les mécanismes rendant possible le langage humain ? Ces questions fondamentales trouvent leur réponse dans la nouvelle méthode de reconstruction et le modèle multifactoriel proposé par ce projet. Au-delà des approches agrégeant différents types de texte de diverses régions livrant des courbes de changement irrégulières et allongées, notre nouvelle méthode calibrée (CaM) contrôle la variation en sélectionnant des types de texte spécifiques de régions particulières pour identifier des témoignages stables d'évolution. En excluant les facteurs de variation non structurels, des courbes d'évolution plus régulières sont documentées et des modèles causaux peuvent être formulés et testés. La CaM est pilotée par une analyse systématique de la perte de l'ordre des mots du verbe en seconde position (V2) qui caractérise le français et l'italien ancien. Un type de texte spécifique est retenu pour les régions de la Normandie et de la Vénétie depuis les premiers textes disponibles jusqu'aux années 1550. L'examen dans le corpus annoté bilingue étendu, qui sera rendu public, soutient un nouveau modèle multifactoriel (MuM) de changement de langue. L'idée est que les dimensions abstraites comme l'ordre des mots sont apprises grâce aux indices fournis par des configurations associées (Lightfoot 2009) : il s'ensuit que les changements que subissent ces indices ont un impact sur la fréquence et la distribution de l'ordre des mots V2. Les indices que nous sélectionnons sur la base de la littérature et des travaux en cours sont la particule d’assertion 'si' et l'ordre des mots Objet-Verbe. Les changements de comportement de ces indices devraient préfigurer la perte du mot V2 telle que mesurée par l'évolution quantitative et qualitative de chaque phénomène. Les prédictions du modèle sont testées par l'identification des occurrences, l'annotation de leurs propriétés morphosyntaxiques et l'utilisation de méthodes statistiques corrélationnelles appliquées aux taux d'utilisation sur la période. On s'attend à ce que le phénomène étudié réponde à des indices morphosyntaxiques qui soutiennent leur acquisition et influencent leur évolution. Les résultats du MuM et de la CaM fournissent i. le comportement comparatif et la chronologie d'un changement grammatical majeur dans deux langues étroitement liées, ii. l'identité, la trajectoire et le degré d'influence d’indices qui favorisent ces changements, iii. une évaluation de la validité d'un modèle causal général de changement d'ordre des mots. Les risques liés à la constitution et l’analyse fine d'un corpus annoté de textes de types et de régions spécifiques pour deux langues sur trois siècles mène aux bénéfices de l’optimisation des méthodes de recherche et de la compréhension de l'évolution des langues.

Coordinateur du projet

Monsieur Pierre LARRIVéE (CENTRE DE RECHERCHE INTER-LANGUES SUR LA SIGNIFICATION EN CONTEXTE)

L'auteur de ce résumé est le coordinateur du projet, qui est responsable du contenu de ce résumé. L'ANR décline par conséquent toute responsabilité quant à son contenu.

Partenaire

Goethe-Universität Frankfurt am Main
CRISCO CENTRE DE RECHERCHE INTER-LANGUES SUR LA SIGNIFICATION EN CONTEXTE

Aide de l'ANR 376 380 euros
Début et durée du projet scientifique : mai 2021 - 36 Mois

Liens utiles

Inscrivez-vous à notre newsletter
pour recevoir nos actualités
S'inscrire à notre newsletter