FRAL - Appel Franco-allemand en sciences humaines et sociales

Configurations des foires européennes. Marchands, objets, itinéraires (v. 1350 – v. 1600) – CoMOR

Configurations des foires européennes. Marchands, objets et itinéraires (1350-1600)

Les foires constituaient un élément pivot des échanges commerciaux interrégionaux en Europe à l’époque médiévale et au premier âge moderne. Pour réaliser une analyse systématique du système des foires dans sa dimension européenne, des données sur les foires, les marchands, les objets échangés et les itinéraires seront extraites de sources variées (chroniques, délibérations municipales, livres de comptes, manuels de marchands...) en tenant compte de l’abondante littérature spécialisée.

Etude des changements spatio-temporels du système des foires européennes à la fin du moyen âge et au début de l’époque moderne. Construction d’une carte dynamique digitale.

L'objectif principal du projet CoMOR est de reconstruire les différentes configurations prises par le système des foires européennes à la fin du moyen âge et au premier âge moderne, plus précisément pour la période comprise entre les années 1320, lorsque les foires de Champagne ont perdu de leur importance, et les années 1630, lorsque les foires financières de Besançon déclinent, et de représenter les changements spatiaux et temporels sur une carte digitale dynamique. Cette reconstruction est fondée sur des archives aussi bien inédites que publiées, telles que des chroniques, des privilèges royaux, des délibérations urbaines, des calendriers imprimés, des livres de comptes et des manuels de marchands qui procurent des informations sur les dates, les lieux et l'organisation institutionnelle des foires, mais aussi sur les marchands, les biens échangés et les itinéraires. La très vaste bibliographie disponible sur les principales foires sera également mobilisée. On identifiera et on analysera en détail la structure du système des foires européennes ainsi que les changements que celle-ci a connus au fil des temps. Une attention particulière sera portée sur trois moments : 1360-1420 (le système des foires tardo-médiéval), 1480-1540 (période où dominent les foires de Lyon), et 1580-1630 (l'émergence des foires financières spécialisées). L'analyse sera particulièrement attentive aux déplacements géographiques de l'aire centrale du système des foires, au rôle des des autorités publiques dans l'organisation des foires et des échanges inter-régionaux, aux routes commerciales et à leur déplacement, à la composition du groupe de marchands qui étaient assidus aux grandes foires, et au processus de différenciation et d'intégration des marchés des biens et des finances entre Europe de l'ouest, du sud-ouest et l'Europe centrale. Afin de rendre possible cette analyse spatiale et temporelle, un Système d'Information géographique (SIG) sera développé.

Les informations disponibles sur le système des foires en Europe à la fin du moyen âge et au début de l'époque moderne - c'est à dire les données historiques sur les lieux et les dates des foires, les réglementations, les marchands présents aux foires, le commerce des biens et des finances et les routes commerciales - sont rassemblées à partir de documents d'archives et de «case studies« portant par exemple sur les foires de Genève, Lyon ou Francfort. Les données sont rassemblées de façon systématique en utilisant un questionnaire commun et stockées dans une base de données relationnelle qui contient aussi les références bibliographiques et une partie des sources elles-mêmes. La structure de la base de données permet de mettre en relation les données temporelles sur les foires, les données géographiques sur les lieux où elles se tenaient ainsi que les multiples informations sur les activités économiques des marchands qui fréquentaient les foires. Une analyse à la fois spatiale est temporelle des données sur les foires, les marchands, les biens et les routes sera possible grâce au développement d'un SIG. Plus précisément, il est prévu de réaliser des analyses relevant de l'histoire des institutions (le développement des règlements des foires et l'émergence des foires financières), de l'histoire des entreprises (les compagnies marchandes), d'histoire financière (étude des réseaux de crédit et du déploiement d'instruments financiers sophistiqués dans le cadre du commerce des monnaies au niveau inter-régional), de l'analyse des rythmes (la nature cyclique des foires et leur agencement temporel), de l'histoire de la prévision (déplacements des lieux des foires et des routes commerciales) et de l'histoire du discours (le lexique économique et son évolution). A l'aide du SIG, il sera aussi possible de visualiser sur une carte digitale dynamique les changements dans la structure, la géographie, le calendrier et le degré d'intégration et de différenciation des marchés.

Un résultat clé de CoMOR sera certainement une connaissance beaucoup plus différenciée des relations existant entre les diverses foires de la fin du moyen âge et du début de l'époque moderne. Ces relations dépendaient de l'activité économique des marchands, des compagnies commerciales et des marchands-banquiers, mais aussi des princes, des villes et de l'Eglise. Le grand nombre de ces liens unissant les diverses foires est un bon indicateur de l'intégration déjà assez avancée des marchés des biens et des monnaies dans l'Europe du bas moyen âge et du premier âge moderne. De plus, les activités marchandes de l'Europe entière étaient coordonnées par l'établissement d'un calendrier très dense de foires de marchandises et de foires de change. Sachant cela, on comprendra mieux que l'intégration des marchés à cette époque était bien davantage qu'une simple convergence des niveaux des prix et des fluctuations des prix sur les différentes places de marché, selon l'interprétation traditionnelle en histoire économique.

Jusqu'à présent, dans la plupart des cas, les historiens se sont intéressés à des foires particulières, et notamment à celles qui ont joué un rôle central dans les relations commerciales inter-régionales. A l'inverse, dans la perspective profondément européenne qui est celle du projet CoMOR, c'est l'ensemble du système des foires de la fin de l'époque médiévale et du début de l'époque moderne qui sera analysé dans sa structure et ses transformations. Même si la structure du système des foires a pu évoluer dans le temps, parce que, par exemple, certaines foires ont perdu de leur importance alors que de nouveaux centres de commerce se développaient, ou bien parce que le commerce des marchandises et celui du du change d'abord concomitants se sont finalement détachés l'un de l'autre, les propriétés de ce système sont devenues à tel point évidentes qu'il est indispensable de considérer le commerce inter-régional de la fin du moyen âge et du début de l’époque moderne dans son ensemble sans chercher à individualiser les centres commercialement dominant, tels que Genève, Lyon, Francfort ou Anvers par exemple. Une telle approche globale aidera à mieux comprendre les raisons du développement et de la croissance économiques des derniers siècles du moyen âge et du début de l'époque moderne. Une autre réalisation sera la carte dynamique digitale construite à partir des données extraites des archives, de la bibliographie et de cartes historiques. Les résultats de la recherche seront visualisables sur une carte numérique et cette carte ainsi que le SIG pourront être utilisés pour d'autres recherches en histoire économique médiévale et moderne. En outre, les résultats de la recherche seront présentés sous la forme d'une exposition itinérante qui sera montrée en premier au public de Lyon et d'Erfurt.

La production scientifique attendue comporte plusieurs éléments. Premièrement, un volume collectif sera publié qui résumera la recherche effectuée par la totalité des membres de l'équipe et présentée lors des six ateliers programmés. Deuxièmement, plusieurs monographies sont prévues sur des foires importantes ou sur le commerce inter-régional. Par exemple : les foires de Lyon, les foires de la vallée du Rhône et celles de anciens Etats de Savoie, les foires de Piacenza, de Novi ou encore de Leipzig. Troisièmement, plusieurs analyses approfondies portant sur les relations entre marchands et marchands-banquiers actifs sur les foires seront publiées. On pense en particulier au réseau de crédit construit par les Lombards qui partait de l'Italie du nord et s'étendait aux centres économiques de l'Europe du nord-ouest, aux activités économiques de marchands-banquiers tels que les Pazzi de Florence, actifs dans leur cité d'origine, mais aussi à Marseille, Avignon et Lyon, ou les Salviati et les Martelli, eux aussi actifs à Lyon et capables de financer le commerce des compagnies d'Augsburg, ou encore aux réseaux de crédit qui permettaient à la papauté d'accéder à l'argent des foires. Enfin, au moins deux articles seront publiés sur l'intégration des marchés et sur l'insertion des foires locales dans le système général des foires ainsi que sur la coordination, au niveau européen, des activités marchandes par l'intermédiaire des calendriers des foires.

La crise financière de 2008 a contribué à stimuler les recherches en histoire économique et à raviver, a contrario du temps court de l’événement, l’étude des marchés dans la longue durée. Plus récemment, les coups portés aux instances de régulation du commerce mondial ont mis en difficulté les analyses de type institutionnel et suscité des interrogations sur le devenir même du marché globalisé.
Dans ce contexte de remises en question, le projet CoMOR a l’ambition de reprendre l’histoire des foires européennes sous l’angle de l’intégration des marchés. A la fin du Moyen Age, les foires formaient un système reposant sur des séquences chronologiques cohérentes (le "calendrier des foires") qui permettaient aux marchands de se rencontrer dans des lieux et à des dates connus à l’avance. Les foires réalisaient aussi l’interconnexion entre les marchés locaux (aussi bien ruraux qu’urbains) et régionaux et les circuits commerciaux transrégionaux. Au XVIe siècle, un découplage se produisit entre les foires de marchandises et les foires de change et le passage d’activités de crédit liées au commerce des biens à un pur marché de l’argent. Les bornes chronologiques du projet ont été choisies pour prendre en compte l’ensemble de ces transformations majeures, depuis l’effacement de l’ancien système des foires de Champagne, vers 1320, jusqu’au triomphe des foires de Besançon, vers 1630, qui succédaient elles-mêmes au cycle dominé par les foires de Lyon.
Le projet étudiera les dimensions relationnelles (et leurs évolutions) de ces rendez-vous marchands, le rôle et les comportements des différents acteurs. Pour la première fois, les échanges seront cartographiés dans leurs dimensions spatiale et temporelle par l’association d’une base intégrant les données rassemblées (marchands présents sur les foires, objets commercés, itinéraires et temporalités) et d’un SIG. Ce versant numérique du projet, essentiel, s’appuiera sur l’équipe française en matière de Digital Humanities et sur l’équipe allemande en matière de Spatial Humanities. L’enquête sera centrée sur la France, l’Allemagne et l’Italie, aire sur laquelle travaille le noyau central du consortium, avec, on l’espère des extensions en fin de projet en direction de d'autres aires économiques et culturelles.
L’équipe franco-allemande constituée dispose d’atouts spécifiques. D'abord, la complémentarité chronologique entre médiévistes français et modernistes allemands. Ensuite, l’étroite collaboration sur les principaux terrains de l’enquête — l’Allemagne du sud et Lyon —, les deux équipes comptant par ailleurs des spécialistes de l’Italie du nord. Enfin, si chacune des équipes est héritière d’habitus académiques — en France, la tradition forte de l’histoire sociale et de la sociologie de l’économie, en Allemagne, l’histoire du commerce, "Handelsgeschichte" — l’ambition commune est de contribuer à une histoire économique européenne fondée sur l’étude de l’effet intégrateur des foires dans la longue durée.

Coordinateur du projet

Monsieur Jean-Louis GAULIN (HISTOIRE ET ARCHEOLOGIE DES MONDES CHRETIENS ET MUSULMANS MEDIEVAUX)

L'auteur de ce résumé est le coordinateur du projet, qui est responsable du contenu de ce résumé. L'ANR décline par conséquent toute responsabilité quant à son contenu.

Partenaire

University of Erfurt
CIHAM HISTOIRE ET ARCHEOLOGIE DES MONDES CHRETIENS ET MUSULMANS MEDIEVAUX

Aide de l'ANR 225 257 euros
Début et durée du projet scientifique : février 2020 - 36 Mois

Liens utiles

Inscrivez-vous à notre newsletter
pour recevoir nos actualités
S'inscrire à notre newsletter