CE28 - Cognition, éducation, formation tout au long de la vie

Faux souvenirs au cours de la vie – FALSELIFE

Faux souvenirs au cours de la vie (FALSELIFE)

FALSELIFE s’intéresse à ce qui a souvent été décrit comme l’une des questions fondamentales de la psychologie cognitive, celle des relations entre la mémoire de travail (MT) et de la mémoire à long-terme (MLT). Les relations entre la MT et la MLT sont au cœur de la cognition humaine parce qu’elles soutiennent notre capacité à apprendre de nouvelles connaissances et habiletés, à utiliser nos connaissances acquises antérieurement, et à préserver un fonctionnement autonome dans la vie quotidienne.

Objectifs et enjeux du projet

FALSELIFE relève ce défi en adoptant une perspective innovante qui consiste à examiner le rôle de la MT dans la formation des faux souvenirs. Le phénomène de fausse mémoire est bien établi et est supposé refléter une influence de la MLT. Il s’agit d’un phénomène selon lequel des items sémantiquement reliés sont rappelés faussement et avec confiance comme étant des items étudiés (e.g., Roediger & McDermott, 1995). Toutefois, cet effet de fausse mémoire a aussi été observé dans des délais courts (e.g., Atkins & Reuter-Lorenz, 2008). Récemment, nous avons proposé un nouveau modèle théorique qui met l’emphase sur le rôle crucial du maintien en MT dans l’émergence de faux souvenirs à court et à long-terme (Abadie & Camos, 2018). <br /> <br />L’objectif de FALSELIFE est de mieux comprendre les mécanismes qui sous-tendent les faux souvenirs en examinant comment ils évoluent au cours de la vie. En m’appuyant sur notre modèle théorique, je propose un programme ambitieux et original composé d’études menées à différentes étapes de la vie, qui permettra d’examiner le rôle des mécanismes de maintien en MT sur les faux souvenirs à court et à long-terme. <br /> <br />Le premier objectif de FALSELIFE est d’étudier la formation des faux souvenirs en adoptant une perspective développementale en comparant les faux souvenirs chez des enfants qui utilisent spontanément les mécanismes de maintien en MT et chez des enfants plus jeunes qui n’utilisent pas encore les stratégies de maintien. <br /> <br />Le second objectif de FALSELIFE est d’examiner l’effet du déclin du maintien en MT lié à l’avancée en âge sur l’apparition des faux souvenirs.

Ce projet est composé de deux séries d'expériences, les premières sont menées auprès d'enfants et les secondes sont des comparaisons adultes jeunes et âgés.

Dans la première partie du projet, des activités de courte durée qui mettent en jeu la mémoire sont proposées à des enfants entre 4 et 10 ans. Un ensemble d'images ou de mots correspondants à des thématiques connues des enfants (e.g., le cirque, la ferme) sont présentées visuellement et/ou oralement. Les enfants doivent les retenir pour les reconnaitre ou les rappeler quelques secondes plus tard. Plusieurs études sont menées avec ce même type de tâche dans lesquelles nous faisons varier la consigne donnée aux enfants, la présence ou l'absence d'une tâche concurrente que l'enfant réalise soit au cours de l'intervalle de rétention soit entre la présentation de chaque item à mémoriser, le type de lien entre les items à mémoriser ou encore le mode de présentation des items à mémoriser.

Dans la seconde partie du projet, des tâches consistants à maintenir en mémoire et à rappeler plusieurs items tout en réalisant une tâche interférente sont proposées à des adultes jeunes (18-30 ans) et âgés (60-75 ans). Les items à mémoriser sont des mots ou des images reliés sémantiquement. Plusieurs études sont menées avec ce même type de tâche dans lesquelles nous faisons varier la consigne donnée aux participants, la difficulté de la tâche interférente pendant l'intervalle de rétention ou encore la possibilité d'utiliser la répétition articulatoire pour maintenir les items.

Nous nous intéressons aux faux souvenirs, c'est à dire aux fausses reconnaissances ou faux rappels d'items reliés sémantiquement aux items à mémoriser mais qui n'ont jamais été présentés.

Dans la première partie du projet, nous nous attendons à ce que des enfants de 4 à 6 ans fassent plus de faux souvenirs à court-terme que des enfants de 8 à 10 ans du fait de l'augmentation de l'utilisation des mécanismes de maintien en MT chez les enfants plus âgés. Par contre, les enfants les plus âgés devraient faire plus de faux souvenirs à long-terme que les plus jeunes car les premiers ont plus de connaissances et utilisent davantage des stratégies de maintien en MT leur permettant de retenir le sens général, le lien qui relie plusieurs items entre eux.

Dans la seconde partie du projet, nous nous attendons à ce que les faux souvenirs à court-terme n'augmentent pas avec l'avancée en âge parce que certaines stratégies de maintien à court-terme sont préservés avec le vieillissement. Par contre, nous nous attendons à ce que les faux souvenirs à long-terme augmentent avec l'âge du fait de la plus grande propension des adultes âgés à utiliser le sens général qui relie plusieurs items entre eux, plutôt que le détail de chacun d'eux, afin de les récupérer en mémoire.

FALSELIFE a le potentiel d’offrir de nouvelles méthodes pour aider les personnes à différentes étapes de l’enfance et de l’âge adulte, à résister aux distorsions de la mémoire en améliorant le maintien en MT et en maximisant l’accessibilité des souvenirs détaillés.

en cours

FALSELIFE addresses what is often described as one of the most fundamental issues in cognitive psychology, namely the relations between working memory (WM) and long-term memory (LTM). The WM-LTM relations are at the heart of human cognition because they sustain how we are able to learn new knowledge and skills, to use previously acquired knowledge, and to maintain autonomous daily life functioning. FALSELIFE addresses this challenge from an innovative perspective by examining the role of WM in the formation of false memories. False memory is well-established LTM phenomenon in which semantically related associates are confidently and falsely remembered as studied items (e.g., Roediger & McDermott, 1995). However, this false memory effect was observed at short delays as well (e.g., Atkins & Reuter-Lorenz, 2008). Recently, we put forward a new theoretical account emphasizing the crucial role of WM maintenance in the emergence of short and long-term false memories (Abadie & Camos, 2018). FALSELIFE’s objective is to better understand the mechanisms underlying false memories by examining how they change across the lifespan. Drawing on our theoretical account, I propose an ambitious and original programme of lifespan studies investigating the role of WM maintenance mechanisms in short and long term false memories. FALSELIFE’s first aim is to examine the formation of false memories from a developmental perspective by comparing false memories in older children that spontaneously use WM maintenance mechanisms and younger children that do not yet use any maintenance strategies (Work Package 1). FALSELIFE’s second aim is to investigate the effect of age-related decline in WM maintenance on the occurrence of false memories (Work Package 2). FALSELIFE has the potential to offer new methods to help people at all stages in childhood and adulthood to resist memory distortions by improving WM maintenance and maximizing verbatim accessibility.

Coordinateur du projet

Madame Marlène Abadie (Laboratoire de psychologie cognitive)

L'auteur de ce résumé est le coordinateur du projet, qui est responsable du contenu de ce résumé. L'ANR décline par conséquent toute responsabilité quant à son contenu.

Partenaire

LPC Laboratoire de psychologie cognitive
Université de Fribourg / Département de Psychologie

Aide de l'ANR 178 896 euros
Début et durée du projet scientifique : septembre 2019 - 36 Mois

Liens utiles