ORA - ORA V

Les inégalités sociales dans le développement des enfants : une étude menée dans 6 pays – DICE

Inégalités sociales et dynamique de développement de l'enfant: une comparaison internationale de 6 pays

Le projet va au-delà des études transversales par pays en étudiant la question de l'évolution des inégalités dans le temps (de 3 à 16 ans), les facteurs susceptibles d'influencer les inégalités et la manière dont le contexte national peut renforcer ou amortir ces processus. Le développement de l'enfant est conceptualisé au sens large, pour inclure les résultats cognitifs, sociaux/émotionnels et sanitaires, en reconnaissant l'interaction de multiples sphères de développement dans l'enfance.

Ce projet vise à faire progresser notre compréhension internationale des disparités dans le développement des enfants en fonction du statut socio-économique des parents en les harmonisant..

Les objectifs spécifiques du projet sont les suivants : 1) fournir de nouvelles données sur l'ampleur et les sources des inégalités dans la petite enfance et au début de la scolarité, en particulier sur le rôle des parents/environnement familial et préscolaire ; 2) décrire les trajectoires de développement de l'enfant et identifier les facteurs tels que l'implication des parents et les interactions entre les parents et l'école qui réduisent ou augmentent les inégalités lorsque les enfants passent à l'école primaire ; et 3) décrire les inégalités au début de l'école secondaire et analyser les trajectoires de développement, ainsi que des facteurs tels que le type d'école et le suivi qui réduisent ou augmentent les inégalités, au fur et à mesure que les enfants passent à l'école secondaire, en tenant compte des effets hétérogènes dans la distribution des capacités.

En termes de méthodologie, nus documentons les écarts socio-économiques, tant en ce qui concerne les caractéristiques que les indicateurs de développement de l'enfant, selon l'âge et les pays. Nous utiliserons ensuite des modèles de régression pour explorer comment les écarts socio-économiques peuvent s'expliquer. Le rôle des facteurs expliquant les écarts globaux sera quantifié par des techniques de décomposition (Washbrook et al. 2014 ; Waldfogel et Washbrook 2011). Une caractéristique clé et nouvelle de notre approche est l'accent mis sur l'élaboration de définitions harmonisées des indicateurs afin que des modèles identiques puissent être appliqués dans tous les pays (Bradbury et al. 2015).
Cette approche nous permettra d'explorer systématiquement les similarités et les différences entre les pays dans les inégalités sociales.
Dans les analyses des trajectoires, les résultats antérieurs (par exemple, la réussite, le bien-être social/émotionnel, la santé, le cas échéant) seront inclus comme prédicteurs. Nous examinerons directement si les trajectoires divergent en fonction du niveau socio-économique pour les enfants ayant un niveau semblable de résultats antérieurs. Les techniques de régression classique seront également comparées aux régressions quantiles.

Les inégalités sociales en termes de développement des jeunes enfants sont évidentes en France, même si d’une ampleur un peu moindre que dans d’autres pays.

À 2 ans, le développement du langage des enfants est marqué par un fort gradient socioéconomique selon le diplôme de la mère ou le revenu du ménage.

Les enfants accueillis en crèche à l’âge d’un an ont un vocabulaire plus riche à l’âge de deux ans que ceux recourant à un autre mode de garde ou gardé par les parents, en particulier s’ils viennent d’un milieu défavorisé.

Différence entre filles et garçons : Dans différents domaines du développement de l’enfant (langage, motricité et autonomie) mesurés à deux ans, les filles sont systématiquement avantagées relativement aux garçons, bien qu’elles aient un léger désavantage en termes de comportement.

Les disparités en matière d'obésité sont déjà marquées à l'âge de 3 ans dans un certain nombre de pays, dont la France

La prochaine analyse décrira les inégalités au début de la scolarité (5-7 ans), une autre étape cruciale du développement, étant donné que Bradbury et al. (2015) ont montré que pour les quatre pays analysés, plus de la moitié des inégalités dans l'enseignement secondaire étaient déjà présentes à l'entrée à l'école. Une analyse plus approfondie examinera les trajectoires des inégalités à l'école primaire (de 5-7 ans à 9-11 ans). Au fur et à mesure que les enfants avancent dans le cycle primaire, les inégalités s'élargissent-elles ou se réduisent-elles, et quels facteurs sont associés aux différentes trajectoires, et en quoi celles-ci diffèrent-elles d'un pays à l'autre ?

Berger Lawrence, Panico Lidia, Solaz Anne (2020), “The Impact of Center-Based Childcare Attendance on Early Child Development:Evidence from the French Elfe Cohort”, à paraitre dans Demography

Grobon S., Panico L., Solaz A. (2019). Inégalités socioéconomiques dans le développement langagier et moteur des enfants à 2 ans. Bulletin d’Epidémiologie Hebdomadaire, (1): 2-9.

L'objectif du projet est d'approfondir notre compréhension des disparités de développement des enfants en fonction du statut socio-économique de leurs parents. Il s'appuie sur des données compratives longitudinales de cohorte et administratives de 6 pays: la France, l'Allemagne, le Japon, les Pays-Bas, le Royaume-Uni, et les Etats-Unis. Le projet va au-delà de la description à un moment donné dans un seul pays en analysant la façon dont les inégalités se construisent avec le temps (entre l'âge de 3 et 16 ans), leurs déterminants ainsi que les contextes nationaux qui les favorisent ou temporisent. Une définition large du développement des enfants est adoptée, incluant les aspects cognitifs, sociaux/émotionnel et la santé, en tenant compte des interactions enrte ces différentes sphères au cours de l'enfance.

Les principaux objectifs du projet sont : 1) d'établir un constat des inégalités sociales et leurs mécanismes dans la petite enfance et au début de la scolarisation, en particulier apprécier le rôle des parents, de l'environnement famillial et la pré-scolarité; 2) de décrire les trajectoires de développement de l'enfant et d'identifier les facteurs qui réduisent/augmentent les inégalités durant la scolarité au niveau primaire tels que l'implication des parents ou les relations entre les parents et l'école et 3) de décrire les inégalités au début du niveau d'éducation secondaire et d'analyser les trajectoires de développement et les facteurs déterminants pour la résussite scolaire dans les différents pays tels que le type d'école ou le suivi des devoirs au fur et à mesure de l'avancée dans la scolarité, et s'interessant aux effets hétérogènes selon le niveau de l'élève et sa place dans la distribution.

Coordinateur du projet

Madame Anne SOLAZ (INSTITUT NATIONAL D'ETUDES DEMOGRAPHIQUES)

L'auteur de ce résumé est le coordinateur du projet, qui est responsable du contenu de ce résumé. L'ANR décline par conséquent toute responsabilité quant à son contenu.

Partenaire

KEIO UNIVERSITY, Department of Economics
ERASMUS UNIVERSITY OF ROTTERDAM ERASMUS UNIVERSITY OF ROTTERDAM, School of Social Sciences and the Humanities
UNIVERSITY OF BRISTOL, School of Education
Universität Bamberg, Lehrstuhl Psychologie I - Entwicklungspsychologie
Universität Leipzig, Institut für Soziologie
INED INSTITUT NATIONAL D'ETUDES DEMOGRAPHIQUES

Aide de l'ANR 271 957 euros
Début et durée du projet scientifique : décembre 2018 - 36 Mois

Liens utiles

Inscrivez-vous à notre newsletter
pour recevoir nos actualités
S'inscrire à notre newsletter