CE27 - Culture, créations, patrimoine

L'exploitation des cétacés dans le Paléolithique de l'Europe atlantique – PaleoCet

Résumé de soumission

Le projet PaleoCet analysera l'exploitation des baleines par les chasseurs-cueilleurs paléolithiques européens à travers un cas clé : le littoral du golfe de Gascogne pendant le Magdalénien, vers 19-14 cal ka BP. Ce contexte archéologique a livré, pour le Paléolithique européen, les indices les plus riches et diversifiés d'exploitation du littoral, parmi lesquels les plus anciens indices connus d'une exploitation régulière des baleines: os non travaillés, dents gravées, et, surtout, plus de 100 objets façonnés en os de grand cétacé. Nous testerons l'hypothèse selon laquelle ces grands cétacés, en tant que subsistance, furent une motivation majeure du développement de véritables économies côtières, clairement attestées en Europe pour la première fois à cette période. Ce projet permettra ainsi de mieux comprendre l'adaptation ancienne des humains aux ressources marines, question centrale en anthropologie préhistorique en raison de son fort impact sur l'évolution humaine.

Trois obstacles limitent notre connaissance de l'exploitation des baleines au Magdalénien: presque tous les os de cétacé de cette période restent indéterminés au niveau de l'espèce, peu sont datés avec précision, et la présence d'objets en os de cétacé n'a pas été recherchée hors des Pyrénées. Pour lever ces barrières, le corpus magdalénien de restes de cétacés sera complété via une revue des collections de l'Espagne cantabrique, région riche en sites proches du paléo-rivage mais où les objets en os de cétacé n'ont pas été recherchés. Simultanément, le corpus disponible sera analysé avec des méthodes de pointe, récemment développées et appliquées pour la première fois à ce matériel : ZooMS et datation 14C avec ECHoMICADAS.

L'empreinte de masse peptidique du collagène ("ZooMS") est une technique rapide et rentable d'identification taxinomique avec échantillonnage minimal. Elle sera systématiquement appliquée pour déterminer quelles espèces de baleines étaient présentes dans le golfe de Gascogne et accessibles aux groupes paléolithiques. Ceci est fondamental pour comprendre les interactions possibles entre chasseurs-cueilleurs et baleines (simple charognage, capture opportuniste ?), car l'écologie des espèces de baleines, et donc leur accessibilité pour les humains, est très variable.

La datation 14C avec ECHoMICADAS est une technologie AMS qui permet de réduire la taille des échantillons à 1/10e de ceux de l'AMS traditionnel, permettant ainsi la datation d'objets à haute valeur patrimoniale. Elle sera appliquée sur une partie des objets en os de cétacé pour préciser la chronologie du travail de l'os de baleine, et pour établir si une tendance chronologique apparaît dans l'exploitation des cétacés (gamme des espèces exploitées ou type d'utilisation). Une partie du programme 14C sera consacrée à l'estimation précise de l'effet réservoir dans ce contexte.

Les résultats du projet, dont un relevé photogrammétrique de chaque objet, seront archivés dans une base de données publique et diffusés auprès de la communauté scientifique. Mais comme ils sont susceptibles d'éveiller un intérêt plus large, une attention particulière sera portée à la communication vers le grand public, notamment via des événements publics.

Reconstituer la préhistoire de l'exploitation des baleines représente un défi car la plupart des sites côtiers préhistoriques ont été détruits par la transgression marine. Ce projet affronte ce problème en s'appuyant sur des acquis scientifiques récents et des techniques de pointe, qu'il amène à un haut degré de synergie. Les résultats auront aussi des implications pour l'étude de l'écologie ancienne des cétacés : en documentant les espèces présentes dans l'Atlantique nord vers 19-14 cal ka BP, ce projet améliorera notre connaissance de l'évolution des populations de cétacés, et contribuera à la prise de conscience publique sur l'ampleur du changement environnemental, de l'exploitation anthropique et de la perte de biodiversité depuis cette période.

Coordinateur du projet

Monsieur Jean-Marc PÉTILLON (Travaux de Recherches Archéologiques sur les Cultures, les Espaces et les Sociétés)

L'auteur de ce résumé est le coordinateur du projet, qui est responsable du contenu de ce résumé. L'ANR décline par conséquent toute responsabilité quant à son contenu.

Partenaire

TRACES Travaux de Recherches Archéologiques sur les Cultures, les Espaces et les Sociétés
AASPE Archéozoologie, archéobotanique : sociétés, pratiques et environnements

Aide de l'ANR 304 043 euros
Début et durée du projet scientifique : janvier 2019 - 30 Mois

Liens utiles

Inscrivez-vous à notre newsletter
pour recevoir nos actualités
S'inscrire à notre newsletter