CE26 - Innovation, Travail

Infrastructure Financière: Risques et Régulation – FIRR

Résumé de soumission

Le projet «Infrastructure Financière: Risques et Régulation » a pour objet l'architecture des institutions financières promue à la suite de la crise financière de 2008. Notre objectif principal est d'évaluer l’efficacité, l’impact sur la stabilité du système financier et, in fine, sur l’économie de cette nouvelle architecture.

Le G20 de 2009 à Pittsburgh a impulsé de profonds changements visant à corriger deux défaillances à l’origine de l'amplitude de la crise : d’une part la diffusion d'actifs incontrôlés tels que les sub-primes, des États-Unis vers la plupart des pays occidentaux à travers des chaînes d'intermédiaires non identifiés (le shadow banking), d’autre part la complexité et l’opacité des contrats reliant les institutions, tels ceux de Lehman Brothers. Pour limiter et mieux contrôler ces arrangements, les régulateurs, suivant les recommandations du G20, ont imposé l'utilisation de contreparties centrales (CCP) pour la plupart des transactions impliquant des titres dérivés, que ces transactions soient conclues sur un marché organisé ou de gré à gré entre deux parties. De plus, toutes les transactions sur dérivés sont reportées dans des registres accessibles aux régulateurs.

Les contre-parties centrales, qui sont des entreprises privées, sont ainsi appelées à jouer un rôle crucial dans la prévention des perturbations de marché. Un nouveau risque se pose: tous les membres d’une contrepartie centrale sont exposés à son échec, ce qui pourrait avoir des conséquences dramatiques sur les marchés et la stabilité macroéconomique. Alors que les études sur les échanges sont vastes, les contre-parties centrales ont jusqu'à présent reçu une attention très limitée alors que de nombreux aspects sur leur régulation sont en discussion.

Notre projet vise à une analyse compréhensive de l'impact des CCP sur la stabilité des marchés financiers et sur le financement de l'économie. Pour atteindre nos objectifs, nous devrons améliorer notre compréhension sur trois sujets profondément imbriqués touchant aux institutions et infrastructures financières : réglementation, comportements stratégiques et risque de contagion dit systémique. A cette fin, le projet est divisé en trois parties, traitant de la gestion des risques par les CCP et leur résolution en cas de défaut, leur impact sur les institutions financières et leur organisation, et la concurrence et les interdépendances entre les CCP et entre les régulateurs.

Nous espérons que notre projet aura un impact dans trois domaines: (1) la conception d’institutions et infrastructures financières résilientes, (2) la promotion de recherches en économie financière, adoptant une approche économique aux mécanismes financiers, et (3) la diffusion auprès d’un large public de connaissances sur le fonctionnement des institutions financières pour une appréciation éclairée des risques qu’elles couvrent et font porter sur l’économie.

Le projet regroupe des chercheurs experts en finance et en économie, avec des compétences empiriques et théoriques.

Coordinateur du projet

Madame GABRIELLE DEMANGE (Paris Jourdan Sciences Economiques)

L'auteur de ce résumé est le coordinateur du projet, qui est responsable du contenu de ce résumé. L'ANR décline par conséquent toute responsabilité quant à son contenu.

Partenaire

Paris Jourdan Sciences Economiques
GREGHEC Groupement de Recherche et d'Etudes en Gestion à HEC

Aide de l'ANR 248 399 euros
Début et durée du projet scientifique : mars 2019 - 42 Mois

Liens utiles

Inscrivez-vous à notre newsletter
pour recevoir nos actualités
S'inscrire à notre newsletter