CE05 - Une énergie durable, propre, sûre et efficace

Transition énergétique en Chine: Nouvelles Orientations Economiques et Politiques. – TEChNOPE

TEChNOPE : Transition énergétique en Chine: Nouvelles Orientations Politiques et Economiques

Partant de l’hypothèse que les modalités de la transition énergétique sont très dépendantes du contexte national et que la transition énergétique est un processus géographique qui repose la question du territoire, le projet de recherche TEChNOPE vise à caractériser la transition énergétique chinoise, dans une approche interdisciplinaire, mêlant l’économie, la politique et l’urbanisme (13 chercheurs membres) et, ce, sur trois échelles géographiques : nationale, provinciale et urbaine.

Enjeux et objectifs

Pour faire face aux dégradations écologiques et réduire sa dépendance énergétique, la Chine a amorcé un processus de transition énergétique (TE), à savoir un processus reposant à la fois sur l’amélioration de l’efficacité énergétique et sur le développement des énergies renouvelables et décarbonées. <br /> <br />Le projet TEChNOPE a pour but de caractériser ce processus de TE et, ce, sur trois échelles géographiques. <br />Au niveau national, cette transition sera analysée en portant une attention particulière aux politiques économiques (environnementale, énergétique, industrielle et innovation) instaurées par les autorités chinoises. Les autorités centrales opèrent-elles une “véritable” refonte du système énergétique en faveur de l’environnement, ou d'autres objectifs stratégiques prédominent-ils? <br />Au niveau provincial, cette TE subit l’influence des contingences régionales mais subit aussi l'influence des autres échelles. Comment la gouvernance centre-provinces et l’urbanisation grandissante modulent cette TE? <br />Au niveau urbain, la TE chinoise se manifeste par une attention particulière à la problématique de la mobilité quotidienne liée à la forme urbaine et au développement d’une urbanisation économe en énergie. <br /> <br />Enfin, de façon plus transversale, précisons que la prise en compte de ces trois échelles géographiques ne consiste pas à se contenter de juxtaposer des analyses de trois types de systèmes d’action, mais bien à comprendre comment le modèle chinois de TE est le produit des relations dynamiques - sinon instables - qui se construisent entre ces trois échelles. Nous reprenons donc à notre compte les présupposés de base des approches de gouvernance multi-niveaux. La TE chinoise est-elle le fruit d’un activisme des villes et de leurs édiles et/ou une impulsion de l’Etat central ?

Le projet TEChNOPE repose sur une approche pluridisciplinaire. Il mobilise à la fois les théories de ces trois disciplines (sciences économiques, sciences politiques et urbanisme) que des outils empiriques (étude de plans, méthodes économétriques ou enquêtes via les études terrain).

TEChNOPE vise avant tout à produire de nouvelles connaissances (publications et communications nationales et internationales), mais aussi à constituer un réseau de recherche interdisciplinaire en SHS spécialisé sur les chinese studies. Le transfert de connaissances vers la société civile (diffusion en direction des collectivités locales, soutien du Forum urbain de Bordeaux, exposition photos) est aussi l'un des résultats attendus.

En se focalisant sur la Chine, ce projet adopte comme terrain de recherche l’un des pays les plus emblématiques du changement environnemental. Non seulement la Chine est devenue la première consommatrice mondiale d’énergie, mais elle met en place des politiques climat-énergie de plus en plus proactives depuis le début des années 2000. Etant donné le poids économique, politique et environnemental de la Chine, ce projet a une perspective à la fois nationale et internationale.

Ce projet contribue à l’état de l’art, encore très partiel, sur la caractérisation de la transition énergétique chinoise à partir de trois échelles géographiques. Il devrait permettre ainsi de faire progresser la recherche francophone sur la Chine dans ce domaine.

1. Pouyanne G., Guilhot L., Meunié A. (2018) L'usage de l'automobile et la structure spatiale en Chine : le modèle de ville compacte en question, Région et Développement, n°48-2018, p.105-120, (HCERES C, CNRS 4 et Econlit).


Direction éditoriale du numéro spécial de la revue Mondes en Développement, intitulé « Transition énergétique chinoise : enjeux économiques et urbains », n°192, 4ème trimestre 2020 dont 4 des 5 articles du numéro sont réalisés par des membres du projet ANR


1. Guilhot L., Meunié A., Pouyanne G. (2020) Chine : la Longue Marche vers la transition énergétique, Mondes en développement, vol 4, n°192.

2. Berthaud P., Fontana Y. (2020) Transition énergétique et développement de la Chine. L’absorption du surplus de travail comme condition de soutenabilité environnementale, Mondes en développement, vol 4, n°192.

3. Romano G. (2020) Poursuivre le développement durable dans une ville chinoise. L’Etat local chinois et l’incertitude : un aperçu à partir du cas de Yangzhou, Mondes en développement, vol 4, n°192.

4. Douay N. (2020) Urbanisme et transition énergétique à Hong Kong, Mondes en développement, vol 4, n°192.

En Chine, la croissance économique de ces vingt dernières années s’est traduite par une forte hausse des besoins énergétiques, faisant du pays le premier consommateur au monde. Un mix énergétique dominé par l’utilisation du charbon et la perspective d’une démocratisation de l’automobile font peser sur l’économie chinoise non seulement un risque de dépendance accrue aux énergies fossiles, mais aussi celui d’une augmentation considérable des pollutions, amenant à la répétition des épisodes “d’airpocalypse” dont les villes chinoises sont déjà coutumières.

Les questions énergétiques et écologiques se sont progressivement imposées dans les préoccupations politiques: les plans quinquennaux successifs ont appuyé la nécessité de sécuriser l’approvisionnement énergétique en réduisant le recours aux énergies fossiles, et de réduire les émissions de polluants par le développement des filières low carbon. La Chine est aujourd’hui leader dans les domaines du photovoltaïque et de l’éolien, et investit des sommes considérables en faveur de l’innovation dans le domaine énergétique.

Partant de l’hypothèse que l’économie chinoise est véritablement entrée dans un processus de transition énergétique (TE) , le projet TEChNOPE entend caractériser la transition énergétique chinoise, dans une approche interdisciplinaire (équipe de 12 membres spécialistes de la Chine, combinant l’économie politique, l’économie de l’environnement, l’économie urbaine, les sciences politiques et l’urbanisme). Parce qu’elle est indissociable de la question du territoire, la TE sera déclinée à trois échelles géographiques.
Au niveau national, la TE chinoise sera analysée en portant une attention particulière aux politiques économiques (environnementale, énergétique, industrielle et d’innovation) définies par les autorités centrales. L’analyse des politiques énergétiques et environnementales, le positionnement technologique de la Chine dans le secteur de l’énergie, mais aussi sa position dans les négociations climatiques internationales, sont des éléments clés pour comprendre dans quelle mesure les autorités opèrent une refonte du système énergétique.
Au niveau provincial, la TE chinoise peut être appréhendée dans toute sa diversité. En identifiant tant les tendances communes que les divergences et les singularités, il sera possible de mettre en évidence les différentes trajectoires régionales vers la TE, ainsi que leurs déterminants.
Au niveau urbain, la TE chinoise soulève la question de la fabrique de la ville. D’une part, les récentes transformations urbaines font craindre une hausse importante des besoins d’énergie dans les transports, et posent la question, dans un contexte spécifique encore très peu étudié, du lien entre forme urbaine et mobilité quotidienne. D’autre part, la mise en avant des “éco-cités” incite à comprendre dans quelle mesure celles-ci se sont adaptées au cadre et à la culture particulière de la Chine.

Enfin, de manière plus transversale, la TE sera analysée sous l’angle de l’articulation des niveaux de gouvernance: la combinaison d’une structure de pouvoir centralisée et d’une certaine marge de manoeuvre laissée aux autorités locales composent une gouvernance multi-niveaux originale, qui implique de comprendre dans quelle mesure le « modèle » chinois de TE est le produit des relations dynamiques qui se construisent entre ces trois échelles.

TEChNOPE vise avant tout à produire de nouvelles connaissances (publications et communications internationales, mais aussi constitution d’un réseau de recherche interdisciplinaire en SHS sur les chinese studies) mais aussi à transférer ces connaissances vers la société civile (diffusion en direction des collectivités locales, soutien du Forum urbain de Bordeaux, exposition photos).

Coordinateur du projet

Madame Laetitia Guilhot (CENTRE DE RECHERCHE EN ECONOMIE DE GRENOBLE)

L'auteur de ce résumé est le coordinateur du projet, qui est responsable du contenu de ce résumé. L'ANR décline par conséquent toute responsabilité quant à son contenu.

Partenaire

CREG-UGA CENTRE DE RECHERCHE EN ECONOMIE DE GRENOBLE

Aide de l'ANR 122 364 euros
Début et durée du projet scientifique : novembre 2018 - 36 Mois

Liens utiles